Lundi 11 avril 2016

Mardi de la 3e semaine de Pâques

Je suis le pain de vie qui descend du ciel et qui donne la vie au monde.

Ac. 7, 51-8, 1a Ps. 30 Jn. 6, 30-35

  • Le mardi 12 avril 2016 iCal
    3e semaine de Pâques : Mardi de la 3e semaine de Pâques

« Ils lui dirent alors : « Quel signe fais-tu donc, pour qu’à sa vue nous te croyions ? Quelle œuvre accomplis-tu ?

Nos pères ont mangé la manne dans le désert, selon ce qui est écrit : Il leur a donné à manger du pain venu du ciel. » La foule demande à Jésus un signe ! C’est étrange, cette même foule a été nourrie la veille de cinq pains et deux poissons. Comment ont-ils oublié si vite ce qu’ils avaient vu la veille ? Ils ont reçu tout ce qu’il faut pour croire en Jésus, mais ils demandent un autre signe. Parfois, nous agissons de même, Jésus a fait pour nous une abondance de choses, nous les recevons avec joie, mais, le lendemain, nous avons oublié la joie de la veille. Comment est-il possible que nous soyons si oublieux des signes de l’amour de Dieu ? Nous recherchons un bénéfice matériel en voulant que Jésus accomplisse un nouveau signe. Jésus invite les juifs à comprendre qu’en multipliant les pains, il n’a pas donné une manne nouvelle, mais que c’est lui-même qui est le véritable Pain de vie. Dans la révélation de son amour, Jésus rencontre les forces de résistance qui lui font obstacle. Nous avançons dans la connaissance du mystère du Pain de vie en demandant l’humilité. C’est la Passion de Jésus qui nous rend victorieux dans nos combats. Jésus, Pain de vie, nous est donné pour que nous passions l’épreuve et demeurions dans la victoire de son amour, qui se donne pour nous guérir.

"Jésus répondit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, non, ce n’est pas Moïse qui vous a donné le pain qui vient du ciel ; mais c’est mon Père qui vous le donne, le pain qui vient du ciel, le vrai ; car le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et donne la vie au monde. » Moi, je suis le pain de vie, dit Jésus." Jésus nous donne toujours plus que ce que nous demandons. La foule demande du pain ordinaire et Jésus promet quelque chose de bien plus grand en proposant du pain pour nourrir l’esprit. Jésus commence à partir d’un niveau ordinaire, en parlant des choses ordinaires et il élève alors la conversation à des choses plus spirituelles. Jésus nous aide à voir que nous avons besoin de nous nourrir spirituellement. Jésus va au-delà d’un pain matériel pour un pain qui nous nourrira spirituellement afin que nous n’ayons jamais faim. Il nous donne quelque chose de beaucoup mieux que ce que nous demandons : il nous donne son propre corps en nourriture. La multiplication des pains donnait un pain ordinaire, Jésus redit que la manne donnée par Moïse était une nourriture matérielle qui annonce la “seule nourriture vraiment céleste” que le Père veut donner aux hommes. Il faut nous laissons aller à la contemplation de ce que ces mots nous suggèrent. Nous sommes faits pour Dieu, notre vraie faim est une faim de Dieu, notre seule nourriture, c’est celle qui vient de Dieu.

"Ils lui dirent alors : « Seigneur, donne-nous toujours ce pain-là. » Jésus leur dit : « Je suis le pain de vie. Qui vient à moi n’aura jamais faim ; qui croit en moi n’aura jamais soif." C’est dans la douceur et dans l’humilité que Jésus se donne comme le Pain de Dieu, le vrai, celui qui descend du ciel et donne la vie au monde. La veille de sa passion Jésus prendra le pain et le vin, Il bénira son Père et nous manifestera comment il va transformer les événements douloureux de sa Passion dans la gloire de sa Résurrection. L’Eucharistie nous soutient pour le grand combat dans lequel nous sommes engagés. Jésus nous donne une alliance nouvelle et éternelle qui dit combien Dieu est Amour. La Parole de Jésus est un bon Pain pour le cœur. Le vrai pain, c’est Jésus lui-même, sa personne dont on se nourrit par la foi en croyant en Lui. “j’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas, ma nourriture, c’est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé.” Jésus vient du Père, il demeure en son Père et sera fidèle dans son amour, il demeurera debout, il mourra sur la croix debout, Il descendra jusque dans la mort pour nous sortir, victorieux, de l’enfer. C’est à sa personne que nous adhérons en mangeant le Pain de vie. Quand nous recevons "ce Pain," la présence cachée de Dieu, la toute puissance de l’amour infini de Dieu nous est donnée pour que nous fassions « corps » avec Jésus.

Nous demandons la grâce d’entrer dans le mystère de Jésus pain de vie.

Vos témoignages

  • Contempler notre « faim de Dieu » 12 avril 2016 08:36, par Dominique

    Notre vraie faim est une faim de Dieu : la “seule nourriture vraiment céleste” que le Père veut donner aux hommes est ce "Pain de Vie", Jésus lui-même. Il faut nous laisser aller à la contemplation de ce que ces mots nous suggèrent. Nous sommes faits pour Dieu, notre vraie faim est une faim de Dieu, notre seule nourriture, c’est celle qui vient de Dieu.

    Merci, mon père, de nous inviter à contempler ce que ces mots nous suggèrent, à nous arrêter sur ce qui fait écho en nous, comme dit St Ignace, à nous arrêter sur "ce qui a du goût " pour nous.

  • Je vous offre un poème attribué à soeur Faustine.

    Oh mon cœur, te rends-tu compte Que Celui qui vient aujourd’hui chez toi, Ce Roi de Gloire qui a donné sa vie Pour te nourrir de Son Eucharistie, Oh mon cœur, te rends-tu compte Qu’il est là rien que pour toi ?