Lundi 23 octobre 2017

Mardi de la 29e semaine, année impaire

c’est lui qui, la ceinture autour des reins, les fera prendre place à table et passera pour les servir.

Rm. 5, 12…21
Ps. 39
Lc. 12, 35-38

  • Le mardi 24 octobre 2017 iCal
    semaine 29 : Mardi de la 29e semaine, année impaire

Restez en tenue de service, votre ceinture autour des reins, et vos lampes allumées.

info document - JPEG - 261.8 ko

Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte. Jésus, tout au long de sa vie publique, donne l’exemple du service. Il le pratique avec les pauvres, les malades, les souffrants. Il forme et enseigne jour après jour ses disciples. Il fait l’éloge du service et confirme que lui-même n’est pas venu pour être servi mais pour servir : « Restez en tenue de service, gardez vos lampes allumées », ne vous laissez pas distraire par les préoccupations égoïstes ou futiles, soyez vigilants. Nous sommes les pierres vivantes de l’Église qui est son Corps. Chacun de nous est unis dans le service comme dans un corps vivant à l’intérieur duquel s’exerce divers ministères. Nous sommes toujours comme aux jours de fondation de la Communauté Chrétienne. L’Esprit Saint anime le cœur des Chrétiens pour que l’Eglise s’enracine solidement en Dieu. Il nous faut donc redoubler de prières pour que l’Esprit Saint fasse son œuvre au milieu de nous. Nous nous retrouvons ensemble pour célébrer l’Eucharistie, pour que nous recevions la vie. Ainsi la communauté vit au rythme du cœur de Dieu.

Heureux ces serviteurs-là que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : c’est lui qui, la ceinture autour des reins, les fera prendre place à table et passera pour les servir. Jésus montre la relation incontournable qui existe entre cette vigilance, cette persévérance dans le service de Dieu et du prochain, et le bonheur dans la vie éternelle. Le Verbe de Dieu fait chair vient frapper à notre porte, il veut toujours entrer. Mais cela dépend de nous s’il n’entre pas toujours. Que notre porte soit ouverte à celui qui vient, afin de découvrir les richesses de la simplicité, les trésors de la paix, la douceur de la grâce, du soleil de la lumière éternelle qui nous illumine. Il est certain que cette lumière véritable brille pour tous ; mais si quelqu’un ferme ses fenêtres, il se privera lui-même de la lumière éternelle. Chacun d’entre nous est pour notre Dieu un être unique, un enfant bien-aimé. Il nous a créés pour ce bonheur éternel où Il nous comblera en permanence en répondant à ce besoin d’Amour qu’Il a creusé en nous. Nous le savons bien, le bonheur éternel qui nous est promis et proposé, dépasse tout ce que nous pouvons imaginer, c’est le triomphe de l’Amour, donné, reçu et partagé.

«  S’il revient vers minuit ou vers trois heures du matin et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils ! C’est par manque de fidélité au Saint Esprit que des Communautés ont été détournées de leur source. Le peuple fatigué avait commencé à se « reposer » en dehors du seul repos qui est Dieu lui-même. Il nous faut porter notre Communauté dans la prière et offrir notre vie pour qu’elle vive : « De grâce Seigneur, écoute la prière de ton peuple, donne-nous d’accomplir toujours un culte qui te rende gloire. » Le culte d’Amour que nous rendons à Dieu est pour sa gloire et pour le salut du monde. L’ouverture au monde, à tout personne de bonne volonté, s’impose à la condition que nous soyons solidement enraciné dans cœur de Jésus. Les fondateurs de l’Eglise, dès l’origine, ont reconnu l’enracinement de la communauté dans le mystère de Jésus. La communauté, voulue par l’Esprit Saint, ne peut pas sortir de son origine. Nourrie du Corps et du Sang de Jésus, de sa Parole, elle veut alors faire la volonté du Père. Elle s’étend de par le monde pour sa joie, dans le souci que les pauvres, dont la vie est éclairée par la Parole de Dieu.

Nous demandons la grâce de prier pour demeurer en tenue de service.

Vos témoignages

  • pierre 24 octobre 2017 10:28

    Au fond de notre cœur et de notre conscience, il y a des conflits non résolus, qui sont associées à la réalité des contradictions entre notre humanité menée par des passions humaines, et de l’Amour Divin qui désir nous ramener sous la conduite du Bon Berger.

    Têtus comme des chèvres grimpant sur les montagnes pour brouter le dernier brin d’herbe sèche , nous sommes loin de la docilité de la brebis perdue et recherchée pour lui donner gratuitement ce qui la réconforte et l’apaise.

    La docilité à l’Esprit Saint, qui désire emplir de Joie notre Vie tout entière est entravée par notre avidité au bien matériel, qui fait obstacle à l’abondance de la grâce Spirituelle.

    La prière du fond du cœur, comme un enfant, nous remet dans la disposition de bienveillance paisible et docile, qui recueille à chaque instant « toute la joie débordante de la vie qui vient de plus grand que lui ».

    Restons émerveillés de la grâce Divine qui nous dépasse par son Amour Infini toujours (re) retourné vers Dieu par Jésus qui nous Sauve de nos égocentrismes.

    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fichier:Amazing_Grace_(USAFB_strings).ogg

    • Mardi de la 29e semaine, année impaire 24 octobre 2017 12:37, par pierre

      Amazing Grâce : à écouter tant qu’on en ressent le bienfait !

      Grâce étonnante, au son si doux,
      Qui sauva le misérable que j’étais ;
      J’étais perdu mais je suis retrouvé,
      J’étais aveugle, maintenant je vois.
      C’est la grâce qui m’a enseigné la crainte,
      Et la grâce a soulagé mes craintes.
      Combien précieuse cette grâce m’est apparue
      À l’heure où pour la première fois j’ai cru.
      De nombreux dangers, filets et pièges
      J’ai déjà traversés.
      C’est la grâce qui m’a protégé jusqu’ici,
      Et la grâce me mènera à bon port.
      Le Seigneur m’a fait une promesse,
      Sa parole affermit mon espoir ;
      Il sera mon bouclier et mon partage,
      Tant que durera ma vie.
      Oui, quand cette chair et ce cœur auront péri
      Et que la vie mortelle aura cessé,
      Je possèderai, dans l’au-delà,
      Une vie de joie et de paix.
      La Terre fondra bientôt comme de la neige,
      Le Soleil cessera de briller,
      Mais Dieu, qui m’a appelé ici-bas,
      Sera toujours avec moi.

  • theoleyre georges marie 24 octobre 2017 09:56

    ma question est une demande
    Pourrait-on avoir un commentaire rapide peut-être quelques mots sur la première lecture
    Cela est difficile à trouver autant sur l’Évangile c’est facile
    Mais pourrait-on avoir une clé pour comprendre le texte de la première lecture
    Comme aujourd’hui avec Paul En ce qui concerne la question pourquoi sommes-nous tous pêcheurs pourquoi le mal
    Certes notre relation à Dieu a été faussé
    Vous serait-il possible de nous donner quelques mots sur la Première lecture pour compléter notre méditation merci beaucoup pour tout ce travail
    Qui nous dit que Dieu nous aime

    • Mardi de la 29e semaine, année impaire 24 octobre 2017 11:08, par Père Gilbert Adam

      Cher Georges Marie,

      C’est bon de recevoir votre question

      « Nous savons que par un seul homme, le péché est entré dans le monde, et que par le péché est venue la mort ; »

      - Nous sommes là devant la réalité de l’interprétation par les « anciens » du texte de la Genèse.

      « et ainsi, la mort est passée en tous les hommes, étant donné que tous ont péché. »

      - C’est devant cette dure réalité du péché dont nous faisons l’expérience chaque jour que nous nous trouvons !

      « 13 Avant la loi de Moïse, le péché était déjà dans le monde, »

      « mais le péché ne peut être imputé à personne tant qu’il n’y a pas de loi. »

      - ’Tu ne tueras pas,’ fais allusion à Caïn qui tue son frère Abel.

      « 14 Pourtant, depuis Adam jusqu’à Moïse, la mort a établi son règne, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam. »

      - Nous sommes devant la « théorie » du péché « originel »

      « Or, Adam préfigure celui qui devait venir. »

      - Il s’agit de Jésus annoncé par la genèse.

      « 15 Mais il n’en va pas du don gratuit comme de la faute. En effet, si la mort a frappé la multitude par la faute d’un seul, combien plus la grâce de Dieu s’est-elle répandue en abondance sur la multitude, cette grâce qui est donnée en un seul homme, Jésus Christ. »

      - C’est aujourd’hui encore ce qui nous fait tant parler de la miséricorde de Dieu.

      « 16 Le don de Dieu et les conséquences du péché d’un seul n’ont pas la même mesure non plus : d’une part, en effet, pour la faute d’un seul, le jugement a conduit à la condamnation ; d’autre part, pour une multitude de fautes, le don gratuit de Dieu conduit à la justification. »

      - La tendresse de Dieu s’étend sur ceux qui ont été « influencés » par le menteur, le serpent de l’origine.

      « 17 Si, en effet, à cause d’un seul homme, par la faute d’un seul, la mort a établi son règne, combien plus, à cause de Jésus Christ et de lui seul, régneront-ils dans la vie, ceux qui reçoivent en abondance le don de la grâce qui les rend justes. »

      - Par notre foi et notre confiance retrouvée grâce à Jésus, la Bonté de notre Père toujours en attente de notre ouverture à lui, peut à nouveau s’exercer pour nous.

      « 18 Bref, de même que la faute commise par un seul a conduit tous les hommes à la condamnation, de même l’accomplissement de la justice par un seul a conduit tous les hommes à la justification qui donne la vie. »

      - A nouveau, nous sommes devant la « théorie » du péché de l’origine

      « 19 En effet, de même que par la désobéissance d’un seul être humain la multitude a été rendue pécheresse, de même par l’obéissance d’un seul la multitude sera-t-elle rendue juste. »

      - Jésus nous a vraiment délivré de la mort.

      « 20 Quant à la loi de Moïse, elle est intervenue pour que se multiplie la faute ; mais là où le péché s’est multiplié, la grâce a surabondé. »

      - Nous avons là le grand combat de Jésus qui nous entraine dans sa loi d’Amour qui libère !

      « 21 Ainsi donc, de même que le péché a établi son règne de mort, de même la grâce doit établir son règne en rendant juste pour la vie éternelle par Jésus Christ notre Seigneur. »

      Cher Georges Marie, ces quelques mots rapides sur la première lecture sont bien imparfaits pour des réalités si précieuses. J’aime beaucoup la simplicité des Pères de l’Eglise à ce sujet.

      La clé pour comprendre le texte de la première lecture est celle « du péché de l’origine, » que Paul exprime en ce qui concerne la question du mal et du pourquoi sommes-nous « tous pêcheurs. »

      Oui, notre relation à Dieu a été faussée, nous avons douté de lui ! C’est Jésus qui nous dit combien Dieu nous aime.

      Merci cher Georges Marie, priez pour moi.

  • Philomène 23 octobre 2017 20:24

    Oui, fais-nous la grâce, Jésus d’être enracinés à jamais dans ton Cœur Sacré.

  • Philomène 23 octobre 2017 20:23

    Oui, fais-nous la grâce, Jésus d’être enraciné à jamais dans ton Cœur Sacré.