Mardi 18 août 2015

Mardi de la 20e semaine, année impaire

« Jésus dit : il est plus facile à un chameau de passer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume des cieux. »

Jg. 6, 11-24 Ps. 84 Mt. 19, 23-30

  • Le mardi 18 août 2015 iCal
    semaine 20 : Mardi de la 20e semaine, année impaire

"Et Jésus dit à ses disciples : « Amen, je vous le dis : un riche entrera difficilement dans le Royaume des cieux."

Je vous le répète : il est plus facile à un chameau de passer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume des cieux. » Entendant ces paroles, les disciples furent profondément déconcertés, et ils disaient : « Qui donc peut être sauvé ? » "Il faut que nous vivions détachés de nos possessions et de notre volonté propre, si nous voulons suivre celui qui n’avait « pas d’endroit où reposer la tête, » et qui est venu « non pour faire sa volonté, mais pour faire la volonté de celui qui l’a envoyé, »Aussitôt nous connaîtrons par expérience ce que la Vérité promet à quiconque abandonne tout et marche à sa suite : « Il recevra le centuple…, et il aura en héritage la vie éternelle. » Apres l’appel qui a été faite au jeune homme riche, Jésus s’adresse à ses disciples. Certes, il est peiné, mais serein et dans l’ordre du constat, sans jugement. Jésus demeure dans la lumière de la réalité divine, il parle alors de la richesse qui apparaît comme un véritable obstacle pour avancer vers notre avenir. La richesse provoque ce retour sur nous-mêmes et sur nos biens qui nous alourdit et nous fait perdre tout dynamisme pour avancer dans la vie divine. La pauvreté, a contrario, le fait de ne pas posséder, apparaît comme une avancée vers le Royaume, elle nous permet d’aller vers ce que nous désirons. François d’Assise disait qu’il nous fallait aimer la pauvreté « comme une mère. » Notre vie est une marche vers une nouvelle naissance ! Cette naissance nouvelle est un amour offert à ceux qui le recherchent. Ceux qui ont suivi Jésus désirent s’alléger pour que la gloire du Seigneur, son nouvel amour pour le Royaume de Dieu, trouve en nous toute sa place.

"Jésus regarda ses disciples et dit : « Pour les hommes, c’est impossible, mais pour Dieu tout est possible. » Alors Pierre prit la parole et dit à Jésus : « Voilà que nous avons tout quitté pour te suivre : alors, qu’est-ce qu’il y aura pour nous ? » Jésus leur déclara : « Amen, je vous le dis : quand viendra le monde nouveau, et que le Fils de l’homme siégera sur son trône de gloire, vous qui m’avez suivi, vous siégerez vous-mêmes sur douze trônes pour juger les douze tribus d’Israël. Nous pouvons nous demander quel est notre goût de la sécurité, car un trop grand attachement peut peser sur notre liberté et rendre difficile notre chemin vers Dieu. Notre richesse peut nous donner du réconfort, mais elle peut être pour nous la sécurité ! Jésus dira alors que notre évolution peut devenir très difficile : « Pour les hommes, c’est impossible, mais pour Dieu tout est possible. » Le Royaume n’est pas de ce monde ! Les disciples restent avec les repaires d’un Royaume messianique, terrestre, de ce monde. Il ne nous est pas facile de faire cette conversion. Jésus est plein de tendresse et de miséricorde, il nous annonce qu’il y a un rapport entre ce que nous vivons maintenant et le Royaume annoncé !

"Et tout homme qui aura quitté à cause de mon nom des maisons, des frères, des sœurs, un père, une mère, des enfants, ou une terre, recevra beaucoup plus, et il aura en héritage la vie éternelle." Beaucoup de premiers seront derniers, beaucoup de derniers seront premiers." « Mais quel est ce centuple ? Simplement, les consolations de l’Esprit doux comme le miel, ses visites et ses premiers fruits. C’est le témoignage de notre conscience, c’est l’heureuse et très joyeuse attente des justes, c’est la mémoire de la bonté surabondante de Dieu, c’est aussi, en vérité, l’immensité de sa douceur. Ceux qui ont fait l’expérience de ces dons n’ont pas besoin qu’on leur en parle, et qui pourrait les décrire avec de simples mots à ceux qui ne l’ont pas faite ? » (Saint Pierre Damien) Considérer que ce qui nous arrive, ce qui nous arrache à nos biens, à nos habitudes, peut nous permettre de retrouver notre liberté dans cet autrement . Ces pertes que la vie nous impose et qui sont douloureuses, peuvent être une grâce venant de Dieu, alors qu’elles nous apparaissent injustes ! Elles peuvent nous aider à devenir en vérité ce que nous sommes. Il nous est ainsi proposé d’envisager avec bienveillance le fait de tout « perdre », pour suivre Jésus. Cela dénude notre cœur, nous rend capable de devenir apte à aller vers le Royaume de l’amour. Le Don de Dieu est fondamental dans le Royaume de l’amour, le Don de soi y est Roi ! Il nous faut naitre à une nouvelle perspective du Don de Dieu des maintenant, pour nous mettre à l’école de Jésus. « Je vous le dis, à vous qui m’avez suivi, » dit Jésus, à la Nouvelle Naissance, lorsque le Fils de l’homme s’assiéra sur son trône de gloire, vous aussi vous serez assis sur douze trônes pour juger les douze tribus d’Israël."

Nous demandons la grâce de demeurer dans le regard d’amour de Jésus.