Mardi 17 mai 2016

Mercredi de la 7e semaine, année paire

Celui qui n’est pas contre nous est pour nous.

Jc 4, 1-10
Ps 48
Mc 9, 38-40

  • Le mercredi 18 mai 2016 iCal
    semaine 7 : Mercredi de la 7e semaine, année paire

« Jean, l’un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un chasser des esprits mauvais en ton nom ; nous avons voulu l’en empêcher, car il n’est pas de ceux qui nous suivent. »

Jean disait à Jésus : « Maître, il n’est pas de ceux qui nous suivent ! » Ne l’empêchez pas dit Jésus au « fils du tonnerre. » Il nous est si bon de « toucher » la tendresse miséricordieuse du cœur de Jésus et sa Sagesse. Nous nous souvenons que la mère de Jean plaidait auprès de Jésus pour qu’il soit assis à sa droite ou à sa gauche dans son Royaume. La parole de Dieu nous manifeste le chemin de sainteté de l’Apôtre Jean. Face à cette bonté infinie de Dieu nous retrouvons les limites de la nature humaine. Si nous sommes fidèles à la grâce, Dieu fera de nous des saints, comme il l’a fait avec Jean. Aux fils de Zébédée, Jésus parle de la coupe à boire. Jean, qui sera à la Croix avec Jésus, comprendra cette Parole. Quand nous entendons l’Évangile, les lettres ou l’Apocalypse de Jean maintenant, nous nous rendons compte du chemin parcouru par cet homme étonnant. Être conforme à Jésus, c’est avant tout donner un verre d’eau à celui qui a soif, donner à manger à celui qui a faim. C’est encore enseigner la simplicité et la beauté de la Parole de Dieu, manifester simplement la bonté de l’amour. La gloire de Dieu fait son œuvre en nous, elle nous donne de devenir ce que nous sommes, le resplendissement de la gloire de Dieu.

« Jésus répondit : « Ne l’empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi. C’est avec notre bonne volonté et nos imperfections que nous bâtissons le Royaume de Dieu. Le chemin peut devenir sinueux si nous perdons nos idées pour laisser Dieu nous former et faire son œuvre d’amour avec nous. Il nous faut quitter l’idée de réaliser un chemin de vie par nous mêmes pour suivre Jésus. C’est dans la pauvreté que nous le suivons sur la croix, là, il nous enseigne l’amour jusqu’au bout. Reconnaître l’importance de la vie simple, mue par l’Esprit Saint. Comme dans le désert, il nous faut perdre nos repères pour nous abandonner à Dieu et laisser sa main pleine de douceur nous façonner. C’est une grâce de voir émerger ceux qui œuvrent dans l’ombre pour Jésus, par toute leur vie. Dans l’écoute respectueuse de l’autre, nous continuons le travail de rapprochement avec tous, à la suite de Jésus. La Parole de l’Évangile s’ancre dans les réalités historiques de notre monde, elle est une vie partagée par les pauvres. Ce sont eux qui nous aide à mieux comprendre l’Evangile de Jésus.

"Qui n’est pas contre nous est pour nous, dit Jésus." Si nous voulons correspondre à l’œuvre de Dieu, il nous faut accepter d’être ce que nous sommes, être malléable dans les mains de Dieu. C’est dans l’espérance de son action que nous réalisons notre chemin de vie avec Jésus. Nous n’avons pas à édifier notre sainteté, c’est Dieu le maître d’œuvre, il nous suffit simplement de nous laisser faire et de coopérer à la grâce. Nous sommes situés après la Pâque de Jésus, l’aimer, c’est aimer la vie nouvelle qu’il nous donne par sa Passion et sa Résurrection. Nous lui appartiendrons et nous nous recevons de Dieu avec une confiance infinie. Il réalise en nous son œuvre d’amour infini, et nous parlons au nom de Jésus crucifié et glorifié. Demeurer dans le quotidien avec lui, c’est ne pas le quitter. Jésus nous a manifesté un chemin de vie ! Ce n’était pas le chemin de vie dont nous avions rêvé, mais il est bien plus merveilleux encore. Le disciple de Jésus est accueil de l’autre et du diffèrent, il nous revient de le reconnaître et de lui donner sa place, telle que l’Esprit Saint le donne.

Nous demandons la grâce de l’accueil et de l’ouverture à Dieu et aux autres.

Vos témoignages

  • estelle 18 mai 2016 17:48

    je suis dans l’angoisse : merci pour cette homélie de paix et de confiance. Oui merci. Estelle

  • Marie-Elisabeth 18 mai 2016 09:20

    Père, vous parlez de l’importance d’être fidèle à la grâce reçue. J’avais été frappée il y a quelques jours par une prière liturgique demandant à Dieu de ’protéger la grâce’ que nous venions de recevoir pendant l’Eucharistie.
    Protège, Seigneur la grâce que Tu accordes à ton peuple sur cette terre, pour que nous puissions y être fidèle et y répondre afin d’ accomplir Tes Dessin d’Amour en nous et pour le monde.

    Merci, Père Gilbert, vos homélies inspirent à la prière.