Mardi de la 33e semaine, année paire

« Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. »
Lundi 16 novembre 2020

Ap. 3, 1…22 Ps. 14 Lc. 19, 1-10

  • Le mardi 17 novembre 2020 iCal
    semaine 33 : Mardi de la 33e semaine, année paire

« Entré dans la ville de Jéricho, Jésus la traversait. Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d’impôts, et c’était quelqu’un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il ne le pouvait pas à cause de la foule, car il était de petite taille. »

Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui allait passer par là. Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et lui dit : « Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. » Vite, il descendit et reçut Jésus avec joie. Nous découvrons dans cet Evangile une histoire vraie, le temps et l’espace sont repérés. Un homme est situé par son nom et sa localisation avec sa taille et son métier. Il cherche à voir Jésus. La parole de Jésus le touche bien plus que Zachée en a conscience. Jésus lui apporte quelque chose de radicalement neuf. Zachée voulait le regarder. Il s’aperçoit que c’est lui qui est regardé par Dieu. Et immédiatement, il entre dans de nouvelles conditions. Zachée accueille la Parole de Jésus. Il se laisse rejoindre dans cette expérience d’amour. Il accueille Jésus qui éclaire son intelligence. Dieu vient au secours de notre faiblesse et il nous donne des lumières pour avancer vers Lui. Nous demandons à Jésus d’être ardent pour Dieu, d’avancer comme Zachée. Jésus veut mettre en nous le désir ardent de le connaître. Il nous met devant notre « réalité de pauvre, » pour que nous puissions nous mettre devant lui.

"Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un homme qui est un pécheur." Si Zachée ne manquait de rien, Jésus, par sa présence lui fait saisir combien il est malheureux, pauvre, aveugle et nu ! Il vient le rencontrer de manière très personnelle, il veut toucher son cœur en friche. Zachée est reconnu dans son intériorité. Cet appel est reçu par lui comme appel à descendre de l’arbre, à quitter la maîtrise de sa vie et à retrouver son cœur, à se changer lui-même. En un instant, la transformation s’opère. Zachée entre généreusement dans l’action de grâce. De ce qu’il reçoit, il donne librement. Il fait don, il rend, il est maintenant dans la vie. La foi que Zachée recherchait sans le savoir, il la trouve, elle est tellement importante. C’est la foi en un Père qui veille sur nous et qui a mis en nous un appel à aimer. Nous ne pouvons être satisfaits que si nous l’avons trouvée. Alors nous devenons ardents dans notre amour et vigilants à faire le bien. La bonne nouvelle est reçue avec joie et action de grâce. Mais aussitôt les récriminations, les attaques pleuvent contre Jésus. Quant à lui, il est à Jéricho, dans sa montée vers Jérusalem. Le drame ne cesse de se rapprocher. Mais celui qui voulait voir qui était Jésus est vu par lui qui a levé les yeux vers lui et l’interpelle.

"Zachée, debout, s’adressa au Seigneur : « Voici, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus." Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham. En effet, le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. » Nous demandons à Dieu de nous éclairer sur le chemin que nous avons à parcourir. Il nous faut être véritablement en communion avec Lui pour ne pas nous faire illusion en demeurant au niveau des apparences ! Zachée réussissait comme collecteur d’impôt, il en avait conscience, mais il voulait voir Jésus. Il voulait entendre la Parole de Jésus. Jésus dit : Aujourd’hui le salut est venu pour cette maison, parce que lui aussi est un fils d’Abraham. Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. C’est avec clarté que la vérité apparaît en chacun de nous. C’est un appel à rendre service aux autres, à aller de l’avant, à nous convertir véritablement.

Nous demandons la grâce de ranimer la flamme de notre cœur pour entrer plus avant dans l’amour infini de Dieu.

Vos témoignages

  • pierre 17 novembre 2020 12:06

    Nous sommes pas tous les jours tout feu tout flamme, comme Jésus.

    D’autant que les passions humaines qui nous consumes sont parfois déviées du sens de la Vie que Jésus inaugure, et que nous ramons dans les élans d’une vie dispersée pour en chercher toutes les richesses, ce qui nous laisse finalement asséché par des désirs de grandeur insatisfaits.

    Si est Jésus est capable de repérer Zachée dans son désir de se situer plus haut que la foule qui lui refuse la reconnaissance sociale de son service public, il est aussi en mesure de le satisfaire, sans se laisser arrêter par l’obstacle de la jalousie de la foule qui recherche aussi le confort matériel.

    Jésus vient pour tous, nous rouvrir le cœur à l’abondance de la Vie Divine, même lorsque nous sommes pétris de complexes d’infériorité ou de supériorité, vis à vis de notre situation sociale.

    Les rivalités entre Jericho, l’oasis accueillante à la sortie du désert et Jérusalem, la cité fortifiée autour du temple, sommet royal du culte divin pour les tribus juives, sont comme les 2 pôles de la vie intérieure et extérieure.

    Se reconnaître comme un enfant perdu, égaré, donc en recherche de Jésus est toujours « gagnant » car cela nous rapproche toujours de celui vient chercher et sauver ce qui est perdu : « l’humanité privée de sa dignité infinie d’enfant de Dieu ».

    Retrouvant la nouveauté de l’Amour Divin, venu le chercher parmi ses anciennes habitudes, Zachée n’est plus dépendant de sa vie sociale qui le rétrécit à sa fonction impopulaire, il redevient riche du repentir et du partage généreux pour le plus démuni.

    L’Esprit Saint de Jésus nous remet dans la condition de frères et sœurs de Jésus, par Son Amour invincible, même pour ceux qui ont perdu le goût d’aimer, dans l’amertume d’un service écrasant nos états d’âmes, qu’ils soient ceux de la foule trop enthousiaste ou ceux du solitaire trop timide.

  • pierre 20 novembre 2018 19:50

    En regardant les images qui illustrent ce passage d’Evangile, il me semble que Jésus cueille Zachée comme un fruit mur dans l’arbre de la Foi des fils d’Abraham.

    Le "petit Zachée" avait une grande attente, que sa profession de publicain et sa situation d’enrichi, cachait aux yeux des ses coreligionnaires et de ses concitoyens, mais pas au regard de Jésus.

    Zachée accueille Jésus, et Jésus accueillit énonce une béatitude, promise à celui qui accueille la Parole de Dieu « Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je prendrai mon repas avec lui » (Ap 3, 1-6.14-22).

    Le sens de l’hospitalité si précieux dans la culture biblique fait ici rebondir l’histoire de Zachée (méprisé sans doute depuis longtemps par ses contemporains, au point de chercher à les dominer par les richesses issus de l’impôt des romains qui abusaient de leur puissance militaire).

    La libération intérieur de Zachée est aussi la nôtre quand nous sommes saisi par cette rencontre, si nous évitons de rester en dehors, en récriminant comme les autres.

    Joie de l’Amour Divin qui rencontre la joie de l’amour humain resté ouvert cet accueil mutuel. Joie pour l’homme en recherche et Joie pour Jésus cherchant et sauvant celui qui était perdu (aux yeux de tous les autres)….

    Ces passages d’Evangile qui portent la joie, nous les perdons de vue, mais Jésus ne se lasse pas de nous chercher à d’autre moment et d’autres lieux pour nous mener avec Lui, dans la Jérusalem - cité divine - où il règne pour toujours, dans l’Amour qu’il porte à tous.

  • Marguerite 19 novembre 2018 23:22

    Lorsque je fus enfant, cette évangile me parlait beaucoup, peut-être parce que j’etais ’de petite taille’ et le fait de savoir que Jésus voyait Zachée dans un arbre m’a fait sentir que Jésus fut proche des petits.

    Merci, Jésus, Ta Parole parle à chacun sans exception sur cette terre.

  • Denise Brouillette 15 novembre 2016 13:14

    « Zachée voulait regarder Jésus, il s’aperçoit que c’est Dieu qui le regarde » …rien ne sera plus pareil dans la vie de Zachée. Ce regard du Maître pénètre le cœur de Zachée, le lieu où l’amour est ! Un cœur à cœur doux, simple qui allait chambouler la vie de Zachée.Il se sent aimé, reconnu, accepté dans toute sa personne comme un fils héritier de la Promesse.On ne reconnaît plus le collecteur d’impôt mesquin, grand est son repentir. Merci Gilbert , vous êtes précieux.