Mercredi de la 7e semaine de Pâques

Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais.
Mardi 26 mai 2020

Ac. 20, 28-38 Ps. 67 Jn. 17, 11b-19

  • Le mercredi 27 mai 2020 iCal
    7e semaine de Pâques : Mercredi de la 7e semaine de Pâques

« Père saint, garde-les unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes. »

Quand j’étais avec eux, je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie. Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés. La Bonne Nouvelle de Jésus, c’est qu’il veille toujours sur nous. Jésus est le premier Défenseur contre le "fils de perdition," le Menteur, celui qui ment dés l’origine. Quand Jésus repart vers le Père, la vérité de sa Parole est confirmée par sa vie : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimé. » Jésus donne sa vie pour ses brebis. Il manifeste l’Amour infini de Dieu pour nous dans le don qu’Il fait de Lui-même. Jésus nous donne l’Esprit Saint parce que seul l’Esprit Saint, en s’unissant à notre esprit, peut nous révéler les mystères de la Foi. Seul l’Esprit du Seigneur rassemble dans l’unité le Peuple de Dieu dispersé. Il constitue avec les croyants un Corps dont la tête est le Christ qui est déjà dans les cieux. Baptisés, nous recherchons Jésus là où il se donne, au plus intime de nous-mêmes. Renais de l’eau et de l’Esprit à une vie nouvelle, nous sommes en lui, dans le Christ. Nous implorons la venue de l’Esprit saint sur nous-mêmes et sur toute l’Eglise. Jésus nous envoie alors un autre Défenseur, l’Esprit Saint. C’est l’Amour que Jésus a pour son Père, l’Esprit Saint qui nous rappellera toutes choses.

« Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde. » Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais. Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde. Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité. En se révélant à nous par son Incarnation et en révélant notre destinée finale par son Ascension, Jésus nous invite à proclamer qu’il est Seigneur. Par sa vie sur terre, par sa mort et par sa descente aux enfers, le Christ Jésus a tout visité et il entraîne tout vers le Père. Tous ceux qui ont reçu la visite du Fils du Père sont appelés à reconnaître et à témoigner de lui qui est venu dans la chair. Au ciel, sur terre et aux enfers, toute langue atteste l’œuvre de Dieu pour le salut des hommes. Jésus nous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Dans les combats, dans les difficultés que nous allons rencontrer, la Lumière de la Parole de Dieu nous éclaire, elle éclaire tous les évènements. Nous ne prenons pas les armes de l’adversaire qui sont le mensonge et la violence. Elles ne nous donneraient pas la victoire, ce serait le loup qui l’emporterait. Nous sommes désarmés et nous acceptons de l’être puisque Jésus nous désarme et nous envoie pauvres au combat pour la Vérité dans la Charité. C’est Dieu qui est notre Défenseur.

« De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. » Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. Jésus a pris sur lui ce qui blessait l’homme au plus profond de lui-même, le péché et la mort. A l’Annonciation, par l’Incarnation du Verbe, l’humanité et la divinité sont à jamais liées. Par l’Ascension de Jésus, un Homme-Dieu est accueilli au sein même de la Trinité Sainte. Le mouvement ascendant de Jésus donne à notre humanité blessée par le péché, le partage de la vie trinitaire. Le mouvement descendant de Jésus pour nous chercher nous ouvre à la Résurrection de la chair. Jésus a ouvert la porte du ciel à tous ceux qui, par lui, retrouve la communion avec le Père. L’apôtre dira : « Veillez sur vous-mêmes, et sur tout le troupeau où l’Esprit Saint vous a placés comme responsables… Je sais que des loups féroces s’introduiront chez vous. » La victoire de l’Amour est assurée par la douceur, la patience, l’humilité, qui sont les fruits de l’Esprit Saint. C’est toute notre réalité charnelle qui s’en trouve modifiée.

Nous demandons la grâce de demeurer dans l’amour de Jésus. »

Vos témoignages

  • pierre 27 mai 2020 09:59

    Nous aimons humainement ce qui est déjà bien. Mais nous sommes quotidiennement confrontés aux limites de la vie humaine, en perpétuelle évolution, en conflit avec les avantages et les inconvénients d’une aptitude à choisir entre le bien et le mal.

    Nous sommes personnellement et collectivement tentés de remédier à nos conflits par les seuls artifices de l’esprit humain : la science et ses instruments techniques, la politique et ses lois sociales, l’art et ses charmes sensuels.

    Mais tous nos efforts pour nous humaniser mieux, ne suffise pas pour combler l’immortalité de l’âme humaine, dans sa ressemblance et sa transcendance qu’elle reçoit de Son Créateur.

    Il nous faut donc consentir à recevoir ce qui nous manque de la source qui ne peut « manquer de nous ressourcer » : Jésus-Christ.

    C’est la pierre d’achoppement de toute l’humanité et de toute notre humanité : sans Lui, nous ne pouvons pas être « comblé de Joie inaltérable » dans la vie humaine.

    Sans Lui, nous pouvons pas trouver ce qu’il nous donne, dans son Amour pour nous : l’assurance d’être enfant de Dieu appelé à vivre dans un Amour infini, la certitude d’être aimé de Dieu au delà de nos vicissitudes, la Grâce de participer à Son œuvre de Vie Éternelle en aimant « comme il nous a aimé ».

    Jésus est allé jusqu’au bout de la condition humaine, pour nous (re) donner L’Esprit Saint qui nous (re) configure à sa ressemblance et que le monde « loin de Lui » ne peut recevoir.

    Il nous faut comme Jean et Marie, les disciples selon le cœur immaculé ( rien que de l’Amour) de Jésus « apprendre de Lui la Douceur et l’Humilité », cette transformation de notre cœur par les Dons de l’Esprit Saint qui donnent la vie sans heurt et sans malheur.

    Que ta volonté sois faite ! Ta volonté (Jesus demeurant dans l’Esprit Saint) est toujours bien meilleure que la mienne qui demeure trop humaine.

    La fete de la Pentecote nous prépare à cette exultation de Joie, dans la mesure ou nous accueillons l’Esprit de Jesus vraiment homme et vraiment Dieu pour nous mener à la vraie Vie sans limites.

  • Henri 26 mai 2020 20:55

    Priez cher Père Gilbert que nous ayions la même profondeur de foi que vous, pour pouvoir témoigner de Jésus dans le monde, et rayonner de Son Amour, comme vous le faites.

  • Denise Brouillette 16 mai 2018 14:03

    La force de l’amour se mesure dans la démesure.

    Oh quel amour Dieu nous a prévalu en son Fils ! Qui à son tour rends grâce au Père en accomplissant ses œuvres de miséricorde envers nous. J’aime particulièrement la prière sacerdotale, hymne à l’amour venu du cœur de Jésus, fils de l’homme. Prière adressée au Père pour que nous, ses disciples, restons unis. « Je prie pour que tous soient un…comme toi tu es uni à moi et moi à toi. Qu’ils soient un pour que le monde croit que tu m’as envoyé. »

    Nous avons pour mission celle-là même de Jésus. Seul nous ne pouvons y arriver. Christ nous envoie son Esprit tout imprégné de Dieu, qui rend toute chose possible. Sous la mouvance de l’Esprit, peut-être arriverons-nous à créer quelque chose de nouveau et de durable. Amen !

  • Denise Brouillette 11 mai 2016 12:27

    Incarnation de la Parole, Ascension de la Parole, un seul et même mouvement amoureux qui lie le Ciel et la Terre . Une demande : que l’Esprit Saint habite en mon esprit par Jésus et Christ, Amen !

  • Chantal 11 mai 2016 08:30

    Merci Père Gilbert- vous proposez des moyens concrètes de recours dans l’Esprit Saint, notre Défenseur par la Charité. Merci, car je n’ avais jamais pensé qu’il s’agit d’être désarmée pour laisser passer l’Esprit Saint en nous. Du coup, il s’agit d’être fidèle à l’Esprit Saint quelque soit le combat.

    Je rends grâce à Marie car vous êtes vraiment son fils.