Lundi 20 novembre 2017 — Dernier ajout samedi 16 septembre 2017

Présentation de la Vierge Marie au Temple

celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère.

Za. 2, 14-17
Ps. 44 11-16
Mt. 12, 46-50

  • Le mardi 21 novembre 2017 iCal
    Fêtes de Notre-Dame. 2 : Présentation de la Vierge Marie au Temple

"Comme Jésus parlait encore aux foules, voici que sa mère et ses frères se tenaient au-dehors, cherchant à lui parler."

Quelqu’un lui dit : « Ta mère et tes frères sont là, dehors, qui cherchent à te parler. » Pour célébrer la fête de la présentation de Marie au Temple de Jérusalem, l’Evangile nous donne une telle foule autour de Jésus que sa mère et « ses frères » ne peuvent le rejoindre. Nous sommes heureux de nous présenter au Seigneur Jésus dans la lumière de la présentation de Marie. La mère de Jésus a environ trois ans quand elle se présentée au Temple dit la Tradition. L’Immaculée est rachetée par le Christ avant les siècles. Elle a ce privilège unique d’être la Mère du Fils unique du Père, du Verbe de Dieu fait chair. Marie, comme une mère, comme une éducatrice, nous demande de faire silence pour entendre la Parole. Elle nous aide à ouvrir notre cœur à l’attirance du Père. Dans le silence, Marie est dans l’attirance du Père. Elle a entendu l’appel, elle est située dans la volonté d’amour de Dieu : « Nul ne vient à moi si le Père ne l’attire. » Cette attirance, pour elle, sera encore bien plus forte à la croix : « Quand je serai élevé de terre, j’attirerai tout à Moi, dit Jésus. » Pour nous, qui, après le jeudi saint, mangeons le Corps du Seigneur, quand nous buvons son Sang, nous sommes véritablement un seul Esprit et une seule Chair avec Lui, le Consacré, l’Oint, l’Envoyé du Père.

"Jésus lui répondit : « Qui est ma mère, et qui sont mes frères ?" Jésus cache la beauté de Marie, et en même temps, il manifeste le mystère de la Création nouvelle qu’il est venu établir. Dieu habite au milieu de nous avec tendresse, il nous attire avec des liens d’amour. Il reste parmi nous et nous appelle afin que nous prenions le chemin du ciel pour habiter avec lui. Nous quittons notre demeure passagère pour choisir notre demeure dans le Paradis. En Jésus, Dieu a habité au milieu de nous pour que nous puissions le rencontrer. Aux Noces de Cana, Marie était présente ainsi que les "frères." Jésus répond à la question de Marie qui décèle le manque. « Quoi entre moi et toi, femme, lui dit Jésus ? » Dans l’usage courant de l’époque, le mot “femme,” n’a pas le côté dur qu’il peut avoir à notre oreille. Jésus acquiesce à la demande de Marie, il voit sa mère comme la disciple par excellence. Jésus redit le mystère le plus profond de Marie : "Faire la volonté du Père qui est aux cieux." C’est la femme de l’Apocalypse qui est dans les douleurs de l’enfantement d’un Peuple nouveau. En Église, toujours animé par la Brise légère de l’Esprit Saint, nous faisons advenir dans la divine Eucharistie le Corps du Christ, tissé du corps et du sang de la Vierge Marie. Dans ce grand mystère, nous refaisons ce que Jésus a fait, nous devenons ce que nous sommes : Enfant du Père, sœurs et frères de Jésus.

"Puis, étendant la main vers ses disciples, il dit : « Voici ma mère et mes frères." Car celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. » L’Évangile nous redit l’importance de faire la volonté du Père. Jésus, le Sauveur du monde, qui a pris chair de la Vierge Marie, vient inaugurer un Peuple nouveau. Nous devenons « la mère, le frère, la sœur de Jésus, » par l’obéissance à la volonté du Père. Lors de sa passion, Jésus dira à Marie sa mère, face au disciple bien-aimé : « Voici ton fils, » et au disciple il dit : « Voici ta mère » ; Marie devient la mère de ce disciple à partir de cette heure là. Nous répondons avec Marie « oui » au Saint Esprit qui nous donne force et lumière. L’Esprit de Dieu qui a couvert Marie de son ombre l’a rendue libre, il l’enveloppe depuis l’origine de sa Vie. La réponse de Marie est libre parce que Dieu est Amour et que seul l’Amour rend libre. Nous retrouvons notre liberté dans ce Souffle divin qui vient toucher les voiles de notre cœur pour nous rendre libres. Nous ne sommes jamais aussi libres que quand nous répondons oui à Dieu. Pour Jésus, nous sommes une mère, des frères et des sœurs. C’est la volonté du Père de donner au Verbe de Dieu un Corps : « Voici, tu m’as formé un Corps, alors, je viens pour faire ta volonté. » Nous sommes faits pour être unis à Jésus, pour le représenter, pour communier à son Être, nous sommes le Corps du Christ.

Nous demandons la grâce d’être mus par l’Esprit Saint pour faire la Volonté du Père.

Vos témoignages

  • Claire 20 novembre 2017 20:21

    Belle fête, cher P Gilbert ! En communion de prière avec vous. Je suis reconnaissante pour votre ministère sacerdotal, de l’annonce de la Parole de Dieu à travers votre site si édifiant pour le peuple de Dieu.

  • Megane 18 novembre 2017 21:25

    Merci, Père pour vos homélies si inspirées.

  • espie josyane 21 novembre 2016 23:55

    vierge marie tte belle je vous aime je vous prie j ai tjrs le chapelet avec moi tte les journees je prie pour mon oncle francis qui est bien fatigué pour mes quatre petits enfants cheris mes deux grands enfants adores SPTEPHAN ET FLOREN CE pour mon epoux aussi c est lui qui m amène tous les ans a LOURDESAmais vu son age e m y amenera plusdommage car je a la grotte je reste de s heures a prier jepense a tous mes malades autour de moi je prie pour que la ste vierge marie me donne tjrs des personnes agees a garder çà me plait tellementet ce soir jelui demande tres humblement qu elle pense a moi merci seigneur jesus notre dame de lourdes

  • Marie-Françoise 20 novembre 2016 20:12

    Seul l’Amour rend libre.

    Merci Père Gilbert.

    Que dans ce monde il y ait de plus en plus de monde libre dans l’Amour

  • 20 novembre 2015 21:34

    Merci , Père Gilbert pour cette belle homélie

    Que la Sainte Vierge nous guide toujours vers Jésus.