Lundi 27 février 2017 — Dernier ajout mardi 12 avril 2016

Mercredi de la 3e semaine de Pâques

Je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura plus jamais faim. »

Ac. 8, 1b-8 Ps. 65 Jn. 6, 35-40

"Jésus leur dit : « Je suis le pain de vie. Qui vient à moi n’aura jamais faim ; qui croit en moi n’aura jamais soif.

Mais je vous l’ai dit : vous me voyez et vous ne croyez pas." Nous contemplons combien Jésus se préoccupe de notre faim et de notre soif. Nous pouvons témoigner de sa sollicitude pour nous, il n’est pas indifférent devant nos souffrances. Il nous faut croire, bien plus encore, au tendre amour que Dieu notre Père a pour chacun de nous, en nous donnant Jésus. En se cachant Lui même dans l’Eucharistie, Jésus montre la distance incroyable qu’Il parcourt pour rassasier notre soif et notre faim. Dieu vient combler toutes nos attentes de la manière la plus merveilleuse qui soit. Pour entrer dans cette Parole de Dieu qui nous est donnée, il nous faut être attentif, car Dieu nous parle de multiples manières. Il nous parle par la maternité divine de Marie qui est d’abord un acte de foi en Dieu qui réalise des merveilles. Marie nous donne son tout-petit, Jésus, qui a donné son cœur à sa mère. Elle lui a donné sa personne, Jésus est pour elle son Pain de vie, le Verbe éternel préexistant depuis toujours. Jésus est venu sauver l’humanité, lui apporter le plus grand amour de Dieu. Les apôtres éprouveront de la difficulté pour entrer dans ce mystère ! La multiplication des pains était préfigurée par la manne au désert, mais les apôtres n’ont pas compris qu’elle annonçait le mystère du Pain de Vie.

"Tout ce que me donne le Père viendra à moi, et celui qui vient à moi, je ne le jetterai pas dehors ; car je suis descendu du ciel pour faire non pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. Or c’est la volonté de celui qui m’a envoyé que je ne perde rien de tout ce qu’il m’a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour." Jésus vient combler notre soif de « vie éternelle ». La faim et la soif physiques sont un pâle reflet d’un désir plus profond, caché en chacun, de la vie divine que seul Jésus, le Christ, peut nous donner. « C’est la volonté de mon Père : que quiconque voit le Fils et croit en Lui, ait la vie éternelle. » Nous devons nous présenter à Lui, aller à Lui en aspirant au don d’amour infini de Dieu qui vient. Il nous faut le reconnaitre et le recevoir dans la foi quand il se révèle. Marie a été rassasiée par la présence de son Fils, elle a compris le Don d’Amour que Dieu faisait à l’humanité. Quand Jésus nous donne son Corps et son Sang en nourriture, nous revenons à cette origine par qui nous est venu ce Don si précieux. Marie lui a donné son corps et son sang, tout son être, il nous faut revenir à ce don personnel, alors nous sommes rétablis dans la vie véritable. le Pain de vie nous est donné pour nous transformer, nous rendre à nous-mêmes, vivants en Lui. Jésus vient se loger au plus intime de notre cœur pour le changer, pour que nous connaissions le Père et que nous entrions dans une communion d’amour personnelle avec Dieu.

"Oui, telle est la volonté de mon Père, que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle, et je le ressusciterai au dernier jour. » Ces Paroles de Jésus nous stimulent à nous rapprocher de Lui chaque jour dans la prière pour recevoir son Corps et pour posséder cette vie nouvelle. Jésus, Sauveur de son peuple, nous nourrit et nous défend. Nous passons ainsi des soucis de la nourriture matérielle, au souci unique de faire la volonté de notre Père des cieux. Dans ce don de la multiplication des pains se cache la relation à celui qui donne le pain. « Je suis le Pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura plus jamais faim. » Le vrai Pain, c’est celui qui demeure pour la vie éternelle. A la résurrection, Jésus est présent au milieu du peuple qui croit en Lui, il est présent dans la communauté qui le célèbre. En célébrant l’Eucharistie, nous recevons sacramentellement, dans une petite hostie, le Corps qui a été tissé dans le sein de Marie. Mendiant d’amour, Jésus provoque en elle un amour bien plus grand que tout ce qu’elle pouvait porter dans son cœur. Quand Marie portait Jésus, elle le faisait communier à son propre sang, Jésus comblait toute les aspirations de Marie sa mère. Le Pain de vie est véritablement le Fils du Père qui nous dit : « Celui qui vient à moi n’aura plus jamais faim. »

Nous demandons la grâce d’être attentif à Jésus pour accomplir la volonté du Père.

Vos témoignages

  • Eglantine 13 avril 2016 15:45

    Père Gilbert, Votre commentaire sur l’évangile d’aujourd’hui me parle beaucoup. Marie notre Mère des Cieux ne cesse de veiller sur nous ses petits enfants. Elle a voulu que son Fils Jésus nous partage les merveilles de son Amour. Heureusement nous aurons le Ciel pour leur remercier pour ce Trésor de l’Eglise.

  • Cakire 12 avril 2016 20:36

    Oui, nous avons un Dieu , un Père, qui parcourt une distance incroyable pour se cacher dans le Pain de l ’Eucharistie pour nous dire ’Je t’aime’ dans le silence de notre cœur, âme, esprit et corps. Loué sois-Tu, Jésus, à jamais !