Vendredi 23 juin 2017

Nativité de Saint Jean Baptiste

Que sera donc cet enfant ? En effet, la main du Seigneur était avec lui.

Is. 49, 1-6
Ps. 138
Ac. 13, 22-26
Lc. 1, 57-66.80

  • Le samedi 24 juin 2017 iCal
    Fête des saints. Juin : Nativité de Saint Jean Baptiste

"Quand fut accompli le temps où Élisabeth devait enfanter, elle mit au monde un fils."

Ses voisins et sa famille apprirent que le Seigneur lui avait montré la grandeur de sa miséricorde, et ils se réjouissaient avec elle. La nativité de Jean Baptiste nous est donnée comme un évènement unique. Il nait d’un couple âgé, stérile. « Elisabeth mit au monde un fils. » Cette expression commune est riche d’un sens profond. Un souffle intérieur, échangé entre Elisabeth et Zacharie dans leur intimité, porte cette décision qui vient d’en haut : « Il s’appellera Jean. » Le monde reçoit celui que personne n’espérait plus. Il se réjouit, mais aussitôt, tend à faire sien cet enfant, à se l’approprier. Alors une rupture surgit à l’énoncé de son Nom : « Il s’appellera Jean, » dit sa mère. La naissance de Jean Baptiste est la Beauté d’un recommencement, d’une promesse. La Bonne Nouvelle nous entraine toujours en avant, elle nous sort de nous-même, elle nous conduit à la vie véritable. C’est dans la faiblesse et la pauvreté de cet enfant que Dieu agira pour le salut du monde ! Il en est ainsi dans notre vie, l’Esprit Saint agit dans notre faiblesse. Jean Baptiste sera cet homme dont la vie, dans l’histoire du salut, marque l’importance de la faiblesse de notre humanité qui va à la rencontre de Dieu.

"Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père." Mais sa mère prit la parole et déclara : « Non, il s’appellera Jean. » On lui dit : « Personne dans ta famille ne porte ce nom-là ! » On demandait par signes au père comment il voulait l’appeler. Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit : « Jean est son nom. » Et tout le monde en fut étonné. À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia : il parlait et il bénissait Dieu. « Que sera donc cet enfant ? » Il ira, jusqu’au péril de sa vie, pour dire le droit. Le bonheur de cette naissance est une perle pour nous tous, la joie d’exister est redonnée à la terre des hommes. Il fait sortir chacun de l’épaisseur du quotidien, de l’habituel pour le projeter dans la volonté de Dieu. Il est la « voix qui crie dans le désert. » Il fait tomber de chacun ce qui l’empêche de voir la beauté de Dieu. A Hérode il dira : « Tu n’as pas le droit de prendre la femme de ton frère pour épouse. » Dés sa conception, Jean Baptiste relance la question de l’existence, il la ramène à Dieu. Par lui, la Liberté intérieure nous est redonnée dans l’Esprit Saint. L’Esprit prophétique est un esprit d’humilité, c’est aussi un esprit de force. Il est un esprit de droiture et de justice. C’est en lui que notre « oui est oui » et que notre « non est non ».

"La crainte saisit alors tous les gens du voisinage et, dans toute la région montagneuse de Judée, on racontait tous ces événements." Tous ceux qui les apprenaient les conservaient dans leur cœur et disaient : « Que sera donc cet enfant ? » En effet, la main du Seigneur était avec lui. L’enfant grandissait et son esprit se fortifiait. Il alla vivre au désert jusqu’au jour où il se fit connaître à Israël. Jean Baptiste laissera tomber les certitudes provisoires pour être pure attente de « Celui qui vient. » Il ira à la limite de l’humain. L’Esprit Saint qui l’anime au plus profond, le conduira au désert. La vie de Jean le Baptiste est un appel à la vie. A son école, chacun peut redécouvrir son propre chemin. Le prophète annonce Dieu, il ne se met pas en avant, ce qu’il doit dire, il le dit avec la force de la vérité, et il s’efface. « Le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui, » dira Jésus. Et toi, petit enfant, on t’appellera prophète du Très-Haut, car tu marcheras devant le Seigneur pour lui préparer le chemin, pour révéler à son peuple qu’il est sauvé, que ses péchés sont pardonnés. Les pauvres annoncent Jésus sans le savoir !

Nous demandons la grâce de demeurer en Dieu et de témoigner de Jésus par notre vie

Vos témoignages

  • 24 juin 2017 13:43

    Joyeuse St-Jean père Gilbert,

    Comme il parle le silence de Dieu ! Heureux ceux et celles qui ont des oreilles pour ’’l’entendre’’nous enseigne le Fils obéissant. Il est fort , puissant, agissant le souffle de l’Esprit Saint dans la silence de notre cœur. Dieu n’attend que notre consentement pour poursuivre Sonœuvre, parole entendue au plus profond de nous.
    Gloire à Dieu d’avoir donnée à Jean la grâce de devenir un témoin exemplaire de la parole reçue et entendue.Jean ne pouvait plus se taire…il nous invite encore aujourd’hui à la conversion. Ainsi soit-il !

  • 24 juin 2016 06:10

    Quel bel exemple nous donne ce Saint Jean Baptiste. Ami de Jésus depuis le sein de sa mère jusqu’à sa mort, il a témoigné de la Présence de Jésus dans un doux respect.

  • Jean-Marie 23 juin 2015 22:09

    ’Risquons-nous dans les silence, faisons de la prière notre ami’ - ces paroles me touchent et j’ai envie de
    suivre ce conseil.

    Merci, Père Gilbert, pour cet encouragement pour la prière silencieuse, dans un monde qui perd le sens de la beauté du silence pour écouter Dieu.

    Vos paroles me rappellent de la phrase de St Jean de la Croix que j’ai entendue une fois :
    ’Le silence est le parler de Dieu’
    J’aime ce qu’ ’il dit et j’aime ce que vous dites. Merci Père Gilbert. Bonne fête de St Jean le Baptiste.