Mercredi 21 juin 2017 — Dernier ajout jeudi 22 juin 2017

Sainte Marie Reine.

Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. »

Is. 9, 1-6 Ps. 112 Lc. 1, 26-38

  • Le mardi 22 août 2017 iCal
    Fêtes de Notre-Dame. 2 : Sainte Marie Reine.

« Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.

L’ange entra chez elle et dit : Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. Le mystère resté dans le silence depuis toujours est maintenant révélé, il est aujourd’hui manifesté. C’est l’œuvre du salut du monde qui se joue dans cet échange entre Dieu et Marie. Dieu, par l’intermédiaire de l’Ange Gabriel, prend l’initiative, il fait le premier pas. L’Annonciation n’est pas le début de l’œuvre de Dieu en Marie, déjà il l’avait comblée de grâce par sa Conception Immaculée. Dieu s’est préparé une demeure digne de lui, par sa seule volonté. Marie, la première sauvée, ouvre pour nous un Chemin royal, le chemin qui nous mène à la porte du Royaume. Marie et l’Archange se font face avec un certain étonnement. L’Ange est émerveillé devant la beauté de celle qui rayonne la grâce de Dieu. Il l’a salué comme les anciens prophètes avaient salué la ville sainte Jérusalem en disant : Réjouis-toi ! Et Marie à son tour est dans l’étonnement, elle pressent un mystère qui la dépasse, elle s’interroge, elle est troublée. Quelle est belle cette rencontre de la Vierge Marie, la reine de l’univers, et l’Ange si majestueux ! Cette beauté est royale en même tant qu’est reçue dans un cœur humain assoiffé d’Amour vrai.

"L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Marie est dans le trouble que l’humanité ressent chaque fois que Dieu s’approche d’elle, son cœur est rempli de crainte. Dieu, qui comble le désir de Marie, provoque en elle une sainte crainte face au mystère qui la dépasse. Mais l’Ange la rassure : « Soit sans crainte Marie. » Le projet inouï de Dieu résonne alors aux oreilles de Marie toute étonnée. Devenir la mère de Jésus, fils du Très-Haut, héritier de David et du Royaume de Dieu. Dieu tend la main dans le respect de la liberté de sa créature. La valeur du oui de Marie tient en cette liberté respectée par le Seigneur Dieu, ce respect dit la pauvreté et l’humilité de celui qui demande et fait confiance. Une question monte au cœur de Marie : « Comment cela va-t-il se faire ? » Alors se dévoilent la puissance et la délicatesse de Dieu : « L’Esprit Saint viendra sur toi. » Marie est royale, l’Esprit Saint est toujours à l’œuvre en elle ! Jésus agit en nous pour que nous soyons dans l’amour nous aussi, saints et irréprochables sous son regard.

"Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta. Marie dit à l’ange : « Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi l’être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu’Élisabeth, ta parente, vient, elle aussi, de concevoir un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle qu’on appelait la stérile ; car rien n’est impossible à Dieu. Comblée de grâce, émerveillée par la réalisation des promesses faites à son peuple, Marie demeure libre. C’est au nom de l’humanité en attente du sauveur que Marie donne son consentement : « Voici la servante du seigneur, que tout se passe pour moi selon ta parole ! » Marie nous apprend à nous ouvrir à l’œuvre de Dieu en nous, à devenir ses collaborateurs. Elle nous aide à préparer la venue du Seigneur. Elle nous montre comment, dans la réalisation du dessein de Dieu, grâce et liberté sont inextricablement nouées. C’est en contemplant le mystère de la vierge Marie, que nous pouvons comprendre ce que Jésus veut réaliser avec nous, dans son Eglise. Marie, élevée dans le ciel avec Jésus, le Roi d’amour, nous fait bénéficier de son privilège d’enfant du Père. Graciée à l’avance, nous faisons par elle l’expérience d’un « monde nouveau, » celui de l’Amour plus fort que la mort.

Nous demandons la grâce de l’action de grâce pour tant de merveilles.

Vos témoignages

  • Jeanne 22 août 2016 12:46

    On ne peut qu’être dans l’action de grâces en contemplant une si belle Œuvre : l’amour de Dieu ainsi manifesté. Père Gilbert, un très grand merci pour vos homélies chargées de vérités divines.