Dimanche 2 juillet 2017 — Dernier ajout lundi 3 juillet 2017

Mardi de la 22e semaine, année impaire

Et la réputation de Jésus se propageait dans toute la région.

1 Th. 5, 1-6.9-11 Ps. 26 Lc. 4, 31-37

  • Le mardi 5 septembre 2017 iCal
    semaine 22 : Mardi de la 22e semaine, année impaire

« Jésus descendit à Capharnaüm, ville de Galilée, et il y enseignait, le jour du sabbat.

On était frappé par son enseignement car sa parole était pleine d’autorité. L’enseignement fut le centre de la mission de Jésus dans sa vie publique. Mais la prédication de Jésus était très différente de celle des autres maîtres de la loi. Cela mettait les gens dans la confusion et dans l’admiration car Jésus déconcertait par son enseignement, Il « parlait avec autorité ». Sa façon de parler avait l’autorité de celui qui est “le Saint de Dieu”. Précisément, cette autorité dans sa façon de parler était ce qui donnait de la force à son langage. Il utilisait des images vives et concrètes ; paroles et images qu’Il tirait de la nature ou de l’Ecritures Sainte. Jésus était un bon observateur très proche des situations humaines en tous genres. En même temps que nous le voyons enseigner, nous le voyons faire le bien autour de Lui. Il lit dans le livre de la vie de tous les jours, des expériences de tous les jours qu’il utilisait pour enseigner. Sa Parole est toujours d’une grande profondeur, toute nouvelle. Il y a en chacun de nous une bonne volonté, mais nous ne maîtrisons pas tout dans notre vie. Il y a des lieux qui nous échappent. Dans un combat pour la lumière et la vérité, Jésus, le Sauveur du monde, vient nous déloger de nos ténèbres. La Parole de Dieu est plus affilée qu’un glaive à deux tranchants, elle est plus incisive que toute autre force ou puissance.

« Or, il y avait dans la synagogue un homme possédé par l’esprit d’un démon impur, qui se mit à crier d’une voix forte : « Ah ! que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu. » Jésus le menaça : « Silence ! Sors de cet homme. » Alors le démon projeta l’homme en plein milieu et sortit de lui sans lui faire aucun mal. Cet homme ne crie pas, c’est l’esprit démoniaque qui crie en lui ! A la présence de Jésus, il réagit : "Que nous veux-tu Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ?" Par la Présence de Jésus nous sommes exposés à sa lumière, à la tendresse de Jésus le médecin divin ! Si nous lui donnons cette possibilité, Jésus mettra le doigt sur ce qui fait mal en nous, car nous portons toutes sortes de blessures, de misères et bon nombre de fardeaux ! Jésus, dans sa lumière, fait reculer les ténèbres. Enfantés sur la croix, nous sommes devenus des enfants de lumière. Notre origine est dans le cœur transpercé de Jésus. Là, naît une source qui ne cesse de jaillir jusqu’à ce qu’il revienne. Créés "homme et femme à l’image et à la ressemblance de Dieu," Père, Fils et Saint Esprit, Jésus nous restitue dans notre intégrité fondamentale face à Dieu et face aux autres. Sa parole, "pleine d’autorité," nous édifie pour que nous puissions travailler à la construction du Royaume de Dieu, en nous édifiant dans tout notre être.

"Tous furent saisis d’effroi et ils se disaient entre eux : « Quelle est cette parole ? Il commande avec autorité et puissance aux esprits impurs, et ils sortent ! » Et la réputation de Jésus se propageait dans toute la région. Cet homme possédé va se laisser édifier dans le Christ car il se trouve face à Jésus dans une grande confusion. Jésus lumière fait reculer les ténèbres du menteur. Jésus qui est vie, rejette tout ce qui est mort ! Lui qui est amour rejette tout ce qui est haine. L’édification de cet homme va commencer. Jésus fait de nous l’enfant aimé de son Père afin que notre vie revienne à la lumière. Là, dans la manière de parler de Jésus, sont conciliés l’autorité divine avec la plus incroyable simplicité humaine. Autorité et simplicité étaient possibles pour Jésus grâce à sa connaissance de l’humanité. "Il sait ce qu’il y a dans l’homme." Sa relation avec le Père explique l’harmonie unique entre la grandeur et l’humilité. L’autorité de son langage ne s’ajustait pas aux paramètres humains. Il n’y avait aucune concurrence, aucun intérêt personnel ou empressement de se montrer. Son autorité se manifestait tant par le sublime de ses paroles et de ses actions que par son humilité et sa simplicité.

Nous demandons la grâce de coopérer avec Jésus à l’œuvre de libération de l’humanité.

Vos témoignages