Dimanche 20 novembre 2016 — Dernier ajout lundi 21 novembre 2016

Saint François de Sales

ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits.

Dt. 6, 3-9 Ps. 111 Mt. 11, 25-30

  • Le mardi 24 janvier 2017 iCal
    Fêtes des saints. Janvier : Saint François de Sales

"En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits.

Nous aimons l’exultation de Jésus qui chante la joie dont son cœur déborde. C’est dans cette tendresse de Jésus que nous sommes régénérés : « Père, je te bénis, ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. » Saint François de Sales met en œuvre cette parole quand il nous propose une désappropriation de nous même afin de nous abandonner en toute confiance à la Providence de Dieu. Notre Père céleste sait de quoi nous avons besoin avant nous ! Cela nous sera donné quand nous le lui demanderons. C’est pour obtenir la douceur qui rayonnait sur le visage de Jésus que la parole de Dieu nous est donnée. Jésus exulte parce que Dieu le Père as révélé aux tout-petits les trésors de son Royaume ! En cette fête de saint François de Sales nous demandons tout particulièrement à Dieu la grâce de reconnaître notre pauvreté pour avancer dans la confiance vers le Royaume.

"Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bonté ;" Nous voulons nous laisser transformer par le « bouillonnement d’amour » qui se révèle dans la vie de Dieu ! Saint François de Sales nous conseille de contempler Jésus dans sa douceur, dans l’humilité de son cœur et dans sa charité. Jésus dans sa Passion et par sa Croix a reçu toute la violence du monde et ne l’a pas rendue. Il l’a transformée en amour pour nous apprendre à demander la grâce de la douceur et de l’humilité. Nous pouvons alors livrer notre vie au mystère de l’amour infini de Dieu qui se révèle à la croix. C’est le mystère du plus grand amour. « Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, mon joug est aisé et mon fardeau léger. »

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. » Quand nous ne possédons plus rien, quand nous nous mettons à l’école des pauvres qui ne possèdent rien, nous devenons l’enfant bien aimé du Père. C’est ainsi que nous entrons dans le mystère de la filiation révélé par le cœur ouvert de Jésus. Jésus exultant dit : "Nul ne connaît le Fils si ce n’est le Père, et nul ne connaît le Père si ce n’est le Fils. » Notre vocation d’enfant bien aimé du Père est le bon plaisir de Jésus qui exulte de joie parce que personne ne pourra jamais enlever ce lien d’amour qui nous fait l’enfant bien aimé du Père. C’est ensemble, dans ce lien d’amour que nous bâtissons l’Église de Dieu chacun selon ses dons dans une vie humble et pauvre. Nous rejoignons la réalité du quotidien de notre vie avec cette pauvreté qui nous révèle le don de Dieu.

Nous demandons à Jésus la grâce d’accueillir en nous la vie du Christ Jésus pour entrer dans le mystère de la filiation.