Lundi 7 novembre 2016

Mardi de la 32e semaine, année paire

De même vous aussi, quand vous aurez fait tout ce que Dieu vous a commandé, dites-vous : ’Nous sommes des serviteurs quelconques : nous n’avons fait que notre devoir.’ »

Tt. 2, 1-8.11-14 Ps. 36 Lc. 17, 7-10

  • Le mardi 8 novembre 2016 iCal
    semaine 32 : Mardi de la 32e semaine, année paire

« Lequel d’entre vous, quand son serviteur vient de labourer ou de garder les bêtes, lui dira à son retour des champs : ’Viens vite à table’ ?

La journée est terminée, la nuit va tomber, l’ouvrier revient des champs, les jambes lasses. Va-t-il souffler un peu avant le repos de la nuit ? Non, le temps de changer de tablier, et le voilà à la cuisine pour préparer le repas de son maître. Que veut nous enseigner Jésus : « Vous devez être semblables, dit-il, à des hommes qui attendent leur maître lorsqu’il revient des noces, afin de lui ouvrir dès qu’il viendra et frappera. Bienheureux ces serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. En vérité, je vous le dis : il mettra le tablier, les fera mettre à table, et, s’approchant, il les servira. » Devant Dieu nous sommes de simples serviteurs et nous ne pouvons donner que ce que nous avons d’abord reçu. Or nous recevons tout de Dieu, la vie, et le pouvoir de la donner, c’est-à-dire de servir. Dieu aime que par notre service, nous manifestions que c’est lui la source de tout don. Notre service est une réponse à un don sans limite, un pouvoir de donner aussi illimité que le don qui nous est fait. La grâce de Dieu, son amour infini sont manifestés au monde quand nous vivons vraiment dans l’amour que Jésus nous propose. Notre vie révèle la grandeur de l’Époux que nous servons, sa beauté et sa bonté.

Ne lui dira-t-il pas plutôt : ’Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et que je boive. Ensuite tu pourras manger et boire à ton tour.’ Quand nous avons fait tout ce que nous avons pu, nous avons conscience que c’est encore peu à cause de la grandeur de l’Amour reçu. C’est ainsi que Dieu s’est donné pour nous. Jésus a travaillé notre cœur par sa Passion et sa Résurrection. Il nous a donné de sortir de l’égoïsme et nous a remis dans la lumière de son amour. Il nous oriente pour que nous demeurions dans la Gratuité de l’Amour infini de Dieu. « Rien que pour aujourd’hui, » chante Thérèse. Ce qui est en notre pouvoir, c’est de raviver le don de Dieu à tout instant. Jésus nous demande de regarder l’avenir avec l’espérance que Dieu va inventer pour nous. Il nous a donné un Esprit de force et d’amour, pour persévérer, sans rien garder au cœur que la Parole de Dieu. C’est Dieu, qui « passe de l’un à l’autre et sert ses serviteurs, » qui est le maître de la parabole. En Jésus lavant les pieds de ses disciples, c’est vraiment Dieu qui est à nos genoux. Dans ce geste, Jésus se révèle à la fois Dieu au service de l’homme, et l’homme au service de Dieu, par le service de ses frères. Tel est le réalisme de la charité.

Sera-t-il reconnaissant envers ce serviteur d’avoir exécuté ses ordres ? De même vous aussi, quand vous aurez fait tout ce que Dieu vous a commandé, dites-vous : ’Nous sommes des serviteurs quelconques : nous n’avons fait que notre devoir.’ » Le premier Amour de Dieu pour sa petite créature est Lumière. Jésus nous invite à des noces, il pousse le service jusqu’au don de sa vie dans le sacrifice. Devenu le Pain de la vie, sa vie nous est donnée pour que son Corps nous donne de vivre sans cesse. Ainsi nous est révélé que l’Amour de Dieu se concrétise et prend corps à travers nos gestes d’amour et de service. Nous pouvons être, les uns pour les autres, les chemins de l’amour de Dieu si nous sommes de simples serviteurs. Créés à la ressemblance de Dieu, irrigués par son amour sans limite, nous sommes capables de le communiquer. L’Époux donne sa vie pour son épouse. C’était le service de Marie pour son tout petit Jésus qu’elle devait servir, nourrir avec un si grand Amour. Marie sera là aussi sur le chemin du Calvaire, quand Jésus est au plus dur travail de sanctification de l’humanité. La grâce nous apprend à vivre de manière à ce que le bonheur de Dieu nous prépare à accueillir ses dons pour acquérir l’attitude de la foi, de l’espérance et de l’amour. Ainsi se manifeste le Dieu de tendresse et de miséricorde, rempli de compassion qui nous aide, à partir de l’expérience quotidienne à l’aimer.

Nous demandons la grâce d’être entraînés avec Jésus pour agir par lui et pour lui.