Mercredi de la 21e semaine, année paire

« Quel malheur pour vous, scribes et pharisiens, hypocrites ! »
Mercredi 21 juillet 2010

2Th. 3, 6-10 Ps. 127 Mt. 23, 27-32

  • Du mercredi 25 août 2010 à 00:00 au jeudi 26 août 2010 à 00:00 iCal
    semaine 21 : Mercredi de la 21e semaine, année paire

« Quel malheur pour vous, scribes et pharisiens, hypocrites ! »

« Aie ! » « Quel malheur ! » Nous sommes devant le cri de douleur de Jésus quand il rencontre la méconnaissance de la Parole de Dieu. C’est en effet un grand malheur dans tous les temps et dans toutes les religions quand la Parole de Dieu a été pervertie. « Quel malheur pour vous, scribes et pharisiens, hypocrites ! » Cette mise en garde de Jésus est vraiment actuelle ! Nous risquons toujours de limiter la Parole à ce que nous en comprenons ou à notre propre convenance ! Elle ne réponds plus alors à son objet et elle trahit son Auteur qui est Dieu lui-même. « Vous ressemblez à des sépulcres blanchis qui paraissent beaux au dehors, et qui au dedans sont pleins d’ossements de morts et de toute espèce d’impureté. »

« Vous de même, au dehors, vous paraissez justes aux gens, mais au dedans vous êtes remplis d’hypocrisie et de mal. » Ce qui blesse le plus le cœur de Jésus c’est la crédulité des petits et des pauvres qui vont être pris au piège du mensonge. Ils vont être utilisés par cette dimension religieuse de leur être pour être ensuite trompés et escroqués. « Quel malheur pour vous, scribes et pharisiens, hypocrites ! Vous construisez les sépulcres des prophètes et ornez les tombeaux des justes, et vous dites : Si nous avions vécu au temps de nos pères, nous n’aurions pas été leurs complices pour répandre le sang des prophètes. » Le mensonge a pris la place de la vérité.

« Vous témoignez ainsi contre vous–mêmes que vous êtes les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes. » Ce ne sont pas seulement les « vivants » qui sont scandalisés mais encore les « morts » qui ne sont plus honorés. Jésus révèle alors combien le ciel crie pour la vérité ! L’hypocrisie, ce double visage qui révèle l’ambiguïté de nos existences est ainsi combattue par Jésus qui dira :« Bienheureux les cœurs purs, ils verront Dieu. » Jésus voudrait arrêter cette hémorragie du mensonge par des Paroles fortes : « Mettez donc le comble à la mesure de vos pères ! »

Nous demandons la grâce des cœurs purs, non mélangés par l’intérêt ou le pouvoir.