Mercredi 28 janvier 2015

Mercredi de la 3e semaine, année impaire

« Jésus dit : Il y a ceux qui ont été semés dans la bonne terre : ceux-là écoutent la Parole, l’accueillent et portent du fruit, l’un trente, l’autre soixante, l’autre cent. »

He. 10, 11-18 Ps. 109 Mc. 4, 1-20

  • Le mercredi 28 janvier 2015 iCal
    Semaine 3 : Mercredi de la 3e semaine, année impaire

"Jésus se mit de nouveau à enseigner au bord de la mer et une foule très nombreuse s’assemble auprès de lui, si bien qu’il monte dans une barque et s’y assied, en mer ;

et toute la foule était à terre, près de la mer. Il leur enseignait beaucoup de choses en paraboles et il leur disait dans son enseignement : « Écoutez ! Voici que le semeur est sorti pour semer." La parabole du semeur nous montre comment le royaume arrive dans les cœurs humains. La semence est le Verbe de Dieu qui veut prendre possession de toute l’humanité. La parabole du semeur dont l’intention est de nous montrer comment le royaume arrive dans les cœurs humains. Le sol ou le terrain c’est le cœur humain. On y trouve quatre genres de terrains en fonction des différentes manières dont la parole est traitée par ceux-là qui l’entendent. La semence est la même dans tous les cas et la différence dans le rendement dépend entièrement du genre de terrain où elle est semée. Nous connaissons l’importance du don de la vie qui donne son fruit, trente, cinquante, cent pour un. A Noël, nous fêtons Marie qui a porté le Verbe de Dieu. Le oui de Marie est le centuple, reflet du oui de Jésus et du oui du Père éternel.

"Et il advint, comme il semait, qu’une partie du grain est tombée au bord du chemin, et les oiseaux sont venus et ont tout mangé. Une autre est tombée sur le terrain rocheux où elle n’avait pas beaucoup de terre, et aussitôt elle a levé, parce qu’elle n’avait pas de profondeur de terre ; et lorsque le soleil s’est levé, elle a été brûlée et, faute de racine, s’est desséchée. Une autre est tombée dans les épines, et les épines ont monté et l’ont étouffée, et elle n’a pas donné de fruit. La semence “tombée le long du chemin”, est le terrain tellement dur qu’il ne pouvait s’enraciner dans le sol. Cela fait allusion à des personnes insensibles qui, comme le chemin que plusieurs personnes ont déjà emprunté plusieurs fois, ces personnes ont aussi rejeté la parole plusieurs fois jusqu’au point où leurs cœurs se sont endurcis. Tout est don dans notre réalité d’enfant de Dieu. "À tous ceux qui l’ont reçu, il a donné pouvoir de devenir enfant de Dieu." Ainsi fructifie le bon grain chez les enfants bien aimés du Père. Le semeur sème le bon grain partout ! Il n’y a pas de rocher, pas de ravin qui ne puisse devenir pour Dieu un merveilleux jardin. Dieu transforme notre cœur, Jésus est venu dans la chair pour que nous lui devenions semblables.

Et il y a ceux qui ont été semés dans la bonne terre : ceux-là écoutent la Parole, l’accueillent et portent du fruit, La parole dit notre responsabilité face au monde et nous enseigne que nous avons le bonheur de prêcher la parole avec fidélité. "Dieu a daigné nous confier notre âme comme son domaine ; mettons-nous donc à l’œuvre de toutes nos forces avec son aide, pour qu’au moment où il viendra visiter son domaine, il le trouve bien cultivé et parfaitement en ordre. Qu’il y trouve une moisson et non des ronces ; qu’il y trouve du vin et non du vinaigre ; du blé plutôt que de l’ivraie. S’il y trouve tout ce qui peut plaire à ses yeux, il nous donnera en échange les récompenses éternelles, mais les ronces seront vouées au feu" dit Saint Césaire d’Arles. Chaque chrétien doit avoir une vision évangélisatrice. Il nous faut, comme Marie, donner notre consentement pour devenir enfant de Dieu. Le Verbe de Dieu est toujours à l’œuvre ! Le corps du Christ et son sang nous sont donnés, le pardon du Christ est là sans cesse. Pour que ce monde devienne le monde de Dieu, chacun de nous se nourrit du bon grain pour devenir un bon grain. Ainsi la croix du Christ Jésus fait un travail de sanctification dans chacune de nos vies. Nous consentons à l’imprégnation du Fils de Dieu en nous, pour nous transformer en Lui. Nous croyons que son sacrifice vient à bout de nos faiblesses. Les endroits avec lesquels nous avons le plus de difficultés sont sous l’action de la divine Eucharistie, ils sont imprégnés de sa rosée. C’est en croyant, que nous laissons pousser le bon grain dans toutes les épaisseurs de notre être pour devenir ce que nous sommes.

Nous rendons grâce à Dieu pour la vie novelle qui nous est donnée dans le Christ.

Vos témoignages

  • 27 janvier 2015 20:26

    Merci pour cette bonne homélie qui fait beaucoup de bien et qui éclaire ! Est ce que c’est vous qui les écrivez avec le don de l’esprit Saint ? Soyez béni.

    • Mercredi de la 3e semaine, année impaire 27 janvier 2015 20:30, par Père Gilbert Adam

      Mais oui, avec ta prière

      • Mercredi de la 3e semaine, année impaire 28 janvier 2015 13:56, par yahel

        oh oui merci Père Gilbert pour la profondeur de cette homélie qui nous enfonce dans le réel et l’essentiel… et nous aide à avancer… vers Jésus et Marie

        • Mercredi de la 3e semaine, année impaire 28 janvier 2015 14:08, par Père Gilbert Adam

          Merci mon cher yahel

          « Dieu a daigné nous confier notre âme comme son domaine ; mettons-nous donc à l’œuvre de toutes nos forces avec son aide, pour qu’au moment où il viendra visiter son domaine, il le trouve bien cultivé et parfaitement en ordre. Qu’il y trouve une moisson et non des ronces ; qu’il y trouve du vin et non du vinaigre ; du blé plutôt que de l’ivraie. S’il y trouve tout ce qui peut plaire à ses yeux, il nous donnera en échange les récompenses éternelles, mais les ronces seront vouées au feu »

      • Mercredi de la 3e semaine, année impaire 28 janvier 2015 13:59, par Hélène

        Père Gilbert,

        Cette terre ne faut t’il pas l’entretenir ? Et comment ? En mettant cette parole en pratique ? Que Maryam et tout les anges gardiens veillent sur vous.