Jeudi 12 juin 2008 — Dernier ajout lundi 12 janvier 2009

11e dimanche du temps ordinaire, année A

« Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement ».

Ex. 19, 2-6a Ps. 99 Rm. 5, 6-11 Mt 9, 36-10, 8

« Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement ».

La parole de Dieu rejoint notre vie quotidienne. Nous sommes en effet dans le regard d’amour de Dieu révélé à Moïse : « Vous avez vu ce que j’ai fait à l’Égypte, comment je vous ai portés comme sur les ailes d’un aigle pour vous amener jusqu’à moi ». "Vous avez vu", dit Dieu. L’aigle est d’une telle puissance quand il prend son envol ! « Je vous ai porté sur les ailes d’un aigle » C’est tout l’amour de Dieu qui nous est ainsi révélé. Cet amour est d’une force incroyable. La parole nous dit aussi la pitié du cœur de Dieu : Jésus est ce regard d’amour annoncé à Moïse : « Voyant les foules il eut pitié d’elles parce qu’elles étaient abattues comme des brebis sans berger ». C’est le même regard de Dieu tamisé par la chair du Fils de l’homme.

« Alors, Jésus appela ses douze disciples ». Ils ont été saisis par cet amour infini de Dieu, Ils ont été appelés par leur nom, et Jésus leur donne une mission : « Il leur donna le pouvoir … de guérir ». Nous sommes guéris en effet, sauvés par cet Amour pour devenir à notre tour sauveur ! « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement ». Il nous faut avoir été relevé de la détresse pour relever nos frères. C’est dans cette foi, dans cette espérance en Jésus qui nous aime vraiment que nous pouvons venir au secours de nos frères ! Nous comptons sur Dieu, nous savons que notre prière exaucée. Avec Jésus nous n’avons plus peur, nous nous remettons dans l’amour infini de Dieu, dans le regard de Dieu : « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. » Cet appel à la gratuité est le signe de l’amour de Dieu révélé en Jésus le Christ. Il est celui qui nous sauve dans un surcroît d’amour. Il aime et donne sa vie « alors que nous étions encore pécheurs ». Jésus choisit et envoie ses apôtres qui le suivront tout au long de son ministère de prédication. Ils représentent l’Église naissante qui va proclamer la bonne nouvelle :

« Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est proche. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. » Les apôtres sont ainsi les messagers des promesses de vie de Jésus. Il est le Dieu qui sauve. Nous ne pouvons pas mettre notre orgueil dans nos qualités, mais dans l’amour de Dieu qui « a réconcilié tous les hommes dans son Fils ». Nous sommes appelés « pour servir » le Christ. « Et maintenant, si vous entendez ma voix et gardez mon alliance, vous serez mon domaine de choix parmi tous les peuples où je vous enverrai ». L’apôtre Paul donne la mesure, le regard pour accomplir notre mission : « La preuve que Dieu nous aime, c’est que le Christ est mort pour nous, alors que nous étions encore pécheurs ». C’est comme une harmonie entre la puissance de l’aigle et ce pauvre petit être chétif que nous sommes, mais qui est enveloppé, entouré d’un amour infini.

« Si Dieu nous a réconciliés avec lui à cause de la mort de son Fils, quand nous étions encore ses ennemis, à plus forte raison, maintenant que nous sommes réconciliés, nous serons sauvés par le vie du Christ ressuscité ». Nous avons besoin d’être ressitués dans cet amour infini de Dieu, saisis par cet amour, mû par cet amour, nous allons l’annoncer. Sauvés par Jésus, pour lui, avec lui en lui, nous allons devenir sauveurs pour nos frères.

Nous demandons de comprendre cette parole : « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement ». Demandons que notre foi et notre espérance s’intensifient pour que nous soyons ces visages qui rayonnent de l’amour infini de Dieu.