Vendredi 8 juillet 2016

Samedi de la 14e semaine, année paire

« Le disciple n’est pas au-dessus du maître, ni le serviteur au-dessus de son patron. Il suffit pour le disciple qu’il devienne comme son maître, et le serviteur comme son patron. »

Is. 6, 1-8 Ps. 92 Mt. 10, 24-33

  • Le samedi 9 juillet 2016 iCal
    semaine 14 : Samedi de la 14e semaine, année paire

Si les gens ont traité de Béelzéboul le maître de maison, ce sera bien pire pour ceux de sa maison.

Ne craignez donc pas ces gens-là ; rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu. Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en pleine lumière ; ce que vous entendez au creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits. Jésus nous dit de proclamer son Evangile sur les toits, sans craindre les hommes. Il nous annonce les risques de cet envoi en mission : la division de la famille, le rejet, l’humiliation, les moqueries, des souffrances, la mort même. Mais Jésus nous dit clairement que ce n’est pas cela qu’il faut craindre. Il veut nous faire comprendre que la vie, la véritable vie est ailleurs. Que perdre le sens de la vraie vie est un risque beaucoup plus grand, car ceux qui peuvent tuer le corps ne peuvent rien contre l’âme. Le seul véritable danger serait que nous nous séparions de l’amour de Dieu. Mais nous choisissons l’amour de Dieu au delà de notre position sociale, ecclésiale, ou un quelconque autre intérêt. Dans la dimension humaine, il n’est pas impossible que l’élève arrive à surpasser celui qui lui a enseigné une discipline donnée. Mais quand il s’agit de la sagesse de Jésus, jamais rien d’essentiel enrichira la valeur de sa Parole. Nous devons prendre garde de ne pas dénaturer la Bonne Nouvelle.

Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps. Deux moineaux ne sont-ils pas vendus pour un sou ? Or, pas un seul ne tombe à terre sans que votre Père le veuille. Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Jésus nous montre le Père qui veille sur tous nos faits et gestes, tout comme il connaît le vol du moineau. Cette image crée en nous une immense confiance en notre Père du ciel. Tout comme l’enfant se sent en sécurité quand il sait que sa mère ou son père sont présents, ainsi, dans nos vies, il n’y a aucune crainte puisque que notre Père du ciel veille sur nous. Jésus se porte garant pour nous devant son Père. Nous lui ouvrons sans cesse notre cœur pour reconnaître et célébrer sa constante présence dans notre vie. Nous croyons en son amour et en sa puissance infinie pour nous transformer et transformer le monde. C’est la grâce de Dieu qui accomplit la mission que Jésus nous a confiée. Nous voulons l’aimer de cet amour qui est un total abandon et faire notre travail d’évangélisation toujours et partout. Jésus nous lance proclamer son Evangile sur les toits, sans craindre les hommes, il nous dit clairement qu’il ne faut ne rien craindre.

« Soyez donc sans crainte : vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux. Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux. Mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est aux cieux. Jésus nous ouvre les yeux sur le fait que si nous sommes ses disciples, nous serons rejetés, incompris, que nous allons rencontrer des difficultés, et que nous serons maltraités. Mais la vie, la beauté de la vie, est son sens, c’est le seul et véritable Amour. Ceux qui peuvent tuer le corps ne peuvent rien contre l’âme, contre le cœur de l’homme. Est-ce que je choisis d’abandonner l’amour de Dieu afin de protéger ma vie, ma position sociale, ou un quelconque autre intérêt ? La vie de Jésus est un témoignage ininterrompu de la vérité. Le don du Saint-Esprit, en nous, bannit toute crainte, Dieu nous aime, il veut nous voir debout, bien au-delà de toutes les misères dont nous pouvons être infligés. Il est le Dieu qui est pardon, miséricorde et tendresse, car il est sans cesse Amour infini. Nous avons la grâce de découvrir sans cesse ce Dieu qui est amour.

Nous demandons la grâce d’être établi dans l’amour infini de Dieu.

Vos témoignages

  • Marie-Dominique 9 juillet 2016 11:40

    Mon témoignage est ’Oui’ aux pistes donné es dans cette homélie Père Gilbert. Ne pas dénaturer l’Évangile, à mon avis il faut l’aide de Marie Immaculée car c est le seul remède pour notre temps contre tous les ’poisons’. Merci infiniment Père.