Mardi 9 janvier 2018

Mercredi de la 1re semaine année paire

Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait.

1S 3, 1-10.9-21 ;4,1a Ps 39 Mc 1, 29-39

  • Le mercredi 10 janvier 2018 iCal
    semaine 1 : Mercredi de la 1re semaine année paire

"Aussitôt sortis de la synagogue, ils allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d’André. Or, la belle-mère de Simon était au lit, elle avait de la fièvre. Aussitôt, on parla à Jésus de la malade. Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever."

La fièvre la quitta, et elle les servait. La ‘journée’ de Jésus nous manifeste la tendresse de Dieu dans son action et dans son être. Nous contemplons ce quotidien de Jésus, de la synagogue, il est invité dans la maison de Simon et d’André. On lui présente la belle-mère de Pierre qui est malade, il s’approche, lui saisit la main. Il la relève avec grande délicatesse et la fièvre quitte cette femme. La tendresse de Dieu se fait proche de nous quand Jésus est là. En étant proche de lui, nous devenons proches les uns des autres, dans l’amour de Dieu. Dans la première lecture cette tendresse de Dieu se manifeste au jeune Samuel par la voix du prêtre Eli. A l’appel de Dieu, c’est lui que le jeune Samuel va voir car il est avec lui, au service de Dieu. Par trois fois Dieu appelle l’enfant, Eli comprend. Il dit à Samuel : « Tu diras : « Parle Seigneur, ton serviteur écoute. » Samuel va se coucher. « Le Seigneur vint se placer près de lui et il l’appela comme les autres fois : Samuel ! Samuel répondit : ‘parle Seigneur ton serviteur écoute’. »

« Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons. La ville entière se pressait à la porte. Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies, et il expulsa beaucoup de démons ; il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était." Le soir venu, il guérissait chacun comme cette femme qui s’est mise à son service. Jésus se met au service de tous ces gens qui lui montrent leurs maladies. Il est contagieux de santé psychique et spirituelle, c’est pourquoi il peut guérir. Jésus ne laisse pas parler les démons car ils « savent » qui il est, mais leur savoir est un refus. Ils savent mais ils rejettent, agissent contre, leur savoir est faux. Le vrai savoir est engagement à le suivre. Jésus instaure un Royaume de paix où transpire la tendresse de Dieu. Il nous faut longuement contempler cette tendresse de Dieu, pour l’habiter. Aujourd’hui encore, Jésus appelle, il passe par nos cœurs et par nos mains. Tout ce que nous sommes manifeste son amour, il nous est donné là une lumière nouvelle ! Jésus qui a la vie en lui-même, prie son Père. Il est toujours en lien avec son Père : « Le Père et moi, nous sommes un, » dira-t-il. Jésus nous encourage à la prière, notre vie chrétienne est un lien constant et permanent avec Jésus. Nous sommes du Christ : « Pour moi vivre, c’est le Christ, » disait l’apôtre Paul. Ces temps de prière dans nos vies sont si importants.

« Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait." Simon et ceux qui étaient avec lui partirent à sa recherche. Ils le trouvent et lui disent : « Tout le monde te cherche. » Jésus leur dit : « Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ; car c’est pour cela que je suis sorti. » Et il parcourut toute la Galilée, proclamant l’Évangile dans leurs synagogues, et expulsant les démons. Jésus continue de nous sauver, il achève son œuvre de guérison, de transformation de l’humanité, il accomplit la volonté du Père, dans l’Esprit Saint, il prie ! Il nous est bon de contempler Jésus prier, il se donne des moments de solitude dans un espace permanent à son Père. C’est une nécessité vitale pour lui et pour nous. Partant de Capharnaüm, il va parcourir la Galilée, car ailleurs aussi on doit entendre la Parole et faire l’expérience de la tendresse de Dieu. Jésus vient nous délivrer par sa Vie, sa Passion et par sa Résurrection, il remet l’humanité à son Père. A la suite de Jésus, nous arrivons à chaque Eucharistie avec tous ceux que nous avons rencontré dans la journée, nous venons lui apporter tous nos accablements, toutes nos souffrances et toutes les maladies. Nous les apportons dans l’offrande de Jésus sur l’autel, en sa Présence. Nous voulons aussi être tournés vers les autres pour qu’ils aient la vie en abondance.

Nous demandons à Jésus la grâce de l’Esprit Saint pour que la Vie rayonne en nous et que notre vie soit offerte.

Vos témoignages

  • denise brouillette 10 janvier 2018 13:36

    ’Jésus continue de nous sauver’(G.A.) La Bonne Nouvelle de ce jour traduit la tendresse et la compassion de Jésus. Il se fait proche, guérit, dénoue les peurs et les craintes.« »Nous sauver« , j’entends le maître prier la sublime demande : » …et délivre nous du mal." C’est de ce Mal, Malin que Jésus vient nous libérer, nous affranchir. C’est le cœur de sa mission reçue de son Père,notre Dieu Père le tout amour. Amour qui nous soutient, nous délivre nous ’ramène’ à la maison du Père. Ls vigilance est de mise, le prier sans cesse de Jésus est un appui devant les ruses diaboliques. Le pape François a eu le mot heureux« Va t’en » ! Ne dialoguer pas avec Satan.

    Avec Jésus l’arrivée à bon port est assurée.Nous nous réjouissons de la victoire de Jésus dans sa mort et sa résurrection. Amen !

  • pierre 10 janvier 2018 10:49

    Jésus nous donne la Grâce et la Paix de son Esprit Saint pour que Sa Vie rayonne à travers notre témoignage pour ses bienfaits.

    En suivant les 3 temps de la prière liturgique du jour nous pouvons entrer dans cette action de Grâce toujours offerte par le Christ et l’Eglise en reconnaissance du don de Dieu, selon un témoignage qui honore Dieu ( Notre Père - Source de Vie Universelle) Jésus-Christ ( celui qui demeure avec nous) et dans l’Esprit Saint (Amour infini)

    Dans la première lecture, on reçoit le témoignage de l’ancien testament : le nom hébreux Samuel signifie « car je l’ai demandé au Seigneur », témoignage de la mère qui le confie à Eli, après que la prière de la femme stérile (Anne- tendresse) devant le prêtre Éli a été exaucée. Samuel deviens celui qui écoute et parle pour le peuple, dans sa relation à Dieu et le mystère de sa vocation-consécration. Il est appelé à entretenir & demeurer dans la vie avec Dieu « dans l’Esprit Saint ».

    Dans le psaume 39, c’est le chant joyeux du psalmiste qui répond « me voici » quand Dieu l’appelle.

    Dans l’évangile du jour c’est l’apothéose ( glorification suprême ou consécration) de la réponse à cet appel en Jésus-Christ, l’Amour de Dieu en personne car IL est LE Fils de Dieu-consacré dans L’Esprit Saint. Il est celui qui se révèle au peuple et à l’humanité en souffrance, par la guérison de tous les malades en manque de cet Amour Divin, que rien de terrestre, ni d’humain ne peut remplacer.

    Par Lui, avec Lui, en Lui, nous sommes bien aimé, même si toute l’humanité ne l’accepte pas encore, car il nous faut accepter la diversité des rencontres et des chemins de vie que Dieu seul connaît.

  • 13 janvier 2016 07:10

    Je rends grâce pour ce ’ailleurs que vous mettez en avant ,qu’avait vécu Jésus sur terre, en communion avec le Père. Et nous, dans nos journées nous pouvons ’partir ailleurs’ tout simplement, dans l’intérieur de notre être pour rejoindre la Présence de Dieu, toujours offerte… Et ce ’ailleurs’ par excellence, l’Eucharistie -si on ne peut pas y assister on peut communier spirituellement.

    Sois loué, Seigneur, car tu ne cesses de nous chercher pour nous dire combien nous sommes l’enfant bienaimé de notre si Tendre Père.