Lundi 25 avril 2016

Mardi de la 5e semaine de Pâques

« Jésus dit à ses disciples : Si vous m’aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je vais vers le Père, parce que le Père est plus grand que moi. »

Ac. 14, 19-28 Ps. 144 Jn. 14, 27-31a

  • Le mardi 26 avril 2016 iCal
    5e semaine de Pâques : Mardi de la 5e semaine de Pâques

"Je vous laisse la paix ; c’est ma paix que je vous donne ; je ne vous la donne pas comme le monde la donne."

Que votre cœur ne se trouble ni ne s’effraie." Jésus nous parle dans la perspective de la croix, il nous laisse sa paix, au prix de son douloureux départ de ce monde. Devant la frayeur des apôtres, Jésus annonce la paix qu’il donnera aux disciples et que le monde ne peut pas recevoir. Jésus est déterminé à accomplir l’œuvre d’amour du Père qui sauve le monde. Il nous manifeste l’union d’amour qu’il a avec son Père. « Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi. » L’envoyé du Père s’est ainsi manifesté, il accomplit une œuvre de Paix. Le désir de Jésus, c’est que le monde sache qu’il aime le Père, et qu’il a toujours fait comme le Père lui a commandé ! Notre chemin consiste à le contempler et à vivre la filiation qu’il nous donne. La Paix est là, nouvelle, éternelle, même si le trouble et la frayeur seront au rendez-vous à la Croix. Sur la Croix, par sa mort, Jésus vaincra la mort et la peur, il nous prouve ainsi son amour miséricordieux pour l’humanité. Dans notre vie, la souffrance est inévitable depuis le jour où le pêché est entré dans le monde. Mais Dieu, dans son amour infini, nous a donné le moyen d’avoir la paix au milieu de la douleur.

"Vous avez entendu que je vous ai dit : Je m’en vais et je reviendrai vers vous." Si vous m’aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je vais vers le Père, parce que le Père est plus grand que moi. Je vous le dis maintenant avant que cela n’arrive, pour qu’au moment où cela arrivera, vous croyiez." Jésus revient à la source qui est son Père, il aime son Père d’une manière totale, inconditionnée : Tout ce que dit le Père, Jésus le fait, même s’il Lui en coûte de boire à cette coupe : « Seigneur, éloigne cette coupe, mais non pas ce que je veux, ce que tu veux. » Jésus vient vers les disciples avant de les quitter, il donne un point d’ancrage à notre fidélité, d’elle, va dépendre notre paix. Ce double mouvement du Christ, vers son Père et vers nous, établit le lien porteur de la foi : « Je m’en vais, et je reviens vers vous, » et aussi, « je pars vers le Père. » Jésus, par son existence, nous donne le moyen d’entrer en relation avec notre Père. Notre vie humaine, unie à celle de Jésus, devient un sacrifice qui nous sauve du mal et du péché. Toute souffrance humaine, unie à la Croix du Christ, rachète désormais le monde. L’amour de Jésus provoque notre amour de disciple, nous nous sommes attachés à lui avec le même amour qu’il est attaché à son Père. Dieu Amour suscite en nous un amour inconditionné.

Je ne m’entretiendrai plus beaucoup avec vous, car il vient, le Prince de ce monde ; sur moi il n’a aucun pouvoir, mais il faut que le monde reconnaisse que j’aime le Père et que je fais comme le Père m’a commandé." Levez-vous ! Partons d’ici !" La confiance absolue de Jésus pour son Père est un chemin de Vie, c’est cet amour, que désormais, nous portons à Jésus. Il répondra toujours à nos demandes, dans une disponibilité totale. En son état de ressuscité qui porte tout, qui relie tout, une nouvelle création prend naissance. Elle s’initie maintenant à notre demande, à notre initiative. C’est le fruit d’une histoire qui s’achève et d’une nouvelle humanité sui s’élève. Il s’agit pour nous de rejoindre Jésus dans une adhésion de foi, d’espérance, avec un amour totalement nouveau. Heureux sommes-nous de le découvrir. L’amour inconditionné de Jésus vers son Père et du disciple vers Jésus est dégagé de toute emprise du menteur. Je vous ai dit ces choses maintenant et désormais, je ne parlerai plus beaucoup avec vous. Jésus nous manifeste l’exclusivité absolue de l’amour. Cela engendre un grand silence dans lequel nous comprenons que la paix de l’Église, la paix des fidèles est le fruit de l’amour infini. La foi en cet amour est la richesse de notre vie, les apôtres comprendront ce message quand Jésus reviendra du séjour des morts.

Nous demandons la grâce de recevoir l’Esprit Saint, l’Avocat, le consolateur.

Vos témoignages

  • Pat Batantou 27 avril 2016 06:01

    Merci Pere Adam pour cet precieux apport. Vos homelies m’aident a bien digerer ce pain du ciel que j’adore. Je suis dans la joie chaque fois que lis vos commentaires ; je comprends mieux les passages de l’ Evangile.

    Pere, merci infiniment !

    Pat Batantou

  • Antoine 26 avril 2016 08:47

    Merci Père Gilbert pour tout ce que vous dites sur la Paix. Vous allez à la Source de l’Amour et je comprends que Dieu nous invite d’y aller aussi pour vivre de Lui, de Son Amour, de Sa Paix comme font les Saints.

  • mirabelle 6 mai 2015 02:13

    La Paix soit avec vous, père Gilbert Adam !

    Au soir de notre vie nous serons jugée sur l’Amour, et sur l’Amour seulement…

    Merci de chanter l’Amour dans vos poésies. Merci de proclamer l’Amour dans vos Homélies.

    Je ne vous ai pas encore répondu sur un lontain commentaire au sujet de *l’âme*, pardon pour ce retard…à bientôt la réponse.

    Fraternellement. mirabelle

    • Mardi de la 5e semaine de Pâques 6 mai 2015 04:19, par Père Gilbert Adam

      Merci ma chère Mirabelle d’être si fidèle,

      Les questions que vous posez sont tellement belles et actuelles dans notre culture qui ne « sait » plus que Dieu EST AMOUR ni ce qu’est « l’âme », la beauté de la personne humaine !

      « Marie elle-même est cachée, elle l’est à elle-même, elle l’est dans le cœur de la Trinité Sainte, elle l’est dans le Foyer d’Amour qui brule à tout jamais. Elle parcourt la terre, par le reflet d’elle-même. Elle est là dans les yeux des « voyants », visible comme la pupille de l’œil, elle est là invisible, dans le cœur de l’aimée. Garder Marie, c’est ouvrir à jamais à Jésus, la porte de l’amour répandu. »

      Marie est une belle personne !

      Avec l’Assomption elle est au ciel « corps et âme »

      Que pensez-vous d’utiliser aujourd’hui plutôt le concept de "personne ?

      • Mardi de la 5e semaine de Pâques 2 juin 2015 03:08, par mirabelle

        Que pensez-vous d’utiliser aujourd’hui plutôt le concept de « personne » ?

        La Paix soit avec vous père Gilbert Adam !

        Humblement…voici enfin la réponse promise.

        « L’Eternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, Il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint une âme vivante. » — Genèse 2:7

        L’Homme n’est pas seulement une personne : il est une âme vivante animée par le Souffle de Vie, le Souffle de L’Esprit des origines.

        L’âme est indissociable de l’esprit et du corps…

        Malheureusement aujourd’hui le monde désire avoir affaire à une personne sans âme, dépouillée de la Beauté divine puique nous sommes créés à l’Image et à la Ressemblance de Dieu, excluant ainsi le Souffle de Vie afin d’étouffer et éteindre L’Esprit et Sa Vie divine pour en faire un robot.

        Sans Âme : sa Vie et son Esprit, seul parle et agit l’homme et son humanité, le plongeant dans l’ombre et ses calamités…

        Viens Seigneur Jésus ! Viens, Toi qui renouvelle notre âme par Ton Esprit Saint ! Viens, nous T’attendons ! Amen !

        Fraternellement. mirabelle