Samedi 3 décembre 2016

Notre-Dame de Lourdes

Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée.

Is. 66, 10-14c Jd. 13, 18b-20 Jn. 2, 1-11

  • Le samedi 11 février 2017 iCal
    Fêtes de Notre-Dame. 2 : Notre-Dame de Lourdes

"Le troisième jour, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples.

Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. » Nous fêtons Bernadette de Lourdes. A la suite de Marie, Bernadette dit oui à la parole de Dieu donnée par Marie à Lourdes. A Lourdes, Marie choisit la plus pauvre des petites filles du village. Les pauvres sont à la périphérie de la société. Ils ne sont pas reconnus, ils sont méprisés à cause de leur petitesse et de leur pauvreté. Bernadette se trouvait à Lourdes dans une situation extrême, c’était la famille la plus humiliées de cette petite ville. Lourdes sera comme Cana pour Bernadette. « Ta parole est un vin délicieux, » disait déjà le Cantique des Cantiques ! Marie pourra dire encore : Ils n’ont plus de vin, ils n’ont plus la Parole vivifiante de Dieu. Le « bon vin » va arriver par Bernadette, la pauvre qui n’était pas reconnue ! Marie-médiatrice est centrale à Cana, elle établit la relation entre son fils Jésus, l’Unique Médiateur, et les serviteurs. Elle s’efface ensuite dans la contemplation de Jésus qui nous sauve. Marie est pour nous un modèle, elle perçoit le problème qui surgit. Elle dit simplement la situation à Jésus son Fils, et elle se retire. L’action est enclenchée, il n’y a plus rien à faire pour elle, si ce n’est de contempler ce qui se réalise. La Bonne Nouvelle de la Parole vivante de Jésus est annoncée aux pauvres.

Sa mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » Or, il y avait là six jarres de pierre pour les purifications rituelles des Juifs ; chacune contenait deux à trois mesures, (c’est-à-dire environ cent litres). Jésus dit à ceux qui servaient : « Remplissez d’eau les jarres. » Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent. Et celui-ci goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais ceux qui servaient le savaient bien, eux qui avaient puisé l’eau. Alors le maître du repas appelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. » A Lourdes, Marie fait le choix de Bernadette, pour qui la vie est bien difficile. Comme les serviteurs de l’Évangile, Bernadette passe par bien des épreuves. Elle fait face, dans la pauvreté et dans l’humilité, avec la grâce à Dieu. Bernadette a été une source de grâce étonnante pour son entourage. Si les sœurs de Nevers la reçoivent dans leur congrégation, c’est parce qu’elle est liée à Marie. La scène de Cana avec Marie devient un modèle pour notre manière d’agir. Marie nous indique jusqu’où nous pouvons aller dans la demande de notre salut à Jésus. C’est dans la perspective de la croissance de l’autre, de son autonomie, de sa libre expression, de sa propre contribution que Marie agit. L’aide de Marie a été vécue dans le plein respect de la liberté de chacun, elle annonce déjà la Passion. Jésus a épousé notre humanité, il est devenu l’un de nous jusqu’à la Croix.

"Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui. Après cela, il descendit à Capharnaüm avec sa mère, ses frères et ses disciples, et ils demeurèrent là-bas quelques jours. Tel fut le premier des signes de Jésus, il l’accomplit à Cana de Galilée et il manifesta sa gloire et ses disciples crurent en lui. C’est dans sa pauvreté que Bernadette est une messagère de Paix et d’amour. Cet équilibre de l’aide à l’autre dans l’attente est le premier signe de Cana. Faire ainsi, revient à donner à l’action de l’Esprit Saint, la pleine possibilité d’agir. A Lourdes, comme à Cana, nous retrouvons la terre de l’Evangile. Une terre de simplicité et d’action de grâce. L’Église du pèlerinage qui se vit à Lourdes est toujours avec les malades et les pauvres. C’est l’Église de la prière et du partage ou l’on prend soin les uns des autres. Tous les Peuples sont présents à Lourdes, et parmi eux, tous ceux qui sont méprisés dans le monde. Là, ils sont reconnus dans leur relation à Dieu. A chacun de nous de savoir demeurer référé à la Parole du Seigneur. L’action de Marie tout au long de sa vie, tout au long de son existence est dans ce choix d’amour : « Je suis la servante du Seigneur. »

Nous demandons la grâce que notre eau soit changée en vin !

Vos témoignages

  • 12 février 2016 10:05

    Que le Manteau de Notre Dame de Lourdes te protège à jamais, Père Gilbert. Merci pour ta grande dévotion et amour envers Marie-tu nous apprends à l’honorer pour aller vers Jésus et Son Père des Cieux. Que le Père te rend le multiple de toutes les semences de Son Amour qu’Il a semé et sème par toi et ton ministère si riche en espérance car ancré dans Son Amour.

  • 11 février 2016 11:36

    ND de Lourdes, priez pour le si bon Père Gilbert