Mardi 20 janvier 2015

Mardi de la 2e semaine, année impaire

Jésus disait : « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat ; en sorte que le Fils de l’homme est maître même du sabbat. »

He 6, 10-20
Ps. 110
Mc. 2, 23-28

  • Le mardi 20 janvier 2015 iCal
    Semaine 2 : Mardi de la 2e semaine, année impaire

Il advint qu’un jour de sabbat Jésus passait à travers les moissons et ses disciples se mirent à se frayer un chemin en arrachant les épis.

Les Pharisiens lui disaient : « Vois ! Pourquoi font-ils le jour du sabbat ce qui n’est pas permis ? » Passant à travers les moissons, les disciples se frayent un chemin et arrachent des épis de blé pour se nourrir. Cette merveilleuse assurance vient d’une joie extraordinaire, un chant d’allégresse pour Jésus qui chante les louanges de Dieu. Les disciples manifestent combien tout ce qui est, est un don de Dieu. Jésus nous fait entrer dans la tendresse infinie de Dieu pour nous. Mais aujourd’hui, comme hier, les pharisiens, déforment la loi de Moïse en s’attachant aux détails, pour oublier l’esprit qui donne sens. En effet, ils accusent les disciples de Jésus de violer le sabbat. Selon leur idée, arracher des épis équivaut à « moissonner », et « égrener » équivaut à « battre » : ces activités agricoles étaient prohibées les jours de sabbat. Les Pharisiens disent à Jésus : « Vois ! Pourquoi tes disciples font-ils le jour du sabbat ce qui n’est pas permis ? » Jésus cite alors David qui entra dans la demeure de Dieu au temps du grand prêtre Abiathar et qui mangea les pains d’oblation qu’il n’est permis de manger qu’aux prêtres, et en donna aussi à ses compagnons. Nous savons que les pains de l’offrande étaient au nombre de douze ; on les plaçait chaque semaine sur la table du sanctuaire, en hommage des douze tribus d’Israël à leur Dieu et Seigneur."

"Jésus dit aux Pharisiens : « N’avez-vous jamais lu ce que fit David, lorsqu’il fut dans le besoin et qu’il eut faim, lui et ses compagnons ?" Le comportement d’Abiathar est conforme aux enseignements de Jésus : les préceptes légaux de moindre importance doivent céder le pas aux plus grands ; le précepte du repos sabbatique n’est pas supérieur aux besoins élémentaires de la subsistance. En s’inspirant de ce passage de la Parole, Jésus cite en exemple David qui était roi. Il avait reçu de Dieu les pouvoirs de roi, il pouvait, au temps du grand prêtre Abiathar, manger les pains d’oblation. Il n’avait pas à craindre le scandale puisqu’il avait le pouvoir de Dieu. Dans sa tendresse infinie, Jésus enlève tout ce qui peut nous séparer de Dieu Amour. Il nous fait entrer dans une liberté nouvelle qui scandalise les Pharisiens ! Ce ne sont plus désormais simplement les actes de piété qui nous rendent justes, mais le seul don de Dieu amour veut nous rendre libre, d’une liberté totale et absolue en lui. Il nous faut saisir le climat d’amour qui règne auprès de Jésus, la personne humaine, crée par Dieu, à son image, est au-delà de tout. La question de l’ordre des choses doit être soumise au bien des personnes.

"Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat ; en sorte que le Fils de l’homme est maître même du sabbat." Jésus qui s’était retiré du tumulte de la ville fait entrer les apôtres dans le secret de son cœur. Jésus sort ses disciples d’un monde de « vanités, » pour manifester les trésors d’amour du cœur de notre Père. C’est une épreuve difficile pour nous car nous voulons toujours prouver notre amour, et c’est une épreuve pour qui cherche à aimer gratuitement ! Le sabbat a été fait pour l’homme et non pas l’homme pour le sabbat. Nous ne sommes plus esclaves mais nous sommes devenus des personnes libres d’aimer dans l’amour infini de Dieu qui nous libère. Dieu fait alliance avec nous et il s’engage d’une manière irrévocable, il nous manifeste son amour infini, il veut nous faire entrer dans cet amour d’une manière libre. Il n’a plus rien désormais qui puisse tourmenter la joie, l’harmonie et la paix de l’humanité. Saint Augustin nous dit : « Aime et fais ce que tu veux ». Il dit ainsi que l’amour véritable est à mettre en tout ce que nous faisons : Travailler, pardonner, corriger, aller à la messe, prendre soin des malades, accomplir les commandements, est fait par l’amour infini de Dieu qui nous aime.

Nous demandons la grâce d’entrer dans l’amour fou de Dieu et de donner cet amour a nos frères.

Vos témoignages

  • 20 janvier 2015 08:35

    Père Gilbert,
    C’est quoi au juste le jour du sabbat ?
    Que Dieu vous bénisse père Gilbert !

    • Mardi de la 2e semaine, année impaire 20 janvier 2015 17:43, par Père Gilbert Adam

      Merci ma chère Helene,

      On pourrait traduire le Sabbat comme le repos du dimanche, comme pour prendre soin de soi et de Dieu en soi !

      « Nous ne sommes plus esclaves mais nous sommes devenus des personnes libres d’aimer dans l’amour infini de Dieu qui nous libère. Dieu fait alliance avec nous et il s’engage d’une manière irrévocable, il nous manifeste son amour infini, il veut nous faire entrer dans cet amour d’une manière libre. »

      Il nous faut donc demeurer dans cet amour, pour cela prendre du temps.