Mardi de la 23e semaine, année paire

En ces jours-là, Jésus s’en alla dans la montagne pour prier, et il passa la nuit à prier Dieu.
Lundi 10 septembre 2018

1 Co. 6, 1-11 Ps. 149 Lc. 6, 12-19

  • Le mardi 11 septembre 2018 iCal
    semaine 23 : Mardi de la 23e semaine, année paire

Le jour venu, il appela ses disciples, en choisit douze, et leur donna le nom d’Apôtres :

Simon, auquel il donna le nom de Pierre, André son frère, Jacques, Jean, Philippe, Barthélemy, Matthieu, Thomas, Jacques fils d’Alphée, Simon appelé le Zélote, Jude fils de Jacques, et Judas Iscariote, celui qui fut le traître. Le choix des douze Apôtres fut précédé par une nuit de prière de Jésus devant Dieu son Père, dans la solitude. La prière de Jésus est pleine de confiance dans le Père, elle est total abandon à sa volonté. A partir de cette longue prière, soutenue par le Saint Esprit, Jésus continue sa mission en vue d’accomplir son œuvre de salut de l’humanité. La vie de Jésus est une prière continuelle, il nous invite à nous laisser renouveler, enfanter dans une nouvelle création. Jésus renouvelle toutes choses, il bâtit son Royaume avec une sagesse et une intelligence qu’il nous faudra demander sans cesse. Nous sommes, avec lui dans cette nouvelle perspective. Le Royaume de Dieu est là, c’est la présence de l’Amour infini de Dieu. Cependant, Judas qui va trahir cet amour est déjà annoncé ! Jésus, en lien avec son Père, choisit douze Apôtres, le peuple d’Israël était édifié avec douze tribus.

Jésus descendit de la montagne avec les douze Apôtres et s’arrêta dans la plaine. Il y avait là un grand nombre de ses disciples, et une foule de gens venus de toute la Judée, de Jérusalem, et du littoral de Tyr et de Sidon, qui étaient venus l’entendre et se faire guérir de leurs maladies. Jésus choisit les douze au sein d’un peuple, ils vont recevoir la mission d’annoncer la Bonne Nouvelle. En prière au moment du choix des douze, Jésus nous rappelle l’importance « du collège des apô­tres. » Ils deviennent un Israël rénové pour recevoir une mission nouvelle. Ils ont été choisis par Jésus, ils sortent de sa prière. Jésus les choisit pour être avec lui, ils devront demeurer en lui comme Lui demeure en son Père. La communion d’amour entre Jésus et son Père devra exister entre ses apôtres et Lui-même. Dans ce choix des douze, il nous est montré que chacun d’entre nous est aussi choisi personnellement par Dieu. Nous sommes choisis dans la prière et dans la mission de Jésus, pour ce que nous sommes et pour ce que nous allons être. La foule nombreuse de ses disciples, et une grande mul­titude de gens accueillent Jésus. Aux douze tribus d’Israël vont succéder les douze apôtres de l’Agneau.

Ceux qui étaient tourmentés par des esprits mauvais en étaient délivrés. Et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu’une force sortait de lui et les guérissait tous. Les malades et les paralysés sont guéris, la vie est redonnée. C’est le signe qu’un amour nouveau se déploye désormais. Les démons délogés se mettent à crier ! L’Esprit Saint est à l’œuvre dans le peuple de Dieu. Dieu qui est Amour a donné un tel pouvoir aux hommes. Le Christ-Jésus se sert de nous pour que nous soyons le reflet de sa propre personne, capable de re­fléter son propre visage et son regard. C’est au cœur de l’annonce de la Bonne Nouvelle que la foule est rejointe par le message de Jésus. Jésus choisit des personnes qu’il guérit, il laisse transparaître sa force de vie pour tous, pour que nous soyons unis les uns aux autres. Cet amour nous met dans le cœur de Dieu quand nous avons la foi ! L’apôtre Jean manifestera cet Amour d’une manière étonnante quand il reposera sur le cœur de Jésus. Quel amour Jésus veut pour chacun de ses disciples et pour tout le peuple.

Nous demandons la grâce de faire l’expérience de l’Amour infini de Dieu

Vos témoignages

  • Cynthia 10 septembre 2018 21:36

    Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, Docteur de l’Eglise, aimait beaucoup ce passage de l’Evangile. On peut en découvrir davantage en lisant son ’Histoire d’une âme’. Lecture très édifiante.

    Merci, Père Gilbert, pour vos homélies que je trouve tellement édifiantes.