Mardi de la 14e semaine, année paire

« La moisson est abondante, les ouvriers sont peu nombreux ! Priez donc le maître de la moisson. »
Dimanche 13 mai 2018 — Dernier ajout lundi 9 juillet 2018

Os. 8, 4…13 Ps.113 Mt. 9, 32-38

  • Le mardi 10 juillet 2018 iCal
    semaine 14 : Mardi de la 14e semaine, année paire

"Comme ils s’en allaient, on lui amena un démoniaque muet. Le démon chassé, le muet parla.

Et les foules, étonnées, disaient : Jamais rien de semblable ne s’est vu en Israël. Mais les pharisiens disaient : C’est par le prince des démons qu’il chasse les démons !" Jésus parcourait les villes et les villages, enseignant dans leurs synagogues, proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume. Jésus veut le bonheur de l’homme qu’il cherche sans relâche et de tout son cœur. Un combat se livre en chacun de nous et les Pharisiens choisissent de vivre avec le menteur plutôt qu’avec Jésus. Dans nos combats, avec nos faiblesses et nos tentations, nous nous rendons compte que nous serons confrontés aux mêmes choix qu’au temps de Jésus. La Bonne Nouvelle, c’est cet Amour nouveau qui est arrivé jusqu’à nous ! Jésus est l’homme "guérissant toute maladie et toute infirmité" ! C’est merveilleux de découvrir le cœur de Jésus qui annonce l’amour infini du Père. Cet amour du Père nous donne le cœur de Jésus qui délivre tous les souffrants. « Voyant les foules ! » Le regard de Jésus s’étend à l’infini car les foules sont fatiguées, abattues.

"Jésus parcourait toutes les villes et les villages, il enseignait dans leurs synagogues, proclamait la bonne nouvelle du Règne et guérissait toute maladie et toute infirmité. A la vue des foules, il fut ému, car elles étaient lassées et abattues, comme des moutons qui n’ont pas de berger." Jésus peut rassasier la faim de Dieu des hommes en dépit de leurs misères, de leurs souffrances, de leur indifférence. Les hommes qui sont éloignés de Dieu en ont encore plus besoin. Le regard de Jésus n’est pas un regard extérieur de critique, un discours moralisant, c’est un regard de tendresse, de miséricorde, de compassion. « Voyant les foules ! » Nous pourrions penser que Jésus va envoyer immédiatement ses disciples en mission leur disant : "Allez ! " Non, Jésus dit : "La moisson est abondante, les ouvriers sont peu nombreux ! Priez donc le maître de la moisson." Le cœur blessé de Jésus s’exprime ainsi devant la blessure de son peuple. Le Prophète Osée l’a annoncé dans la première lecture : Son peuple ne sait plus reconnaître Dieu, ni même les choses de Dieu ! Quand il l’a reconnu et qu’il veut marcher sur le chemin de Dieu, mais très vite ce chemin se perverti. Dans son cœur, ils offrent des sacrifices pour me plaire, dit Dieu mais ce qu’ils ont donné d’une main, ils l’ont récupéré de l’autre main ! Or Dieu est là, attendant que nous revenions à lui.

"La moisson est abondante, les ouvriers sont peu nombreux , Priez donc le maître de la moisson. » ! Jésus voit mon cœur, il me propose de prêter main forte à la moisson par la prière. Nous demandons de regarder avec les yeux du Christ tellement de personnes qui sont prêtes à tomber dans ses bras si seulement quelqu’un les attirait. Le regard de Jésus est un regard de compassion, de tendresse et de miséricorde ! Les vrais ouvriers sont peu nombreux. C’est le Père, le Fils et le Saint-Esprit qui œuvrent au salut du monde. Dieu veut s’adjoindre des ouvriers. Marie est la première ouvrière qui croit que Dieu peut venir prendre corps au milieu de nous. Elle aime Jésus qui lui est donné dans l’Esprit Saint. C’est ainsi que commence le salut du monde. A l’autre extrémité de son chemin, à la Croix, dans le regard de la Vierge Marie qui est tout près de Jésus, il n’y a que compassion ! Dans sa grande douleur, elle regarde vers le Père car Jésus est vraiment l’homme des douleurs. Aujourd’hui, quand Marie regarde un souffrants de l’humanité, c’est son Enfant qu’elle y découvre, d’une manière vraiment mystérieuse. C’est vraiment le regard caché du Père qui regarde chacun de ses enfants pour le sortir de la misère, de la détresse. Coopérer à l’œuvre de sanctification du monde, c’est demeurer dans ce regard d’amour, c’est d’abord une présence. Demeurer ainsi en Dieu, laisser Dieu demeurer en nous de cette manière est bien difficile pour nous : "Priez donc le maître de la moisson".

Nous demandons la grâce de demeurer dans l’amour de Dieu, qui fait jaillir les sources d’eaux vives en nous.

Vos témoignages

  • Henri 9 juillet 2018 21:08

    Merci, Père pour vos homélie centrées sur la Parole de Dieu. Un tel ressourcement qui fait du bien…