Vendredi 1er juillet 2016

Samedi de la 13e semaine, année paire

Jésus leur dit : « Les invités de la noce pourraient-ils donc faire pénitence pendant le temps où l’Époux est avec eux ?

Am 9, 11-15 Ps 84 Mt 9, 14-17

  • Le samedi 2 juillet 2016 iCal
    semaine 13 : Samedi de la 13e semaine, année paire

"Les disciples de Jean Baptiste s’approchent de Jésus en disant : « Pourquoi tes disciples ne jeûnent-ils pas, alors que nous et les pharisiens nous jeûnons ? »

Le jeûne était une obligation nécessaire, tout en étant une discipline qu’on s’imposait librement à soi-même. On imposait aux adultes de jeûner une seule fois par an en la fête du « Grand Pardon », mais les Pharisiens, jeûnaient deux fois par semaine. Dans l’Evangile, il s’agit pour les disciples de Jean Baptiste du jeûne hebdomadaire auquel chacun était libre de souscrire. Jésus défend ses disciples qui ne jeûnent pas. Il montre que le jeûne, ou tout autre pratique spirituelle, n’est bénéfique que si elle est adaptée, en toute liberté, à une situation donnée. La Parole de Dieu édifie en nous la vie nouvelle venant de Jésus : "L’épouse suit l’Agneau partout ou Il va. » Jésus nous rejoint dans un monde qui souffre. Il veut que le nombre des élus soit complet dans le Royaume de Dieu ! L’humanité est l’épouse du Christ, elle est emportée dans le chemin des épreuves et de la nuit à la suite de son Bien Aimé. Dans la nuit de la foi, elle connaît un nouveau jeûne, celui de l’absence du Bien aimé : « Quand l’Époux n’est plus avec elle », que le Christ est crucifié, l’épouse entre dans le « deuil. » Ce moment est difficile pour la bien aimée qui ne « sent » plus la présence de l’Aimé. Le monde qui ne le connaît pas le mystère de Jésus, ne comprend pas ces Paroles !

"Jésus leur répondit : « Les invités de la noce pourraient-ils donc faire pénitence pendant le temps où l’Époux est avec eux ?" Mais un temps viendra où l’Époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront. L’Amour nouveau que Jésus nous propose est à vivre dans la liberté des enfants de Dieu. Il montre que notre attitude a de la valeur quand elle est accomplie librement et volontairement. Pendant la Cène, Jésus a prié pour que ses disciples soient un dans la charité et la foi. Cette unité nouvelle s’applique à l’Eglise qu’il fonde dans son Corps et dans son Sang. L’homme, dans sa progression, passe par des étapes de présence et de joie, mais aussi des moments de manque et de pénitence. Alors surgit le nouveau jeune, une capacité à vivre autrement, en recevant différemment, en donnant différemment. C’est un peu comme le vin et l’outre. Tout doit changer dans notre manière d’entendre, d’écouter, et celle de parler et de répondre. La présence ou l’absence de Jésus vont devenir constitutive de la construction de notre être nouveau d’enfant de Dieu. Éclairés par la parole de Dieu, fortifiés par le Pain de la vie, nous entrons dans un cœur à cœur avec Jésus. C’est une vie toute nouvelle, d’amour, qui nous est donnée. Comme Jésus, nous devenons de plus en plus délicats, attentifs à notre entourage. « Ne mettez pas du vin nouveau dans de vieilles outres, » dit Jésus. La vie divine qui nous habite régénère notre personne, jusque dans ses profondeurs. L’épouse partage la joie de l’Epoux. Dans la Foi, elle est unie à Jésus Pain de vie. Elle vit de sa Parole d’une manière mystérieuse, rejoignant son Époux dans un grand bonheur.

« Et personne ne coud une pièce d’étoffe neuve sur un vieux vêtement ; car le morceau ajouté tire sur le vêtement et le déchire davantage." Et on ne met pas du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement les outres éclatent, le vin se répand, et les outres sont perdues. Mais on met le vin nouveau dans des outres neuves, et le tout se conserve. » Nous sommes devenus capables de recevoir la Parole qui nous est adressée. Nous entrons dans la Promesse de Jésus qui s’adresse en toute gratuité, à notre liberté. Jésus reconstruit sa créature, son peuple, et nous sommes véritablement renouvelés. C’est une connaissance plus profonde, plus vraie, plus gratuite du Mystère de Dieu qui s’offre à nous. Heureux sommes-nous d’entendre une Parole à laquelle nous pouvons répondre en vérité, car nous sommes dans la Présence du Dieu vivant qui nous constitue. Jésus sauve le monde avec un amour incroyable : « Ayant aimé les siens, il les aima jusqu’au bout ! » Il va donner sa vie sur la croix, il a tout donné. L’épouse, l’humanité le suit et elle partage son sort dans des épousailles qui se préparent, à la suite de Jésus crucifié et glorifié. Nous allons vivre dans la nuit de la foi, la perte et le désespoir du manque, pour rejoindre Jésus dans le mystère de l’Amour infini de Dieu. Quand Jésus nous est enlevé, c’est le véritable jeune.

Nous demandons la grâce de suivre Jésus le Christ partout ou il va.