Mercredi de la 4e semaine, année paire

« N’est–ce pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de José, de Judas et de Simon ? »
Mercredi 3 février 2016

2 Sa. 24, 2.9-16a.17 Ps. 31 Mc. 6, 1-6

Étant sorti, Jésus se rend dans sa patrie, et ses disciples le suivent.

Le sabbat venu, il se mit à enseigner dans la synagogue, et le grand nombre en l’entendant étaient frappés et disaient : « D’où cela lui vient-il ? Et qu’est-ce que cette sagesse qui lui a été donnée et ces grands miracles qui se font par ses mains ?" L’Evangile nous apprend qu’il n’a jamais été facile d’annoncer Jésus qui vient nous sauver, et que de son vivant même, parmi ceux qui le côtoyaient tous les jours, ceux qui étaient proches de lui dans l’espace et dans le temps, n’avaient pas la chance de percer son secret profond. Ils vivaient côte à côte, face à face pour ainsi dire, ils savaient peut-être beaucoup de Jésus selon la chair, mais ils ignoraient le secret de Jésus selon l’Esprit Saint. « D’où cela lui vient-il, disaient-ils ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée ? N’est-ce pas le charpentier, le fils de Marie ? Jésus était pour eux un scandale. Cette Parole est un enseignement précieux pour notre vie spirituelle. Si nous ne sommes pas habités par l’Esprit Saint, dans la mouvance de Jésus, Dieu ne peut pas agir en nous. Jésus qui revient à Nazareth est certes le fils de Marie, ses frères et ses sœurs, c’est à dire ses cousins, cousines, sa famille éloignée est là ! Mais Jésus ne sera pas reçu, on le regarde comme avant, comme si rien ne pouvait changer. Là, « Jésus ne pouvait accomplir aucun miracle. »

Celui-là n’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joset, de Jude et de Simon ? Et ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? » Et ils étaient choqués à son sujet. Et Jésus leur disait : « Un prophète n’est méprisé que dans sa patrie, dans sa parenté et dans sa maison. » Et il ne pouvait faire là aucun miracle, si ce n’est qu’il guérit quelques infirmes en leur imposant les mains." Si Jésus s’en étonne, l’incompréhension sur laquelle les gens butent, semble prévue. « Un prophète est méprisé dans son pays, sa famille et sa propre maison. » Le manque de foi rend inopérant le pouvoir d’Amour de Jésus : « Il ne put accomplir aucun miracle », dit l’Évangile. De temps à autre, Jésus semble récolter un certain succès dans son pays, cependant ces succès seront toujours teintés d’ambiguïtés. Sa parole captive, car personne n’a parlé comme lui auparavant, il accomplit des miracles, mais un jour, il devra échapper à cette foule qui veut le couronner roi sur terre, et faire de lui un Messie politique. Jésus leur reprochera d’être à l’affût des miracles et des signes extérieurs sans la foi, sans rechercher ce que pouvaient signifier spirituellement ces signes extérieurs. Un jour, il sera expulsé de son propre village. Le malentendu entre Jésus et la foule guidée par les grands prêtres ira en s’accroissant, jusqu’à la Passion. Un nouveau regard nous est nécessaire ! « Les nombreux auditeurs étaient frappés d’étonnement. » Il nous faut grandir dans l’Esprit Saint qui fait toute chose nouvelle. Cette parole est importante pour nous ouvrir les yeux ! Il nous faut évoluer dans la vie fraternelle comme dans la construction du Royaume, il nous faut un nouveau regard.

"Et Jésus s’étonna de leur manque de foi. Il parcourait les villages à la ronde en enseignant. Plus le mouvement populaire s’amplifie autour de Jésus, plus celui-ci semble frôler la réussite, plus l’ambiguïté de la situation deviendra insoutenable pour les pharisiens. Tous ceux qui sont en lien d’autorité contre lui se liguent pour le supprimer. Mais c’est à travers la trahison que Dieu réalisera son œuvre de salut et que toutes les prophéties de l’écriture s’accompliront, dans la mort du prophète expulsé. La méprise est là, dès que l’on se détache d’un regard de foi sur Jésus, sur celui qu’aucun discours ne peut épuiser. Seul le regard de Foi dévoile la réalité, c’est-à-dire dans un acte de confiance et d’amour. Lors de ces quelques moments de grâce, où la foi nous éclaire sur le mystère de la personne de Jésus, il nous faut savoir que ce n’est pas la chair et le sang qui nous font comprendre Jésus, mais un don de l’Esprit Saint venu du Père qui nous communique sa lumière. Dieu nous donne de progresser dans notre vie pour hâter la venue du Règne.

Nous demandons la grâce de nous laisser renouveler par la parole de Dieu pour nous ajuster à Dieu et les uns aux autres.

  • Le mercredi 3 février 2016 iCal
    semaine 4 : Mercredi de la 4e semaine, année paire