Jeudi 15 décembre 2016

4e dimanche de l’Avent, année A

Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse,

Is. 7, 10-66
Ps. 23
Rm. 1, 1-7
Mt. 1, 18-24

  • Le dimanche 18 décembre 2016 iCal
    Semaine Avent 4 : 4e dimanche de l’Avent, année A

"Or, voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint.

Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret. Jésus vient au monde dans la lignée de David, répondant ainsi à l’attente de son peuple. Joseph était un homme juste, un croyant cohérent avec sa foi, disposé à entrer dans le dessein de Dieu. Joseph est dans le désarroi, l’Amour infini de Dieu est pour lui une épreuve. Il a la Loi pour lui, il sait aussi qu’une dénonciation de Marie aurait des conséquences terribles pour Marie et l’enfant. Il se décide pour la solution la plus discrète, la plus respectueuse des personnes, la plus proche possible de celle que Dieu lui-même prendrait. Le message de Joseph est celui de sa discrétion. Pendant qu’Élisabeth est dans la joie et s’exclame : « Comment ai-je ce bonheur que le mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? » Joseph est perplexe. Nous le sommes aussi dans notre vie à certains moments ! Le bonheur de Dieu est à la fois à réveiller et à creuser. Il est au cœur de notre vie, au-delà de nos obscurités. C’est ce bonheur de Marie que nous cherchons car nous en avons besoin.

Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Marie a eu le bonheur de croire en Dieu son Sauveur, au-delà de toute apparence. À l’annonciation Dieu l’a comblée de toute manière, il rejoignait son cœur profond, son désir d’être aimée et d’aimer. Elle a été heureuse de dire oui. En disant oui à l’ange, elle disant oui à Dieu. Elle n’a pas été scandalisée par le chemin inattendu de Dieu pour elle. « Bienheureuse celle qui a cru » lui dit Élisabeth. Joseph nous est donné aujourd’hui dans son obéissance de foi. « Ne crains pas Joseph de prendre chez toi Marie ton épouse, car ce qui lui est donné vient de l’Esprit Saint. » Prendre Marie bouleverse Joseph. Celui qui vit en elle vient de Saint-Esprit. En l’accueillant, Joseph accueillait ce don de Dieu si extraordinaire.

"Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous »" Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse, C’est une nouvelle rencontre dans l’amour infini de Dieu qui est proposée à Joseph et à Marie. « Réjouis-toi, fille de Sion, le Seigneur est en toi, en vaillant Sauveur. » A nous aussi il est proposé d’accueillir cette petite fille d’Israël comme un don de Dieu pour nous. Marie qui a cru, nous propose d’entrer dans l’obéissance de la foi, pour que nous puissions avec elle, accueillir Jésus. C’est entrer dans le secret d’amour du cœur du Père. Le Père a tellement aimé le monde qu’Il lui a donné le Fils unique. En accueillant Marie, nous entrons dans l’alliance surprenante de Dieu et des hommes. Celle qui est donnée à Joseph va lui révéler l’Amour infini de Dieu pour l’humanité. Marie manifeste l’accueil de cet amour pour elle : « Il a regardé la pauvreté de sa servante. »

Nous demandons la grâce d’accueillir Marie : « Ne crains pas de prendre Marie chez toi. »

Vos témoignages

  • 18 décembre 2016 19:54

    Père Gilbert Adam,
    je vous remercie de votre belle homélie concernant la situation de Joseph et de Marie qui, tous les deux ont donné un « oui à Dieu », mais humainement la situation de Marie et celle de Joseph étaient irréconciliables, humainement. Mais les Pensées de l’Esprit-Saint ne sont pas les nôtres et c’est une Merveille de voir comment Dieu
    nous démontre Sa Manière de résoudre l’impossible.
    Votre texte a été bien prié et travaillé. Un gros merci. Nous avons besoin de votre plume d’écrivain.
    Eugène Langevin.

  • Mégnane 17 décembre 2016 16:17

    Merci Père Gilbert pour cette belle hoélie qui tourne l’attention vers l’amour Infini de Dieu et ses plus beaux Saints : Marie et Joseph