Mardi 6 décembre 2016

Mercredi de la 6e semaine, année impaire

Jésus le renvoya dans sa maison en disant : « Ne rentre même pas dans le village. »

Gn. 8, 6 … 22 Ps. 14 Mc. 8, 22-26

  • Le mercredi 15 février 2017 iCal
    semaine 6 : Mercredi de la 6e semaine, année impaire

"Jésus et ses disciples arrivent à Bethsaïde. Des gens lui amènent un aveugle et le supplient de le toucher."

Si nous sommes dans des situations de grandes douleurs, des difficultés et des ténèbres, Jésus nous prend par la main et nous met un peu à l’écart. Dans notre vie, nous portons nos blessures et nos souffrances avec lui ! Par sa Parole vivante, Jésus nous redit combien il nous aime. La Parole de Dieu, en nous éclairant, nous redonne les étapes de notre conversion. Dans notre chemin, il nous faut contempler Jésus. Tous les « aveugles » du monde sont là rassemblés en lui, eux qui portent le poids du quotidien. Ils sont portés maternellement par l’Église et Jésus est là qui guérit les cœurs. Nous avançons et regardons autour de nous, heureux de voir plus clair. C’est la foi qui nous donne de voir clair dans le monde et dans l’Eglise. Notre intelligence est éclairée par la foi. A l’écart du groupe, Jésus nous manifeste son Amour de différentes manières. Nous bénissons Dieu pour les dons qu’il nous donne et nous étendons cette bénédiction à tous ceux qui nous entourent. Jésus parle un langage qui résonnent dans notre humanité. Il ouvre pour nous, avec des sentiments humains, un chemin d’humilité. L’aveugle se laisse conduire par Jésus qui le prend par la main !

"Jésus prit l’aveugle par la main et le conduisit hors du village. Il lui mit de la salive sur les yeux et lui imposa les mains. Il lui demandait : « Aperçois-tu quelque chose ? » Levant les yeux, l’homme disait : « J’aperçois les gens : ils ressemblent à des arbres que je vois marcher. » Puis Jésus, de nouveau, imposa les mains sur les yeux de l’homme ; celui-ci se mit à voir normalement, il se trouva guéri, et il distinguait tout avec netteté. Le cœur de cet homme, créé à l’image et à la ressemblance de Dieu, résonne à l’amour de Jésus. Hors des bruits, hors de la foule et hors des curieux, Jésus le conduit hors du village. C’est une belle étape si importante pour nous. Jésus est en territoire païen ! « Il lui mit de la salive sur les yeux. » C’est une pratique pour les guérisseurs païens que de prendre de la salive et de faire des onctions avec cette salive. Jésus nous rassure en prenant tout ce qui est bon dans l’humanité. Cet homme commence à voir un petit peu la réalité, progressivement, l’espérance s’installe en lui. Jésus lui impose les mains : « Est-ce que tu vois clair maintenant ? » Déjà il voit plus clair. Dieu se livre dans sa parole avec une tendresse toute humaine et une miséricorde incroyable. Nous contempler longuement Jésus marchant sur la route, main dans la main avec cet aveugle. Nous avons l’expérience de cheminer les uns avec les autres, et Jésus est présent dans cette marche. Celui qui accompagne l’autre est souvent le plus petit, le plus faible. Il accompagne au nom de Jésus, s’appuyant sur l’expérience quotidienne avec son Dieu.

"Jésus le renvoya dans sa maison en disant : « Ne rentre même pas dans le village." Les contacts de Jésus à notre égard ne nous dépaysent pas, il sait aller à notre cœur. S’il se sert des pratiques en cours dans l’humanité, il les vivifie de son Esprit Saint. Ce cheminement avec Jésus manifeste sa tendresse pour nous. Dans les premiers temps de notre vie spirituelle, nous commençons à voir, mais indistinctement. Nous commençons à nous conduire mieux, mais avec combien d’ambiguïtés et encore beaucoup de confusion. Nous pouvons admirer la patience de Jésus pour nous. En fonction de notre cheminement, d’autres étapes nous sont proposées. Elles sont adaptées à notre marche avec Jésus. La manière de Jésus correspond à notre développement personnel. Nous sommes encore en chemin, nous ne sommes pas encore arrivés. Devant cet Evangile, nous réalisons que nous sommes aussi pris par la main avec Jésus. Dans chaque Eucharistie il nous touche de toutes manières. Bien mieux encore que par sa salive, puisque nous mangeons son Corps et nous buvons son Sang, que nous recevons sa Vie. C’est le mystère de Dieu venu dans notre chair humaine pour nous sauver. A chaque Eucharistie, l’Église de Jésus célèbre le salut de l’humanité, elle est aujourd’hui le lieu de la sanctification.

Nous demandons la grâce que cette action de Jésus soit de plus en plus forte pour nous. Que son amour et sa lumière rayonnent dans notre vie.

Vos témoignages

  • benjamin 9 février 2015 09:59

    merci mon père, pour votre partage d’évangile. c’est une nourriture nécessaire pour la vie humaine- matérielle et spirituelle. J’ai lu et trouvé le sens de la Parole de Dieu, même que je vis loin de l’église. Merci mon père

    • Mercredi de la 6e semaine, année impaire 9 février 2015 10:35, par Père Gilbert Adam

      Merci mon cher Benjamin,

      Tu connais l’origine de ton nom : « Fils de ma droite », comme Jésus !

      C’est vrai que l’Evangile est d’une si belle beauté pour notre temps.

      • Mercredi de la 6e semaine, année impaire 9 février 2015 19:02, par Laetitia

        Merci, car en méditant vos homélies la Douceur de Jésus transparaît et il est facile de croire combien Il ne cherchait que le Bien des enfants du Père, Il ne cherchait pas à se prouver ni à se mettre en avant.

        Jésus, Doux et Humble de cœur, rends nos cœurs semblables au Tien. Merci beaucoup de m’aider à contempler Jésus à travers l’ évangile et de sentir qu’Il est Vivant et agit de notre temps.