Vendredi 2 décembre 2016

Saint François Xavier

Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.

Is. 60, 1-6 Ps. 95 Mc. 16, 15-20

  • Le samedi 3 décembre 2016 iCal
    Fête des saints. Décembre : Saint François Xavier

Puis il leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné.

Dans le cœur de François Xavier, avec Jésus, il y avait toute la joie du Père. La tradition affirme qu’il mourra de la fièvre, seul avec Jésus. Cette « fièvre » n’était-elle pas aussi le signe de l’ardeur bien plus grande qui l’animait ! C’est cette action de grâce à Dieu qui nous envoie en mission, pour aller comme Jésus dans le monde pour rejoindre le cœur du Père. Nous contemplons Jésus nous donnant à nous aussi l’Esprit Saint qui nous envoie comme missionnaire là où nous sommes, dans notre communauté. Avec assurance, nous reconnaissons partout l’action de l’Esprit Saint qui œuvre sans cesse. Cette action de grâces ne quitte jamais notre vie. Jésus a proclamé la bonne nouvelle par toute sa vie, par sa Parole et les miracles qui l’accompagnaient. L’accueil dans la foi de la bonne nouvelle est libératrice, Jésus a toujours agit. Cette bonne nouvelle permet de chasser le mal et de faire en sorte que la maladie et la mort aient moins d’emprise dans le monde. Les disciples répondent à l’appel à la mission et ont vu la promesse de soutien de Jésus se réaliser. C’est par la foi en Jésus pèlerin, qui est devenue celle du Seigneur Jésus céleste partageant le trône de Dieu, qu’ils agissent dans le temps d’épreuves et d’incertitudes qu’ils doivent affronter. Nous traversons dans la sérénité et l’espérance ces épreuves parce que nous ne sommes pas seuls. Nous ne serons jamais seuls, tant que notre seul souci sera d’accomplir la volonté du Père. C’est dans l’action de grâce que Jésus nous envoie en mission, pour aller jusqu’au limites du monde.

Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ; ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. Saint François Xavier, le patron des missions, a vécu dans ces combats. Mais il était habité par l’Esprit Saint et son amour de Jésus était tellement fort que toutes les forces adverses étaient elles-mêmes brûlées par le feu de son amour. Ce que Dieu a fait pour nous, garantit ce qu’Il fera encore pour son Peuple. Notre Père a livré son Fils pour nous, maintenant, il nous donne sa faveur et nous regarder avec tendresse ! Dieu a scellé avec nous une Alliance éternelle et chaque jour nouvelle. Jésus est avec nous, nous sommes assurés de notre fidélité, car elle est en lui, contenue dans la sienne. Dieu a décidé de faire de nous ses amis et ses messagers. Nous voulons correspondre à son œuvre, alors, qui pourrait se mettre en travers de notre route ? Le Christ auprès de Dieu nous parle d’espérance. Il nous promet une victoire complète, étrange, aussi paradoxale que la sienne. Le monde du refus nous bouscule, nous angoisse, nous persécute, nous raconte que tout est perdu d’avance ! Mais en tout cela nous n’avons aucune peine à triompher parce que Celui qui nous a aimés, nous aime encore à la droite de Dieu.

Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient. Nous sommes dans le monde avec la joie de connaître Jésus. Ses yeux pleins d’amour se posent sur chacun de nous : « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez. » Dieu agit dans le monde, dans nos frères et dans notre vie. L’Esprit Saint qui a pris possession de notre cœur demeure en nous. Comme dans une relation d’amitié, nous sommes sans cesse en relation avec lui, ainsi avance l’annonce de l’évangile. Pour nous, comme pour les Apôtres, nous sommes témoins de cette victoire, « nous allons prêcher en tout lieu », là où Dieu nous a placés et nous placera pour que nous y portions du fruit, et le Seigneur Jésus ressuscité, « assis, » agit avec nous ; il confirme la parole de notre témoignage. L’espérance, promesse du Père, que Dieu suscite en notre cœur ne nous décevra jamais, car l’Esprit vit en nous pour l’entretenir chaque jour. Puisque « nous sommes revêtus de la force d’en haut, » puisque nous tenons, dans l’Esprit, le commencement de la vie éternelle, rien ne pourra nous séparer du Père et du Fils, si nous demeurons paisibles dans leur gloire. Ni les inquiétudes, ni les critiques, ni les séquelles du passé, personnel, familial ou communautaire, ni les écroulements du présent, ni les menaces sur l’avenir, ni même nos chutes et nos propres misères, rien ne pourra nous séparer de l’amour que Dieu nous a manifesté en nous donnant le Christ à aimer et à servir. L’Esprit Saint, relation d’amour, fait grandir chacun dans le cœur de l’autre annonçant le combat spirituel qui va s’amorcer immanquablement.

Nous demandons la grâce de demeurer dans la joie de Jésus, dans l’amour de Dieu manifesté.