Mardi 21 juillet 2015

Mardi de la 16e semaine, année impaire

Ma mère, mes frères ce sont ceux qui font la volonté de mon Père qui est aux cieux.

Ex. 14, 21-15, 1 Ex. 15 Mt. 12, 46-50

  • Le mardi 21 juillet 2015 iCal
    semaine 16 : Mardi de la 16e semaine, année impaire

Ma mère, mes frères ce sont ceux qui font la volonté de mon Père qui est aux cieux.

Comme Jésus parlait encore à la foule, voici que sa mère et ses frères se tenaient au-dehors, cherchant à lui parler. Quelqu’un lui dit : « Ta mère et tes frères sont là dehors, qui cherchent à te parler. » Jésus parlait à la foule, sa parenté, ses cousins, ont entraîné Marie avec eux cherchant à lui parler. Jésus n’est ni compris ni accepté par son entourage familial ! La mention de la mère, des frères et des sœurs suggère l’image d’une vraie famille. C’est en disant « qu’il parle aux foules, » que Jésus montre les disciples. Les destinataires sont donc les foules, qui doivent devenir une grande famille. Beaucoup plus que les liens du sang, Jésus veut rassembler une grande famille ou personne n’aurait de la prétention à son égard, ni les parents ni d’autres. Il appartient totalement au Royaume et à sa mission. Quand Jésus dit à Pierre qui prenait son épée pour le défendre : « Laisse ton épée dans le fourreau » Celui qui se sert de l’épée, périra par l’épée," Il manifeste que cette nouvelle famille ne se défend pas par violence, ni ne sème de la violence. Là où la violence a été semée, nous ne récoltons que de la violence. Nous savons tous par expérience que dans une situation de domination, la libération par une autre domination ne conduit qu’à une nouvelle domination. Jésus est un artisan de Paix, son chemin est tout différent.

"Jésus répondit à cet homme : « Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? » Puis, tendant la main vers ses disciples, il dit : « Voici ma mère et mes frères." Jésus regarde ceux qui sont autour de lui et qui l’écoutent, il dit alors cette parole étonnante : Qui est ma mère, qui sont mes frères ? Et en montrant ses disciples il déclara : « Voici ma mère, voici mes frères. Celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur et une mère ». C’est « faire la volonté de son Père. » La figure du Père émerge : il s’agit d’être de la famille de Jésus, mais pour cela, l’élément décisif c’est de faire non pas notre volonté propre, mais la volonté du Père. L’obéissance au Père est constitutive de la « filiation » de Jésus, compter sur Dieu dit l’obéissance confiante, l’attitude de celui qui remet sa vie dans les mains d’un autre. C’est la forme la plus belle et la plus radicale de l’obéissance. Les grands prêtres ne s’y trompent pas quand ils ont l’intuition que l’obéissance de Jésus à son Père en fait son propre Fils. C’est dans l’obéissance totale au Père que Jésus réalise sa filiation. La tradition n’a pas hésité à appeler l’Église, à la suite de Marie, la « Mère Église », parce qu’elle donne la vie à de nombreux enfants par le baptême, la confirmation et par l’Eucharistie. C’est l’Église, dans son visage maternel, qui va donner vie à un peuple immense de frères et de sœurs qui s’aiment.

"Celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur et une mère. » Jésus cache Marie d’une manière surprenante autant qu’il la révèle. A sa suite, nous voulons lâcher toute violence, pour rejoindre, à l’école de Marie, la parole de Dieu et nous laisser former par elle. Quand Jésus dit à Jean de la prendre pour mère, il dira : « Voici ta mère. » "Voici ton fils." Entre eux, il y a une véritable appartenance. Marie, une fois de plus, est « mère » de miséricorde, faisant le lien dans sa propre famille. Jésus ne se défend pas de sa famille mis il veut introduire l’ordre de l’amour dans une nouvelle famille. Ce sera ce peuple, qui dans le Christ, donnera la vie divine. C’est la « Convocation, » le rassemblement d’un Peuple nouveau, le lieu à partir duquel une vie d’amour va être donnée. Marie restera dans le secret, elle annonce les merveilles de Dieu dans le secret du cœur. Refusé par les autorités et abandonné par la foule, Jésus montre la présence de sa vraie communauté, celle des disciples et il indique les conditions, offerte à tous, pour en faire partie, les disciples, avec Marie forment une famille dont notre Père des Cieux est l’Abba, le papa chéri.

Nous demandons la grâce d’entendre cette parole avec un cœur semblable au cœur de Marie.

Vos témoignages

  • Pierre-Marie 21 juillet 2015 14:08

    C ’est une belle homélie. Merci Père Gilbert. En communion avec vous, Dieu Notre ’Papa Chéri’ et Marie, Mère de l’Eglise.