Lundi 14 août 2017

Mardi de la 19e semaine, année impaire

« Amen, je vous le dis : si vous ne changez pas pour devenir comme les petits enfants, vous n’entrerez point dans le Royaume des cieux.

Dt. 31, 1-8
Dt. 32
Mt. 18, 1-5.10.12-14

  • Le mardi 11 août 2015 iCal
    semaine 19 : Mardi de la 19e semaine, année impaire

Les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent : "Qui donc est le plus grand dans le Royaume des cieux ? »

Alors Jésus appela un petit enfant ; il le plaça au milieu d’eux, et il déclara : « Amen, je vous le dis : si vous ne changez pas pour devenir comme les petits enfants, vous n’entrerez point dans le Royaume des cieux. Mais celui qui se fera petit comme cet enfant, c’est celui-là qui est le plus grand dans le Royaume des cieux. Et celui qui accueillera un enfant comme celui-ci en mon nom, c’est moi qu’il accueille. Les disciples de Jésus, ont une grande volonté de réussir, mais ils ont une manière de voir complètement inadaptée à la réalité du Royaume. Ils veulent pouvoir se distinguer, être le plus grand ! Mais le Royaume des cieux n’est pas une réalité terrestre, il ne fonctionne pas comme les réalités terrestres. Jésus va s’efforcer de leur indiquer comment ils peuvent changer. Le petit enfant est le don le plus merveilleux de Dieu et de l’humanité. Nous comprenons ces mamans qui désirent que Jésus bénisse, touche leur « petit. » Il a un cœur qui règne, par son amour, sur le cœur de sa maman ! Elle peut se sentir dépassée par la demande de son enfant, c’est Dieu qui peut le rassasier. C’est de ce regard dont les disciples ont besoin ! Jésus veut modifie le regard des disciples, qu’ils entrent dans une confiance totale. C’est celle de Jésus envers son Père, Jésus, l’enfant chéri du Père, prie pour eux, il est toute ouverture et toute confiance dans le cœur du Père. C’est d’un abandon absolu à la volonté du Père dont Jésus veut nous combler.

Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits, car, je vous le dis, leurs anges dans les cieux voient sans cesse la face de mon Père qui est aux cieux. Jésus appelle ses disciples à respecter les plus humbles, les petits enfants, la dernière brebis, perdue, c’est ainsi qu’ils peuvent demeurer dans l’humilité. Les plus humbles sont porteurs de la réussite de la communauté, Jésus les fait entrer dans le dessein de Dieu son Père qui veut la réussite de toute sa création. Il les fait entrer dans sa perspective qui manifeste une sollicitude pour tous, qui s’efforce d’entraider tous et chacun. Par l’exemple de sa vie, Jésus leur donne de contempler une manière de vivre selon la Vérité. Il la leur rend désirable, accessible. Le cœur du tout petit est l’image du mystère de l’amour de Dieu. Depuis que Jésus a pris chair de la Vierge Marie, l’amour infini de Dieu s’est habitué dans le cœur humain. Le cœur de Jésus bat au rythme de la Trinité sainte. Du cœur de Jésus, cet amour s’est répandu dans le cœur de Marie. Dans la relation qui les unit, Jésus fait battre le cœur de Marie au rythme de son propre cœur. Dieu Amour, « Père, Fils et Saint-Esprit, » l’Amour infini de Dieu s’est ainsi révélé quand Jésus prend chair de la Vierge Marie. Dieu, en Jésus est devenu vrai homme, il est aimé de Marie comme Dieu aime ! A la suite de Marie, le cœur de toute personne humaine est invité à battre au rythme de l’amour infini de Dieu. Au ciel, nous en admirerons toute la beauté.

Que pensez-vous de ceci ? Si un homme possède cent brebis et que l’une d’entre elles s’égare, ne laissera-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans la montagne pour partir à la recherche de la brebis égarée ? Et, s’il parvient à la retrouver, amen, je vous le dis : il se réjouit pour elle plus que pour les quatre-vingt-dix-neuf qui ne se sont pas égarées. Ainsi, votre Père qui est aux cieux ne veut pas qu’un seul de ces petits soit perdu. Depuis la rupture de l’origine, Dieu a compassion de notre détresse due au refus de l’Homme de suivre Dieu. Il nous aime pauvre et petit, pécheur, éloigné de Lui. Pour que nous comprenions son Amour, Dieu l’a mis dans notre cœur. Ainsi nous pouvons venir en aide aux petits et aux pauvres ! Nous pouvons découvrir les sentiments de son cœur pour nous. Dieu, qui a pris notre nature humaine pour la sauver, s’est fait pauvre, pour que nous comprenions que c’est dans cette pauvreté que se trouve le bonheur, car nous sommes avec Lui, reflet de Lui qui est visible sur la terre. C’est dans la nuit de la foi que nous le vivons, dans le mystère de l’amour infini de Dieu. Des petites éclaircies de lumière, nous sont données, de temps en temps. Cet amour, établit dans le cœur humain, se manifeste d’une manière unique dans le tout petit l’enfant. Le lien d’Amour établi dans nos cœurs nous permet de regarder Dieu comme Dieu nous regarde. Dans cette nouvelle alliance avec Dieu, à l’école des touts petits et des Pauvres, que nous le découvrons.

Nous demandons la grâce de devenir ces petits enfants dans l’Esprit Saint

Vos témoignages

  • Johanna 11 août 2015 09:29

    Eblouissante de beauté cette homélie en ce qui concerne les vérités des plus petits et le Cœur du Père.

    Je rends grâce pour ce si Grand Amour su Père et son Regard Infiniment Bon qu’Il porte envers nous.