Lundi 5 février 2018 — Dernier ajout mardi 6 février 2018

Mardi de la 5e semaine, année paire

« Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres. »

1 R. 8, 22-30 Ps. 83 Mc. 7, 1-13

  • Le mardi 6 février 2018 iCal
    semaine 5 : Mardi de la 5e semaine, année paire

"Jésus leur dit : Isaïe a bien prophétisé de vous, hypocrites, ainsi qu’il est écrit : Ce peuple m’honore des lèvres ; mais leur cœur est loin de moi."

"Les Pharisiens et quelques scribes venus de Jérusalem se rassemblèrent auprès de lui," et voyant quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c’est-à-dire non lavées, les Pharisiens, en effet, et tous les Juifs ne mangent pas sans s’être lavé les bras jusqu’au coude, conformément à la tradition des anciens, et ils ne mangent pas au retour de la place publique avant de s’être aspergés d’eau, et il y a beaucoup d’autres pratiques qu’ils observent par tradition : lavages de coupes, de cruches et de plats d’airain." Les pratiques dénoncées par Jésus, éclairent la relation de l’amour de Dieu avec son Peuple. Ces « pratiques religieuses » sont devenues des règles d’hygiène. Nous vivons dans le mensonge, dans notre existence d’hommes et de femmes responsables, c’est ce qui nous empêche d’être heureux. De ce mensonge-là, le Christ Jésus veut en délivrer notre vie, en éclairant avec insistance l’extérieur et l’intérieur de notre personne. L’extérieur, ce sont tous nos masques, et cette image idéale de nous-mêmes que nous poursuivons plus ou moins consciemment, et que nous projetons sur tout ce que nous faisons ou disons. L’intérieur, c’est la zone du vrai et de l’authentique, c’est ce que nous sommes devant Dieu, lorsque nous lui donnons un droit de regard sur nous-mêmes, lorsque « nous accueillons humblement la parole semée en nous qui est capable de nous sauver. » C’est le lieu des choix décisifs, de la fidélité quotidienne. Dans une action de grâce puissante, nous nous émerveillons devant le sommet de toute la création, l’homme et la femme créés à l’image et à la ressemblance de Dieu.

"Les Pharisiens et les scribes interrogent Jésus : Pourquoi tes disciples ne se comportent-ils pas suivant la tradition des anciens," mais prennent-ils leur repas avec des mains impures ? Il leur dit : Isaïe a bien prophétisé de vous, hypocrites, ainsi qu’il est écrit : Ce peuple m’honore des lèvres ; mais leur cœur est loin de moi. Vain est le culte qu’ils me rendent, les doctrines qu’ils enseignent ne sont que préceptes humains. Vous mettez de côté le commandement de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes." Dieu est un mystère d’amour qui se donne dans des Relations personnelles ! Il ne suffit pas, pour nous, amis du Christ Jésus, de saupoudrer notre existence de quelques moments de prière, comme les Pharisiens s’aspergeaient d’eau en revenant de la place publique. Ce que Dieu aime, c’est le dedans, le cœur. L’ami de Dieu, c’est « l’homme caché au cœur pur, » crée à son image et à sa ressemblance. Dans la Genèse Dieu dit : « faisons l’homme à notre image et à notre ressemblance. » "Faisons !" Ce mystère de Dieu Amour nous est révélé explicitement à l’Annonciation de l’ange à Marie, nous entrons dans la perspective de ce « faisons. » En proposant à Marie de devenir la mère de son Fils, Dieu nous donne de contempler Jésus, le Verbe éternel de Dieu, qui se fait chair. Il est le Fils de Dieu, « l’Esprit Saint te couvrira de son ombre, » est-il répondu à Marie qui se demande comment cela peut-il se faire ? Non seulement nous contemplons le mystère du Père et du Fils, mais aussi le mystère de leur Amour qui nous est donné comme une Personne à contempler.

"Jésus dit : vous annulez ainsi la parole de Dieu par la tradition que vous vous êtes transmise. Et vous faites bien d’autres choses du même genre." Dieu veut sauver tout l’homme et tout homme pour le mener à sa gloire. Il veut venir en nous dans ce creux le plus secret d’où partent toute compréhension, tout amour, tout choix et toute décision. Jésus, le Fils du Père, nous donne de contempler le Père invisible car il est possible de refléter le Dieu vivant. Nous sommes alors loin de ces pratiques hygiéniques des Pharisiens et les scribes. C’est dans cet extérieur de nous-mêmes que bouillonnent l’agressivité et la rancœur, et que se glissent le mépris et l’égoïsme, qui fait utiliser les autres à notre profit. « Ce qui sort du cœur, dit Jésus, voilà ce qui rend l’homme impur. » Marie manifeste la tendresse infinie du cœur de notre Père. Elle la mère de Jésus, le miroir limpide qui nous donne de contempler l’image et la ressemblance du Dieu vivant en elle. Prototype d’un monde nouveau, elle a reçu de Jésus la Parole vivante de Dieu. Le Père nous donne son Fils unique, Marie nous donnera aussi Jésus, ce Fils unique. Nous aussi nous sommes capables de donner tout ce que nous avons reçu, comme Marie ! C’est l’Esprit Saint qui nous fait entrer dans ce Don au delà de tout Don. Jésus seul peut réconcilier en nous l’être et le paraître, lui seul est capable d’ôter nos masques sans nous laisser découragés, lui seul peut nous guérir de l’illusion et faire de nous des créatures nouvelles enfin capables d’aimer.

Nous demandons à Marie de nous aider à réaliser dans notre vie la parole de Dieu.

Vos témoignages

  • pierre 6 février 2018 12:36

    La prière de consécration du temple par le Roi Salomon (nom qui en hébreu désigne le roi sage) énonce la grandeur du Dieu d’Israël, par la grandeur de Celui qui écoute les prières de Son peuple et répand Sa miséricorde sur ceux venus se confier à Lui dans leur égarement.

    C’est aussi ce que chante le psalmiste (Psaume du jour), « j’ai choisi de me tenir sur le seuil dans la maison de mon Dieu ». Attitude qui nous est favorable parce qu’elle signifie l’ouverture et l’accueil :

    * du côté intérieur vers la béatitude du cœur ouvert à l’infini de la Vie Éternelle et Divine dans la prière de Jésus.

    * du côté extérieur vers la finitude du cœur blessé à guérir par l’Amitié Fraternelle dans la proximité de Jésus.

    Ce qui serait humainement une imposture, dans une posture de médiateur hypocrite (reproche fait au pharisien pointilleux du formalisme religieux), devient un chemin de conversion personnelle et communautaire dans la vie ecclésiale instituée, accompagnée, et précédée par Jésus-Christ.

    Mère des chrétiens, Marie (juive et chrétienne) a vécu mystérieusement ce chemin, en accueillant la promesse de tout un peuple (Israël), pour l’incarner en Esprit et en Vérité, de sa naissance à sa mort, en demeurant dans une vie intiment liée de cœur à cœur, avec Jésus-Christ.

    Pour Jésus, et Marie, chaque vie humaine a une corrélation, une demeure offerte par le don et l’accueil de L’Esprit Saint.

    Cet Esprit Saint s’accueille comme la visite paisible d’une colombe avec un rameau d’olivier, au sortir de l’arche de Noé après le déluge : comme sur une terre renouvelée, ce qui émerge est une humanité enfin disponible pour vivre en paix dans l’Esprit de Dieu. Cette grâce analogique à l’acte du baptême est tout autant personnelle qu’universelle car c’est un don issu de la vocation-mission-bénédiction de Jésus-Christ.

    Marie a vécu pour nous cette corrélation, souffrant avec Jésus de la persécution de son fils qui fut rejeté et crucifié par les partisans d’une religion passéiste, face à l’ouverture de l’Amour Divin à tous. Marie a été la première en chemin,à la suite de Jésus, jusqu’à son assomption dans cet Amour Infini.

    Elle a contribué et contribue encore avec Jésus (présent et agissant dans le mystère de la Foi qui rassemble tous les chrétiens en son nom) à ouvrir une ère nouvelle pour tous, dans l’Esprit de Jésus Ressuscité. Jésus Fils de Dieu dépasse toujours nos turpitudes par la Grâce de Son Esprit Saint qui est Amour Divin.

  • Denise Brouillette 6 février 2018 12:20

    Jésus a eu souvent maille à partir avec les Pharisiens et les scribes. Ce qu’Il peut-être dérangeant ce Jésus !

    Il ne saurait être en accord avec l’hypocrisie et le paraître des docteurs de la loi. Pour le Messie c’est la personne d’abord ! Aucune loi aussi religieusement traditionnelle qui soit ne peut entraver la dignité, la liberté donnée à chaque enfant de Dieu. * Il est venu parmi nous * révéler de quel amour le Père nous aime. Il vaut mieux prendre l’offrande sacrée (Korban) et le partager en charité à un frère d’abord. C’est la seule loi d’amour qui transcende toute autre loi. Vain est le culte s’il ne se vit pas d’abord de l’intérieur. Notre être habité de l’Esprit Saint ne peut que marcher vers la loi parfaite, Il nous faut prier, beaucoup prier !

  • 9 février 2016 13:07

    Je trouve que dans cette homélie il y a une grande beauté. Soyez infiniment remercié, Père Gilbert,pour les joyaux cachés dans vos homélies. Elles m’orientent toujours vers le Vrai Visage de Jésus, Reflet Divin de notre Père des Cieux.