Mardi de la 6e semaine, année impaire

« Vous ne comprenez pas encore ? »
Lundi 18 février 2019

Gn. 6, 5-8 ; 7, 1-5.10 Ps. 28 Mc. 8, 14-21

« Les disciples avaient oublié d’emporter des pains ; ils n’avaient qu’un seul pain avec eux dans la barque.

Or Jésus leur faisait cette recommandation : « Attention ! Prenez garde au levain des pharisiens et au levain d’Hérode ! » Jésus nous dit : « Prenez garde au levain des pharisiens ou à celui d’Hérode. » Le levain des pharisiens et celui d’Hérode mène le monde dans une tribulation toujours plus grande. Il nous faut être vigilants et discerner quel levain sommeille au fond de notre cœur. Si nous n’y prenons garde, le levain des Pharisiens et d’Hérode nous conduit à ne pas croire en Jésus dans son mystère ! Nous savons que nous sommes bousculés quand « les pauvres et les petits » nous mettent en échec. Nos nerfs sont alors à fleur de peau et nous sentons la violence monter en nous ! Les pensées sombres qui sommeillent au fond de nos cœurs sont alors réveillées. C’est la même violence que nous retrouvons dans le monde aujourd’hui encore. Quelle joie de comprendre que Jésus nous veut au diapason de son cœur : "Ouvrir l’œil." Si une personne née aveugle n’a jamais vu les couleurs et que nous cherchons à lui faire comprendre ce qu’est le blanc ou le noir, nous pourrons accumuler les explications, elle n’en retirera aucune connaissance directe, parce qu’elle n’a jamais vu ces couleurs ! L’acte de foi en Jésus le Bien Aimé s’appuye sur l’expérience que nous avons de cet Amour. S’il nous parle du Royaume de l’Amour et que nous n’en avons aucune experience, nous avons de la difficulté à comprendre.

"Mais ils discutaient entre eux sur ce manque de pains. Jésus s’en rend compte et leur dit : « Pourquoi discutez-vous sur ce manque de pains ? Vous ne saisissez pas ? Vous ne comprenez pas encore ? Vous avez le cœur endurci ? Vous avez des yeux et vous ne voyez pas, vous avez des oreilles et vous n’entendez pas ! Vous ne vous rappelez pas ? Avez-vous donc l’esprit bouché, des yeux pour ne point voir et des oreilles pour ne point entendre ? Et ne vous rappelez-vous pas, quand j’ai rompu les cinq pains pour les cinq mille hommes, combien de couffins pleins de morceaux vous avez emportés ? » Ils lui disent : « Douze. » La foi en Jésus est une "connivence" de notre cœur avec son Cœur à la fois certaine et obscure. Elle est obscure parce qu’elle nous propose des vérités révélées qui surpassent toute lumière naturelle et qui excèdent toute compréhension humaine. De là vient que cette lumière excessive fournie par la foi devient pour l’âme de profondes ténèbres. Le soleil éclipse les autres lumières, au point que lorsqu’il resplendit, les étoiles disparaissent. De même la lumière de la foi, son excès prodigieux fait défaillir les feux de notre intelligence. Il faut nous nourrir du Pain de vie pour devenir un « levain d’amour » dans le monde. Nous pouvons dire que Jésus est « le seul Pain » avec eux dans la barque. Nous nous nourrissons quotidiennement de ce Pain de vie, le Christ ressuscité. Nous devenons ainsi un bon pain nous aussi. Quand nous participons au mystère pascal, nous nous nourrissons du corps et du sang de Jésus. Nous voulons devenir un « bon levain. »

« Quand j’ai rompu les cinq pains pour cinq mille personnes, combien avez-vous ramassé de paniers pleins de morceaux ? » Ils lui répondirent : « Douze.– Et quand j’en ai rompu sept pour quatre mille, combien avez-vous rempli de corbeilles en ramassant les morceaux ? » Ils lui répondirent : « Sept. » Il leur disait : « Vous ne comprenez pas encore ? » La foi est un assentiment de l’âme qui vient à nous par la Parole de Jésus. Elle est pour notre intelligence une nuit profonde, mais c’est par son obscurité même qu’elle l’éclaire. Plus elle plonge notre vie dans les ténèbres, plus elle l’illumine de ses rayons. En effet, c’est en aveuglant qu’elle éclaire, selon la parole d’Isaïe : « Si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas. » Nous contemplons la manière dont Dieu vient sauver son peuple. Il y a toujours eu dans le peuple de Dieu, un petit reste qui intercède au nom de tous les frères. Il est en contact avec le Dieu vivant signe de Dieu dans l’humanité. L’homme ajusté au cœur de Dieu est levain pour une humanité nouvelle. Ceux qui sont ajustés sur Jésus sont cette assemblée nouvelle qui tous les jours est attentive aux plus petits et aux plus pauvres. Ceux qui sont ajustés sur le cœur de Dieu avec Jésus sauvent le monde, ils trouvent grâce aux yeux de Dieu.

Nous demandons la grâce de comprendre que la réalisation de la Paix passe au milieu de nos vies.

  • Le mardi 19 février 2019 iCal
    semaine 6 : Mardi de la 6e semaine, année impaire

Vos témoignages

  • 19 février 2019 15:56

    Comme les disciples,nous traversons des périodes mouvementées après des temps de repos et convialité.

    C’est dans ces embarquement vers l’inconnu que les tensions existentielles resurgissent en révélant les tendances qui nous dominent dans la peur de manquer de l’essentiel.

    Contrairement aux ambitions politiques ( Herode - partisan de l’opportunisme) ou religieuses ( Pharisien - partisan à l’excès de la Loi de Moïse) qui sont souvent des prétextes pour dénoncer chez les autres des faiblesses non assumées, Jésus interpelle ses disciples et nous aussi pour nous éviter des querelles stériles, en visant ce qui fait grandir plutôt que ce qui manque aux uns et aux autres.

    Il remet en mémoire pour ses disciples (inattentifs ou pas encore imprégné de son Esprit Divin, car l’épisode est avant Sa Résurrection ) l’abondance messianique dont ils ont été témoins juste avant cette traversée.

    Jesus-Christ dispose pour nous de la seule abondance de vie éternelle qui peut apaiser nos cœurs : Son Amour Divin Infini, issu de Dieu, donné aux hommes qui le reçoivent, Don de L’Esprit Saint.

    Jésus est Fils de Dieu, vivant de la plénitude de la Vie Divine en une action de Grâce permanente (Eucharistie en greque) Si la louange dit Dieu pour ce qu’il est. L’action de grâce dit Dieu en relation avec le monde.

    Psaume 104 : il les rassasie du pain venu des cieux.

    C’est son Corps et son Sang, qu’il a donné sur la croix pour nous ouvrir à l’Amour Divin, plus fort que la mort, Puissance de l’Esprit Saint qui nous fait entrer dans la Résurrection comme St Jean au matin de Pâques…

  • Maryse 17 février 2015 14:49

    Merci, car vous montrez combien la foi peut nous faire atteindre les sommets de l’Amour, comme Marie, et les Saints comme St. Joseph ont dû le faire..

  • Hélène 17 février 2015 13:48

    Ouiii un grand MERCI P. Gilbert pour tout ce que vous êtes, c’est si bon ces homélies, vous nous apporté tellement, merci à l’esprit saint de vous éclairer ainsi ! ! Je vous embrasse.

  • yahel 17 février 2015 13:17

    J’aime beaucoup « Jésus était avec eux ce seul pain dans la barque »

    Jésus Marie … dans notre barque vers Pâques…

    Bon Carême et en union de prières avec tous les lecteurs des belles homélies de Père Gilbert

    Merci de tout Père Gilbert

  • H.Yves-Marie 17 février 2015 10:49

    Merci de cette très belle réflexion sur la foi, lumière invisible qui illumine l’obscurité de nos vies, de notre époque de violence inouïe qui se manifeste partout- y compris en nous, au moins en tentation- Ce texte est un témoignage qui rejoint l’enseignement de François en faveur des plus rejetés. Il nous invite à témoigner, à ne pas désespérer, à ne pas craindre d’être dans le petit reste,avec l’Eucharistie autant que nous pouvons, pour devenir Levain d’Amour. Prions, prions avec Marie ! et avec toute l’Église du Ciel et de la terre !

  • Marie-Françoise 15 février 2015 11:03

    Merci beaucoup de parler de la lumière de la foi qui surpasse notre intelligence et combien la foi est si fondamentale dans notre relation à Dieu . Cette homélie me fait réfléchir beaucoup à ce que cela veut dire de croire en Dieu et de l’Aimer.

    Merci beaucoup d’avoir partagé les lumières que vous recevez à travers cette homélie. Je sens que cela fortifie ma foi en Jésus.