Lundi 9 octobre 2017

Mardi de la 27e semaine, année impaire

Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée.

Jo.3, 1-10
Ps. 129
Lc. 10, 38-42

  • Le mardi 10 octobre 2017 iCal
    semaine 27 : Mardi de la 27e semaine, année impaire

Chemin faisant, Jésus entra dans un village. Une femme nommée Marthe le reçut.

Elle avait une sœur appelée Marie qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Jésus parcourt villes et villages pour annoncer la Bonne Nouvelle de l’amour infini de Dieu. Il cherche à nouer avec nous une amitié, un véritable amour. Il entre dans le village de Béthanie, et là, il est reçu dans la maison de ses amis. C’est le temps de l’amitié, de l’amour partagé. Une femme appelée Marthe le reçut dans sa maison. Elle a une sœur nommée Marie qui se tient assise aux pieds de Jésus qui est l’aimé de sa vie. Ces deux figures de Marthe et de Marie nous sont bien connues, et nous pouvons les identifier rapidement, et les opposer. Marthe serait celle qui sait être efficace, réaliser une tâche utile, tandis que Marie saurait prendre le temps d’écouter Jésus. Selon que nous sommes plus sensibles aux besoins matériels immédiats, ou aux biens spirituels, nous justifions l’une et nous critiquons l’autre ! Mais cette analyse est trop simpliste. Une œuvre charitable prend tout son poids et sa valeur quand elle n’est pas simplement œuvre de la volonté humaine, mais une collaboration à l’œuvre de Dieu. Chacune de nos actions trouvent leur valeur et leur sens les plus profonds lorsqu’ils trouvent en l’Amour de Dieu leur source et leur accomplissement.

Quant à Marthe, elle était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissé faire seule le service ? Dis-lui donc de m’aider. » Marthe s’agite et rouspète, et elle perd pied. Elle nous met en garde contre la perte du sens de notre travail. Nos services et notre travail trouvent leur sens dans l’amour. C’est dans une dynamique de vie qu’ils prennent du sens. La contemplation et l’action ne s’opposent pas, elle se vivent comme une mise en œuvre de la charité. Elles deviennent toutes deux une manière unique et unifiée d’être à Dieu et d’être au monde. Si nous sommes charitable, nous ne nous imaginons pas que la perfection de la charité consiste à multiplier au maximum les actes d’amour. La véritable action de charité est une union intime avec Jésus qui ne s’oppose pas à la prière. Jésus resitue notre relation avec lui, elle est d’abord une relation d’amour avant d’être une relation de service ou de travail. Saint Paul dira : « Quoique vous fassiez, que vous mangiez, que vous buviez, faites-le toujours au nom du Seigneur. »

Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée. » Jésus se permet de reprendre Marthe, non pas parce qu’elle agit, mais parce qu’elle s’agite. Agir et s’agiter, ce n’est pas la même chose. Comme ne rien faire n’est pas forcément prier et encore moins être un contemplatif. Dans toute vie, une seule chose est nécessaire précise Jésus. Marie sait mettre en œuvre son amour que Jésus loue. L’Evangile nous dit que Marthe est absorbée par les multiples tâches du service, elle s’agite et se soucie. Elle risque de protester contre sa sœur. Elle est absorbée par les tâches, son regard se limite à ce qu’il y a à faire. Entièrement préoccupée par l’organisation, elle oublie pourquoi elle sert et pour qui elle rend service. En perdant le sens de son service, elle perd aussi la joie et la paix intérieure. Or il s’agit d’entrer en intimité avec Jésus dont les liens d’amour ne seront jamais enlevés Ils commencent dès maintenant sur cette terre et ils continuent au ciel. Quelques soient les activités de notre vie, quelque soit la pente de notre tempérament, que nous soyons « actifs, ou contemplatifs », Jésus nous donne une indication pour notre appel. Il s’agit de demeurer en présence de Jésus et de ne pas nous laisser distraire de sa présence.

Nous demandons la grâce d’incarner l’attitude de sainte Marthe et de Marie de manière à ce que notre vie soit profondément unifiée et paisible.

Vos témoignages

  • STIKER Anne-Marie 10 octobre 2017 17:57

    « Une œuvre charitable prend tout son poids et sa valeur quand elle n’est pas simplement œuvre de la volonté humaine, mais une collaboration à l’œuvre de Dieu.
    Il s’agit de demeurer en présence de Jésus et de ne pas nous laisser distraire de sa présence. »

    Merci, Père, de nous remettre en face de l’essentiel. Ces 2 phrases m’ont beaucoup touchée. Nous risquons souvent de vouloir « faire » beaucoup de choses en oubliant l’essentiel, rechercher la volonté du Seigneur et les faire avec amour.

  • pierre 10 octobre 2017 09:02

    Merci pour cette nuance subtile entre agir et s’agiter. Et aussi pour souligner l’enracinement dans la relation à Jésus.

    En demeurant guidé par Lui, avec Lui et en Lui notre esprit (intelligence & intention) notre cœur (affection sensible) et notre vie (satisfaction et accomplissement) sont entre de bonnes mains.

    En notre fort intérieur, emportés par nos passions personnelles, nous perdons vite la mesure et le sens de ce qui nous excite, jusqu’à la récrimination contre le proche…de Jésus en vérité.

    C’est Lui qui nous oppose une attitude plus posé, plus libre intérieurement, parce qu’il connaît mieux que nous le besoin d’amour quand il est accordé sur la bonne source et orienté sur la bonne finalité.

    Nous avons toujours à apprendre à Aimer à la manière de Jésus et non pas seulement selon nos passions égocentriques.

  • Pascale 10 octobre 2017 06:00

    Notre vie est enveloppée de l’Amour de Dieu, ptions afin que tous le sachent et reconnaissent que la Source de notre être, c’est l’Amour de Dieu.