Mercredi de la 3e semaine, année impaire

C’est à vous qu’est donné le mystère du royaume de Dieu
Mardi 29 janvier 2019

He. 10, 11-18 Ps. 109 Mc. 4, 1-20

  • Le mercredi 30 janvier 2019 iCal
    Semaine 3 : Mercredi de la 3e semaine, année impaire

"Jésus se mit de nouveau à enseigner au bord de la mer de Galilée. Une foule très nombreuse se rassembla auprès de lui, si bien qu’il monta dans une barque où il s’assit.

Il était sur la mer, et toute la foule était près de la mer, sur le rivage. Il leur enseignait beaucoup de choses en paraboles, et dans son enseignement il leur disait : « Écoutez ! Voici que le semeur sortit pour semer. La parabole du semeur manifeste comment le royaume prend racine dans le cœur humain. La semence est le Verbe de Dieu qui veut prendre possession de toute l’humanité. L’intention de la parabole du semeur est de nous montrer comment le royaume arrive dans le cœur humain. Le sol c’est le cœur humain. On y trouve quatre genres de terrains en fonction des différentes manières dont la parole est traitée par ceux-là qui l’entendent. La semence est la même dans tous les cas et la différence dans le rendement dépend du genre de terrain dans laquelle elle est semée. Nous connaissons l’importance du don de la vie qui donne son fruit, trente, cinquante, cent pour un. Le oui de Marie à Noël est le centuple, reflet du Oui de Jésus et du Oui du Père éternel.

"Comme il semait, du grain est tombé au bord du chemin ; les oiseaux sont venus et ils ont tout mangé. Du grain est tombé aussi sur du sol pierreux, où il n’avait pas beaucoup de terre ; il a levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde ; et lorsque le soleil s’est levé, ce grain a brûlé et, faute de racines, il a séché. Du grain est tombé aussi dans les ronces, les ronces ont poussé, l’ont étouffé, et il n’a pas donné de fruit. Mais d’autres grains sont tombés dans la bonne terre ; ils ont donné du fruit en poussant et en se développant, et ils ont produit trente, soixante, cent, pour un. Dieu transforme notre cœur, Jésus est venu dans la chair pour que nous lui devenions semblables. Le semeur sème le bon grain partout ! Il n’y a pas de rocher, pas de ravin qui ne puisse devenir pour Dieu un merveilleux jardin. La semence, “tombée le long du chemin” est le terrain tellement dur qu’elle ne pouvait pas s’enraciner dans le sol. Cela fait allusion aux personnes insensibles qui ont rejeté la parole plusieurs fois jusqu’au point où leurs cœurs se sont endurcis. Tout est don dans notre réalité d’enfant de Dieu. "À tous ceux qui l’ont reçu, il a donné pouvoir de devenir enfant de Dieu." Ainsi fructifie le bon grain chez les enfants bien aimés du Père.

Il leur dit encore : « Vous ne saisissez pas cette parabole ? Alors, comment comprendrez-vous toutes les paraboles ? C’est en croyant, que nous laissons pousser le bon grain dans toutes les épaisseurs de notre être pour devenir ce que nous sommes. Il nous faut, comme Marie, donner notre consentement pour devenir enfant de Dieu. Le Verbe de Dieu est toujours à l’œuvre ! Le corps eucharistique du Christ et son sang nous sont donnés. Le pardon du Christ est là sans cesse. La Parole dit notre responsabilité face au monde. Elle nous enseigne que nous avons le bonheur de prêcher la Bonne Nouvelle avec fidélité. Pour que ce monde devienne le monde de Dieu, chacun de nous se nourrit du bon grain. Nous devenons ainsi un bon grain prêt à être ensemencé. Ainsi la Croix, Jésus fait un travail de sanctification dans chacune de nos vies. Nous consentons à l’imprégnation du Fils de Dieu en nous, pour nous transformer en Lui. Nous croyons que son sacrifice vient à bout de nos faiblesses. Les endroits avec lesquels nous avons le plus de difficultés sont sous l’action de la divine Eucharistie.

Nous rendons grâce à Dieu pour la vie novelle qui nous est donnée dans le Christ.

04 …09 Et Jésus disait : « Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! » 10 Quand il resta seul, ceux qui étaient autour de lui avec les Douze l’interrogeaient sur les paraboles. 11 Il leur disait : « C’est à vous qu’est donné le mystère du royaume de Dieu ; mais à ceux qui sont dehors, tout se présente sous forme de paraboles. 12 Et ainsi, comme dit le prophète : Ils auront beau regarder de tous leurs yeux, ils ne verront pas ; ils auront beau écouter de toutes leurs oreilles, ils ne comprendront pas ; sinon ils se convertiraient et recevraient le pardon. » 13…14 Le semeur sème la Parole. 15 Il y a ceux qui sont au bord du chemin où la Parole est semée : quand ils l’entendent, Satan vient aussitôt et enlève la Parole semée en eux. 16 Et de même, il y a ceux qui ont reçu la semence dans les endroits pierreux : ceux-là, quand ils entendent la Parole, ils la reçoivent aussitôt avec joie ; 17 mais ils n’ont pas en eux de racine, ce sont les gens d’un moment ; que vienne la détresse ou la persécution à cause de la Parole, ils trébuchent aussitôt. 18 Et il y en a d’autres qui ont reçu la semence dans les ronces : ceux-ci entendent la Parole, 19 mais les soucis du monde, la séduction de la richesse et toutes les autres convoitises les envahissent et étouffent la Parole, qui ne donne pas de fruit. 20 Et il y a ceux qui ont reçu la semence dans la bonne terre : ceux-là entendent la Parole, ils l’accueillent, et ils portent du fruit : trente, soixante, cent, pour un. »

Vos témoignages

  • 30 janvier 2019 05:00

    La parabole du Semeur engendre librement l’Amour Divin en nous.

    La Parole Divine de Jésus nous transforme peu à peu, en nous ouvrant selon l’Esprit Saint, à la fécondité sans Limite de l’Amour Divin.

    Recevant sa Parole comme une semence qui va grandir, notre humanité est appelé à lui donner cette vie de la terre pour que la transcendance se manifeste dans la verticalité et la fécondité de l’épi.

    Nous passons ainsi de l’amour propre de la personne humaine (tel le grain - s’aimer soi même, chacun pour soi) à l’amour familial et communautaire (aimer les autres et le bien commun - tel le groupe structuré pour protéger et porter le faible) dans l’intérêt mutuel et préférentiel pour ceux qui vont grandir dans ce milieu de vie collective.

    Cette vie sociale nous ouvre à d’autres dimensions de l’humanité en dépassant l’existant pour appréhender les horizons du passé et du futur ; ainsi que les limites culturelles des peuples, où l’humanité se déploie, telles que l’histoire, la géographie, la philosophie, la psychologie.

    C’est l’amour des disciples du Christ, irrigué de L’amour Divin de Jésus Christ qui s’inscrit dans l’histoire biblique, prophétique et apostolique, qui révèle peu à peu la théologie et l’ecclésiologie comme une sève particulière inspirée, vécue, guidée par l’Esprit Saint de Jésus-Christ.

    Cela nous fait rejoindre alors le mystère vivant du don de Dieu pour l’humanité, en nous faisant entrer dans ce renouvellement inouï par le mystère Eucharistique ( Action de Grâce - Louange Éternelle - Don du Ressuscité)

  • 27 janvier 2015 20:26

    Merci pour cette bonne homélie qui fait beaucoup de bien et qui éclaire ! Est ce que c’est vous qui les écrivez avec le don de l’esprit Saint ? Soyez béni.

    • Mercredi de la 3e semaine, année impaire 27 janvier 2015 20:30, par Père Gilbert Adam

      Mais oui, avec ta prière

      • Mercredi de la 3e semaine, année impaire 28 janvier 2015 13:56, par yahel

        oh oui merci Père Gilbert pour la profondeur de cette homélie qui nous enfonce dans le réel et l’essentiel… et nous aide à avancer… vers Jésus et Marie

        • Mercredi de la 3e semaine, année impaire 28 janvier 2015 14:08, par Père Gilbert Adam

          Merci mon cher yahel

          « Dieu a daigné nous confier notre âme comme son domaine ; mettons-nous donc à l’œuvre de toutes nos forces avec son aide, pour qu’au moment où il viendra visiter son domaine, il le trouve bien cultivé et parfaitement en ordre. Qu’il y trouve une moisson et non des ronces ; qu’il y trouve du vin et non du vinaigre ; du blé plutôt que de l’ivraie. S’il y trouve tout ce qui peut plaire à ses yeux, il nous donnera en échange les récompenses éternelles, mais les ronces seront vouées au feu »

      • Mercredi de la 3e semaine, année impaire 28 janvier 2015 13:59, par Hélène

        Père Gilbert,

        Cette terre ne faut t’il pas l’entretenir ? Et comment ? En mettant cette parole en pratique ? Que Maryam et tout les anges gardiens veillent sur vous.