Jeudi de la 12e semaine T.O. impaire

"Ce n’est pas en me disant : « Seigneur, Seigneur », qu’on entrera dans le Royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est dans les cieux."
Jeudi 25 juin 2015

Gn. 13, 1-12 Ps. 105 Mt. 7, 21-29

  • Le jeudi 25 juin 2015 iCal
    Semaine 12 : Jeudi de la 12e semaine T.O. impaire

"Ce jour-là, beaucoup me diront : ’Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons été prophètes, en ton nom que nous avons chassé les démons, en ton nom que nous avons fait beaucoup de miracles ?’

Alors je leur déclarerai : ’Je ne vous ai jamais connus. Écartez-vous de moi, vous qui faites le mal !’ Jésus conclut son discours du sermon sur la montagne, il nous invite à comprendre quel est le mode d’appartenance du dis­ciple au royaume de Dieu : Jésus illustre son propos à travers la maison bâtie tantôt sur le roc, tan­tôt sur le sable. Ces deux paroles signifient la même chose. Il s’agit de savoir si le royaume de Dieu, c’est nous qui nous l’approprions en utilisant le Nom du Seigneur, ou si, au contraire, le royaume de Dieu, on ne peut pas se l’approprier, c’est nous qui sommes appropriés à lui. Devant ces paroles de Jésus nous demandons que l’Esprit Saint nous soit donné pour que nous soyons dans la vérité de Dieu. "Ce ne sont pas ceux qui se sont réclamés de Moi qui appartiendront au royaume de Dieu, dit Jésus". Nous entrons dans le mystère du Christ par le baptême et nous devenons l’enfant bien aimé du Père, nous devenons des frères et des sœurs de Jésus qui s’aiment. Par le baptême, nous vivons de l’Esprit Saint, de la même Vie que Jésus, nous sommes introduits dans la vérité de son enseignement. "Car Jésus les enseignait en homme qui a autorité et non pas comme leurs scribes." Jésus qui vient de Dieu sait qui est Dieu et il sait ce qu’est l’humanité. Pour ne pas faire le mal, nous comprenons qu’il nous faut demeurer dans une véritable relation d’amour avec Dieu.

Tout homme qui écoute ce que je vous dis là et le met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, la tempête a soufflé et s’est abattue sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc. Nous ne nous approprions pas un contenu religieux, des comportements religieux, une vision religieuse du monde. Si nous considérions que la vie chrétienne était une sorte d’appropriation du royaume, ce serait un contre-sens, car l’existence chrétienne est de "vivre pour le royaume". Nous sommes fondés dans le royaume dans une désappropriation radicale de soi-même. Le chrétien vit par le Sei­gneur Jésus dont la victoire de la Croix de Jésus a été le jaillissement de grâce pour le Royaume. Nous savons maintenant qu’il n’y a pas d’autre vérité qu’une vie d’amour et de lumière. Jésus, qui vient du Père, est le seul qui sait parler de Dieu et des hommes. "Ainsi, quiconque écoute ces paroles que je viens de dire et les met en pratique, peut se comparer à un homme avisé qui a bâti sa maison sur le roc, dit-il." Celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, en lui, la terre et le ciel se sont rencontrés. Les Apôtres, à la suite de Jésus, rendent témoignage en donnant leur vie, ils manifestent ainsi que Jésus est le Messie, Celui qui vient.

Et tout homme qui écoute ce que je vous dis là sans le mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, la tempête a soufflé, elle a secoué cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet. » Jésus acheva ainsi son discours. Les foules étaient frappées par son enseignement, car il les instruisait en homme qui a autorité, et non pas comme leurs scribes. Jésus annonce que tous les acharnements de l’homme pour prendre la première place sont voués à l’échec, comme la maison qui s’écroule parce qu’elle a été bâtie sur le sable. Dieu éclaire les hommes qui sont rejoins par la médiation de Jésus. Si la maison voudrait se justifier par elle-même, elle serait une maison bâtie sur le sable qui aurait profité de la réalité que Dieu offrait pour la faire sienne, pour la récupérer. Le rocher existe, et la maison doit prendre appui sur le roc, car toute notre vie dépend uniquement de cette fondation. Jésus nous dit que nous avons à être fondés sur le Roc, dans le Christ. La maison ne tient bon que parce notre existence est bâtie sur le roc de l’Amour infini de Dieu. Aimer, c’est laisser la place à l’autre et entrer dans la liberté des enfants de Dieu. C’est par la petite voie d’enfance que nous devenons l’enfant bien aimé du Père ! "Il faut vraiment qu’il grandisse et que moi je diminue," c’est la logique de l’amour.

Nous demandons à Jésus la grâce de nous laisser former par la parole de Dieu et de la mettre vraiment dans notre vie.