Mardi 3 juin 2008 — Dernier ajout vendredi 9 janvier 2009

1er dimanche de l’Avent, année B

« Le maitre de maison reviendra le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin. »

Is. 63, 16b-17.19b ; 64, 2b-7 Ps. 79 1 Co. 1, 3-9 Mc. 13, 33-37

"Le maitre de maison reviendra le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin."

La Parole de Dieu éclaire notre vie, dans cette Parole de Dieu nous accomplissons notre quotidien. Nous avons la chance de savoir que Dieu est Amour, que nous sommes créés dans cet Amour. « Et le témoignage rendu au Christ s’est implanté solidement parmi vous. » Ce témoignage est notre joie. Nous sommes des témoins qui donnent leur vie les uns pour les autres. « Ainsi aucun don spirituel ne vous manque à vous qui attendez ! » Nous attendons en effet en demeurant dans la grâce de Dieu. « C’est Lui qui vous fera tenir solidement jusqu’au bout. » Si Dieu se fait absent et semble « parti en voyage », il n’en reste pas moins présent par le don de son amour infini. Nous voulons nous laisser surprendre par son amour infini, car il y aura un jour où le « maître de maison reviendra ». Ce jour là, Jésus mettra tout en lumière et nous verrons notre soif de connaître Dieu davantage. C’est dans le Christ que nous attendons Noël. Ce mystère dans lequel nous sommes nous enveloppe totalement. Il est vainqueur le Seigneur Jésus, le Roi d’amour ! Nous le fêtions hier Christ, Roi de l’univers ! En ce début d’année liturgique, que l’Amour infini de Dieu soit au plus profond de notre cœur, de notre vie ! Au plus profond de nos relations ! Que nous soyons des messagers de paix, de vie et d’amour, situés sans cesse dans le Christ, pour attendre le Sauveur

L’apôtre Paul nous dit : « Que la grâce et la paix soient avec vous de la part de Dieu notre Père » C’est la volonté de notre Père que nous soyons dans son Amour et dans sa Paix. Il veille amoureusement sur chacun de nous, d’autant plus fortement que nous pouvons être dans l’épreuve ou dans la difficulté. « De la part de Dieu notre Père et de Jésus-Christ le Seigneur. » En effet, Il est vainqueur le Seigneur Jésus, Christ Roi de l’univers ! Et maintenant, dans la Liturgie, il se rend à nouveau présent comme le petit Enfant de Marie qui va naître à Noël. Chaque jour, nous l’accueillons Pain de Vie offert à chaque Eucharistie.

En Lui nous prenons force et vigueur pour affronter le quotidien. « Je ne cesse de rendre grâces à Dieu pour vous continue l’apôtre ». C’est vraiment l’action de grâce qu’il nous faut cultiver dans chacune de nos vies. Notre combat est un combat pour la Foi. « Je ne cesse de rendre grâces à Dieu à votre sujet pour la grâce qu’il vous a donnée dans le Christ. » Cette consolation vient nous réconforter. « Parce que vous avez reçu toutes sortes de richesses. » Nous avons reçu beaucoup de dons que Dieu dans son Amour nous a prodigué. Dans cette nouvelle année liturgique, nous avançons avec cette Bonne Nouvelle faite aux pauvres : « Merveille que je suis ! Merveilles que tes œuvres ! Dans le Christ, nous sommes en communion avec les pauvres, les petits-enfants que Dieu nous donne.

Avec la Vierge Marie qui s’est laissée transformer par Lui, nous attendons le Sauveur. « C’est Lui qui vous fera tenir solidement pour que vous soyez sans reproche. » Ne plus se lamenter, laisser Dieu faire son œuvre de vérité au milieu de nous. Notre vie est sa vie en nous, « car Dieu est fidèle, Lui qui vous a appelés à vivre en communion avec Lui Jésus et par Lui avec notre Père ».

Puissions-nous, au début de ce temps de l’avent, nous situer en vérité, dans cette surabondance de grâce qui nous est donnée. Le monde est éprouvé, mais c’est dans le Christ que nous sommes avec lui. Ainsi nous allons pouvoir nous réconforter les uns les autres.