Vendredi 14 octobre 2016 — Dernier ajout samedi 31 octobre 2015

Saint Jean de la Croix

« Père saint, garde mes disciples dans la fidélité à ton nom que tu m’as donné en partage, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes. »

Is. 43,1-3a.4-5 Ps. 138 (139) Rm. 8,14-18.28-30 Jn. 17,11b.17-26

« Consacre les par la vérité : ta parole est vérité.

De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Et pour eux je me consacre moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, consacrés par la vérité." Pour la fête de Saint Jean de la Croix, nous sommes dans la dernière partie de la prière, Jésus pour l’unité. Après avoir d’abord prié pour que le Père le glorifie en cette « Heure » où s’achève sa mission, ensuite, après avoir prié pour ceux que le Père lui a donnés et qui viennent de partager son dernier repas, Jésus se tourne résolument vers l’avenir de l’évangélisation, vers les générations futures de tous ceux qui recevront sa Bonne Nouvelle et croiront en lui. Il prévoit le succès de la mission de ses premiers disciples dont il a dit qu’il les a envoyés dans le monde. Déjà, en priant pour les disciples qui l’entourent en ce dernier soir de sa vie d’homme libre, Jésus priait pour les futurs chrétiens dont nous faisons partie : En effet, ses premiers disciples représentent déjà son œuvre, ils sont l’image de ce que devront être les croyants de toutes les générations. « Pour eux je me consacre moi-même, » dit Jésus. Sa Croix sera l’expression visible de sa victoire de l’Amour pour le Père, et pour notre salut. Jésus fait jaillir la source de la Vie dans notre cœur, cette source était enfouie sous des épaisseurs de haine et de mal. Jésus a tenu bon, il a vaincu tous les obstacles de l’Amour : trahison, reniement, rejet. En Jésus ressuscité, l’humanité est remise debout, elle peut être consacrée au service de Dieu. L’œuvre de Jean de la Croix chante cette Victoire.

"Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront leur parole et croiront en moi." Que tous, ils soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes un : moi en eux, et toi en moi. Que leur unité soit parfaite ; ainsi, le monde saura que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé." C’est là le point culminant de l’unité nouvelle demandée par Jésus pour nous : que puisse nous être partagée et communiquée, ainsi qu’à tous les croyants, la gloire que Jésus a en commun avec le Père, depuis l’origine. « Vous serez jugé sur l’Amour, » dit Saint Jean de la Croix. A la fin de notre vie, il ne restera que l’Amour avec lequel nous avons aimé. « Il faut voiler les déficiences, les péchés, de nos frères, ne pas les regarder de l’extérieur en premier, mais aimer ces frères, envers et contre tout, » dit-il encore. Les deux dimensions de la croix sont dessinées : la verticale avec l’amour de Dieu manifesté dans notre vie par Jésus, et l’horizontale qui manifeste l’Esprit Saint à l’œuvre dans notre vie pour qu’à notre tour nous aimions. Thérèse de Lisieux, fille de Jean de la Croix, découvrant que Dieu l’aime tendrement, établit sa demeure dans l’Amour avec une assurance absolue. Elle se laisse plonger dans l’Amour du Père, et là, elle tient bon, parce qu’elle demeure dans l’amour.

Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant même la création du monde. Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ils ont reconnu, eux aussi, que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître encore, pour qu’ils aient en eux l’amour dont tu m’as aimé, et que moi aussi, je sois en eux. » Une telle unité est un défi pour les croyants le monde qui n’a pas « connu » Jésus, l’envoyé du Père. Jésus ne précise pas le destin du monde qui ne l’accepte pas, il manifeste sa volonté que les croyants soient dans l’unité avec lui, là où il est, et qu’ils contemplent sa gloire, la gloire que le Père lui a donnée. Il est vrai qu’ils ont déjà vu la gloire de Jésus au cours de son ministère, qu’ils verront sa gloire de ressuscité, mais il faut ajouter à cela qu’une manifestation définitive et achevée de la gloire de Jésus est réservée aux croyants qui rejoignent leur « Maître et Seigneur » là où il se trouve désormais, dans la gloire du Père. Le même amour qui nous sauve glorifie le Père, nous comprenons ainsi le lien entre l’amour de Dieu et l’amour des frères ! Saint Jean de la Croix, mis en prison par ses frères à Tolède à la suite du Christ, écrit là son très beau cantique de l’Amour de Dieu vainqueur ! Notre vie est aussi dans l’épreuve, il nous faut tenir bon. Nous pouvons le faire, demeurant dans la toute petitesse, en se laissant guider par l’Amour infini de Dieu. « Père, dit Jésus, je veux qu’ils voient ma gloire. » Cette gloire, c’est le rayonnement de l’Amour de Dieu, la victoire de son Amour infini.

Nous demandons la grâce de suivre Jésus sur le chemin où Il nous sauve pour entrer dans la victoire de son Amour.

Vos témoignages

  • 14 décembre 2015 06:16

    Cette phrase : ’A la fin de notre vie il ne restera que l ’Amour avec lequel nous avons aimé’ me centre t m ’envoie à ’l’Essentiel en ce temps de l’Avent. merci, Père Gilbert.