Mardi 29 novembre 2016

Mardi de la 5e semaine, année impaire

vous laissez de côté le commandement de Dieu, pour vous attacher à la tradition des hommes.

Gn. 1, 20-2, 4 Ps. 8 Mc. 7, 1-13

  • Le mardi 7 février 2017 iCal
    Semaine 5 : Mardi de la 5e semaine, année impaire

"Les pharisiens et quelques scribes, venus de Jérusalem, se réunissent auprès de Jésus, et voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c’est-à-dire non lavées."

Le grand Roi qui a créé le ciel et la terre habite en moi, c’est lui qui attire mon attention. Qu’il est admirable de méditer sur la grandeur de ce grand Dieu qui s’enferme en une si petite demeure ! Dieu est un mystère d’amour qui se donne dans les relations personnelles ! C’est un mystère d’Amour qui nous est révélé explicitement à l’Annonciation de l’ange à Marie. Dieu nous donne de contempler Jésus, son Verbe éternel, le Fils de Dieu qui s’est fait chair de la Vierge Marie. "L’Esprit Saint te couvrira de son ombre," est-il répondu à Marie qui se demande comment cela peut-il se faire ? Non seulement nous contemplons le mystère du Père et du Fils, mais aussi le mystère de l’Esprit Saint, leur Amour, qui nous est donné comme une Personne divine à contempler. Nous levons les yeux vers Celui qui est venu "pour nous et pour notre Salut." Nous reconnaissons Jésus, réellement Présent et Vivant, dans la Sainte Eucharistie. Dieu n’ a fait que descendre en venant chez nous, en se faisant petit, en obéissant et en se faisant pauvre, délaissé, exilé, persécuté, supplicié, en se mettant toujours à la dernière place. C’est l’Esprit Saint qui nous fait entrer dans ce Don au delà de tout Don. Dieu est présent dans le sanctuaire de notre cœur par l’Esprit Saint que nous avons reçu. Jésus est présent dans notre vie par la foi et nous crions vers le Père : Abba.

"…Alors les pharisiens et les scribes demandèrent à Jésus : « Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ? Ils prennent leurs repas avec des mains impures. »" Jésus leur répondit : « Isaïe a bien prophétisé à votre sujet, hypocrites, ainsi qu’il est écrit : Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi. Jésus nous dit ce qui nous empêche d’être heureux et d’être totalement donnés, nous vivons dans le mensonge : "Son cœur est loin de moi," dit-il. Ce mensonge est profond, Jésus veut le chasser de notre vie, en montrant avec insistance l’extérieur et l’intérieur de notre vie humaine. L’extérieur, c’est le paraître superficiel, ce sont tous nos masques, cette image idéale de nous-mêmes que nous poursuivons et que nous projetons sur tout ce qui nous entoure. L’intérieur, c’est le vrai et l’authentique, ce que nous sommes devant Dieu qui regard sur nous-mêmes quand nous l’accueillons humblement. Mais c’est aussi en cet intérieur de nous-mêmes que bouillonnent l’agressivité et la rancœur, que se glissent le mépris et l’égoïsme, que naît le désir d’utiliser les autres à notre profit. « Ce qui sort du cœur, dit Jésus, voilà ce qui rend l’homme impur. » Car c’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent la méchanceté, l’envie, l’orgueil et la démesure. Nous rendons grâce à Dieu, qui, avec la tendresse d’un époux nous redit son amour. Demeurer dans la véritable liberté telle que Jésus est venu nous l’apporter est notre bonheur. Il nous faut revenir à l’essentiel, à l’unité qui nous constitue quand nous recevons le don de la vie tel que Dieu nous l’a donné.

"…Moïse a dit : Honore ton père et ta mère. Et encore : Celui qui maudit son père ou sa mère sera mis à mort. Mais vous, vous dites : Supposons qu’un homme déclare à son père ou à sa mère : “Les ressources qui m’auraient permis de t’aider sont korbane, c’est-à-dire don réservé à Dieu,” alors vous ne l’autorisez plus à faire quoi que ce soit pour son père ou sa mère ; vous annulez ainsi la parole de Dieu par la tradition que vous transmettez." Et vous faites beaucoup de choses du même genre. » Nous connaissons ce que Jésus nous reproche et qui fait notre souffrance quotidienne, dès que nous essayons d’être en nous-mêmes, avec le projet de Dieu. Notre démarche vers Dieu est marquée d’une ambiguïté, et c’est là que Jésus nous interpelle. Nous le chantons ensemble, nous le louons, nous le remercions, mais notre cœur est déjà loin de lui quand notre prochain n’est pas honoré ! Dieu veut nous mener à son amour, sa gloire. Il veut que du plus secret de notre être parte toute compréhension, tout amour et toute décision. Notre vérité est totale quand nous sommes à l’écoute du Dieu vivant, quand l’amour vrai est en Dieu lui-même. Jésus peut réconcilier en nous l’être et le paraître, lui seul est capable d’ôter nos masques sans nous décourager.Seule la prière nous ouvre un chemin d’humilité. Jésus, le Fils du Père, nous donne de contempler le Père invisible. Marie manifeste la tendresse infinie du cœur de notre Père. La mère de Jésus est le miroir limpide qui nous donne de contempler l’image et la ressemblance du Dieu vivant. Nous aussi, nous sommes capables de donner tout ce que nous avons reçu !

Nous demandons au Saint-Esprit la grâce de nous introduire dans le cœur de Dieu pour y trouver notre unité.

03 Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger, par attachement à la tradition des anciens ; 04 et au retour du marché, ils ne mangent pas avant de s’être aspergés d’eau, et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d’autres pratiques : lavage de coupes, de carafes et de plats. 05… 07 C’est en vain qu’ils me rendent un culte ; les doctrines qu’ils enseignent ne sont que des préceptes humains. 08 Vous aussi, vous laissez de côté le commandement de Dieu, pour vous attacher à la tradition des hommes. » … 09 Il leur disait encore : « Vous rejetez bel et bien le commandement de Dieu pour établir votre tradition. 10 En effet…