Mardi 21 novembre 2017

Mercredi de la 33e semaine, année impaire

“Très bien, bon serviteur ! Puisque tu as été fidèle en si peu de chose, reçois l’autorité sur dix villes.”

2M. 7, 1.20-31
Ps. 16
Lc. 19, 11-28

  • Le mercredi 22 novembre 2017 iCal
    semaine 33 : Mercredi de la 33e semaine, année impaire

"En effet, le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu."

Comme on l’écoutait, Jésus ajouta une parabole : il était près de Jérusalem et ses auditeurs pensaient que le royaume de Dieu allait se manifester à l’instant même. Voici donc ce qu’il dit : « Un homme de la noblesse partit dans un pays lointain pour se faire donner la royauté et revenir ensuite. Il appela dix de ses serviteurs, et remit à chacun une somme de la valeur d’une mine ; puis il leur dit : “Pendant mon voyage, faites de bonnes affaires.” A quelques jours de la fête du Christ-Roi de l’univers, cette parole de Dieu nous concerne particulièrement. La liturgie, de jours en jours, nous propose de faire fructifier les dons que nous avons reçus. Dans cette parabole, chacun reçoit une pièce d’or. Dieu donne des dons à tous, que seuls, certains feront fructifier. Au baptême nous recevons tous le don de la foi, de l’espérance et de la charité. Il nous appartient de faire en sorte que ces dons grandissent, s’épanouissent et portent du fruit. Enfants de Dieu et héritiers du Royaume du ciel, nous nous efforçons de développer ces dons en maintenant notre cœur fixé sur les choses du ciel. Nous mettons notre confiance dans la divine Providence, en aimant Dieu et en montrant cet amour par la charité envers notre prochain. C’est vers la Passion de son amour que Jésus nous entraine ! Près de Jérusalem, à quelques jours des Rameaux, certains crieront : "Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur." Le lendemain nous entendrons aussi : "À mort, crucifie-le !" Ainsi tout ce qui est donné à vivre nous entraine vers le Royaume de Dieu et le fait advenir si nous consentons à accomplir en nous l’œuvre de Dieu.

"Mais ses concitoyens le détestaient, et ils envoyèrent derrière lui une délégation chargée de dire : “Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous.” Quand il fut de retour après avoir reçu la royauté, il fit convoquer les serviteurs auxquels il avait remis l’argent, afin de savoir ce que leurs affaires avaient rapporté. Le premier se présenta et dit : “Seigneur, la somme que tu m’avais remise a été multipliée par dix.” Le roi lui déclara : “Très bien, bon serviteur ! Puisque tu as été fidèle en si peu de chose, reçois l’autorité sur dix villes.” Le second vint dire : “La somme que tu m’avais remise, Seigneur, a été multipliée par cinq.” À celui-là encore, le roi dit : “Toi, de même, sois à la tête de cinq villes.” Dieu fait don du même salut, de la même Parole, du même Esprit Saint, sans parler des grâces variées qu’il dispense à chacun. Mais tous n’ont pas le même zèle pour faire valoir ces dons à la gloire de leur Maître absent. Car le secret du service, c’est l’amour éprouvé pour Celui que l’on sert. Plus cet amour est grand, plus grand est le dévouement. Nous sommes le Corps du Christ, devenir ce que nous sommes est notre appel. C’est Jésus lui-même, dans son mystère, qui est le "Moyen" de réaliser notre vie, pour devenir l’enfant du Père par adoption. Une mine a été confiée à chacun, sa valeur est proportionnelle à notre "activité" dans l’Amour.

"Le dernier vint dire : “Seigneur, voici la somme que tu m’avais remise ; je l’ai gardée enveloppée dans un linge." En effet, j’avais peur de toi, car tu es un homme exigeant, tu retires ce que tu n’as pas mis en dépôt, tu moissonnes ce que tu n’as pas semé.” Le roi lui déclara : “Je vais te juger sur tes paroles, serviteur mauvais : tu savais que je suis un homme exigeant, que je retire ce que je n’ai pas mis en dépôt, que je moissonne ce que je n’ai pas semé ; alors pourquoi n’as-tu pas mis mon argent à la banque ? À mon arrivée, je l’aurais repris avec les intérêts.”… Après avoir ainsi parlé, Jésus partit en avant pour monter à Jérusalem. Servir le Roi de gloire dans l’Esprit Saint, c’est porter un fruit qui demeure dans la charité, à la suite de Jésus. Il nous offre sa vie dans le mystère de la Croix ! Jésus est envoyé par le Père, fortifié dans l’Esprit Saint, encouragé par Marie pour que nous ayons la vie. En attendant qu’il revienne, nous voulons vivre en fidélité aux valeurs du royaume et témoigner qu’il est notre Roi dès maintenant. Marie est un modèle pour nous, elle accompagne Jésus jusqu’à la croix, elle est la banque dont parle Jésus. Elle était préfigurée par la mère des martyrs d’Israël qui accompagne ses fils qui vont donner leur vie. "Je suis incapable de dire comment vous vous êtes formés dans mes entrailles. Ce n’est pas moi qui vous ai donné l’esprit et la vie, qui ai organisé les éléments dont chacun de vous est composé. C’est le Créateur du monde qui façonne l’enfant à l’origine. Et elle dit pour le dernier : Je t’ai porté neuf mois dans mon sein, je t’ai allaité pendant trois ans, je t’ai nourri. Je t’en conjure, regarde le ciel". Cette belle méditation nous est proposée pour que nous devenions une bonne terre qui va donner un bon fruit, pour que nous conformions notre visage au visage de Jésus dans notre marche vers le Père.

Nous demandons la grâce de faire fructifier en nous le don de Dieu.

24 Et le roi dit à ceux qui étaient là : “Retirez-lui cette somme et donnez-la à celui qui a dix fois plus.”25 On lui dit : “Seigneur, il a dix fois plus !26 – Je vous le déclare : on donnera à celui qui a ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a.27 Quant à mes ennemis, ceux qui n’ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici et égorgez-les devant moi.” »

Vos témoignages

  • pierre 22 novembre 2017 23:07

    Le courage des martyrs donnant leur vie (témoins de la Fidélité et de l’Amour de Dieu) face au tyran sans pitié (Antiocus) ou au juge sans justice (Pilate) est un don de Dieu, une relation que Dieu Lui même conforte et réconforte par Sa présence, et non pas un héroïsme humain, stoïque dans l’épreuve, ou courageux face à l’adversaire.

    C’est leur relation à Dieu qui est la force des victimes soumises à l’épreuve d’une mise à mort injuste par des être sans état d’âme, et privé de bon sens. L’amour de Dieu à comblé la vie de ces témoins d’une affection filiale comme celle de Jésus et de Marie, ou du disciple bien aimé, telle que tout autre relation paraît fade.

    Les promesses crapuleuses et les menaces de mort n’ont plus prise sur ces personnes, car elles savent discerner le chemin de Vie éternelle, en quittant toute situation de vie qui serait privée de la Grâce de l’Esprit Saint.

    Au lieu de la situation sans issue, (dans une alternative qui nous paraît intenable) que propose le tentateur, les Saints vont trouver la vraie vie qui mène à Dieu, parce qu’ils ont l’Esprit de Dieu en eux et que leur adversaire en est totalement dépourvu. Jésus nous soutient toujours dans ce conflit entre notre vie et la Sienne, car nous savons qu’il a donné Sa Vie pour nous, et que notre vie « Lui revient » pour Son Amour Infini.

    Et tandis que le tyran cruel où le juge inique s’en sont privés eux même, par leur cruauté et leur iniquité, cette Grâce de L’Esprit Saint fructifie pour la gloire de Dieu et le salut du monde. En donnant le sens de la vie Divine, qui fructifie et sanctifie sans cesse, et que l’on retrouve toujours dans le cœur et les paroles de Jésus-Christ, Roi des juifs, Source de l’Esprit de Dieu avec nous.

  • 18 novembre 2015 05:35

    Merci,merci cher père Gilbert de nous donner la Parole
    de Dieu,de nous faire entendre Jésus ! Merci