Lundi 1er août 2016 — Dernier ajout mardi 21 octobre 2014

Mardi de la 29e semaine, année paire

« Vous aussi, soyez semblables à ces hommes qui attendent que leur maître revienne des noces, afin de lui ouvrir sitôt qu’il arrivera et frappera. »

Ep. 2, 12-22 Ps. 84 Lc.12. 35-38

« Restez en tenue de service, et gardez vos lampes allumées. »

Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte. Jésus nous donne l’exemple du service, il le pratique avec les pauvres, les malades, les souffrants. Il forme et enseigne ses disciples, il confirme que lui-même n’est pas venu pour être servi mais pour servir. Les bourrasques dont nous sommes témoin, l’orage du monde, ses combats à l’extérieur comme à l’intérieur sont pour nous une occasion de veiller car nous attendons l’aide de Dieu et son salut. Le bruit extérieur ou l’agitation fait résonner la tempête ou la dépression qui sommeille en nous ! Se tenir prêt comme Jésus nous le propose, c’est nous souvenir de son Salut qui nous est donné et qui vient pour que nous veillons avec lui sur l’humanité en souffrance à l’abri de son Cœur plein de miséricorde. Nous sommes ces remparts contre lesquels l’orage ne peut rien, notre victoire est notre foi. Déjà Moïse dans l’épreuve avait frappé le rocher sur l’ordre de Dieu, et il en était sorti de l’eau pour le Peuple. Avec Marie, la mère de Jésus qui au pied de la Croix a tenu bon dans l’orage du Golgotha et est demeurée vigilante, nous tenons bon dans la joie de cette présence car nous avons en Défenseur dans le Christ Jésus son fils.

"Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour. La persévérance dans le service de Dieu et du prochain, est la réalisation de notre bonheur déjà sur la terre et dans la vie éternelle. Le fait que Dieu rendra justice à chacun d’entre nous est facteur d’espérance pour celui qui, en cette vie, peine, rame, est persécuté pour la justice. Nous prenons conscience de cette récompense inouïe qui nous attend : le Créateur, le Sauveur, Celui à qui ils doivent tout depuis leur conception jusqu’à leur mort, ce Dieu d’Amour prend la tenue de service, les installe au banquet des noces de l’Agneau et les sert chacun à son tour. Jésus le Bien-aimé est ressuscité pour le bonheur de Marie sa bien aimée qui préfigure l’humanité dans la gloire. C’est dans l’eucharistie que nous faisons mémoire de ce grand combat de Jésus pour l’humanité pour que la vie et l’Amour de Dieu lui soit donnés. Nous avons reçu ce salut quand nous avons été baptisés dans le Christ. En Lui, nous sommes devenus proches les uns des autres, le Christ notre paix a fait tomber le mur de la haine qui nous séparait les uns des autres, dans sa personne il a tué la haine. Nous veillons dans la prière pour l’humanité avec Marie à la Croix, comme la petite colombe du Cantique cachée dans l’anfractuosité du roc . Ce roc c’est le Cœur blessé de Jésus qui nous donne la vie, là l’Esprit Saint vient au secours de notre faiblesse.

"S’il revient vers minuit ou plus tard encore et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils ! Jésus est venu annoncer la Bonne Nouvelle de la paix, saisis par la paix du Christ, nous faisons la paix autour de nous en demeurant dans la paix. Dieu ne nous fera jamais défaut, ses dons peuvent répondre à toutes nos nécessités et Il veille sur nous comme un Père, un Frère et un Epoux. La vie terrestre n’est pas facile mais le bonheur éternel nous est promis, il dépasse tout ce que nous pouvons imaginer, c’est le triomphe de l’Amour, donné, reçu et partagé. Nous demeurons dans la joie de faire mémoire de Jésus dans la célébration de la Croix et de sa Résurrection. Nous ne sommes plus des étrangers mais nous sommes de la maison de Dieu. Chacun est pour Dieu un être unique, un enfant bien-aimé. Il nous a créés pour le bonheur éternel où Il nous comblera en permanence, répondant à ce besoin d’Amour qu’Il a creusé en nous. Nous demeurons dans le Cœur de Jésus, dans sa blessure, et nous le laissons guérir toutes nos blessures par la blessure de son Cœur. La pierre angulaire c’est le Christ, en lui nos vies s’édifient jusqu’à ce qu’il revienne. Jésus viendra de nouveau, comme Il le fait déjà dans l’eucharistie, Il nous lavera les pieds, il nourrira notre cœur et notre corps par le don de sa vie donnée. C’est cette bonne nouvelle que nous annonçons dans la Paix de Jésus Christ en veillant pour son retour.

Nous demandons la grâce de nous rassembler dans son amour infini de Dieu.

Vos témoignages

  • Gilbert 21 octobre 2014 16:16

    Bonjour frère Gilbert,

    L’homélie du jour suscite ma réflexion, car j’aime étudier l’Écrite Sainte. En Jean Jn 19:26 « Jésus ayant vu sa mère, et auprès d`elle le disciple qu`il aimait, dit à sa mère : Femme, voilà votre fils. » Cette Parole du Christ m’en rappelle une autre Jn 2:5 « Sa mère dit aux serviteurs : »Faites tout ce qu`il vous dira.« Marie recommande de faire ce que Jésus dit, en ce sens elle est la mère de tous les croyants. Mt 12:50 »Car quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est pour moi frère, sœur et mère." Le rôle de Marie au sein de la famille est prépondérant. En effet le Seigneur nous montre en Marie l’unité familiale, la valeur fondamentale du peuple des baptisés.

    Merci pour cette belle homélie qui nous aide à suivre notre Seigneur dans notre formation spirituelle à l’amour.

    À bientôt pour d’autres partages, (j’ai commencé à lire le pèlerin qui guérit)

    Gilbert