Mardi 30 mai 2017 — Dernier ajout jeudi 1er juin 2017

Samedi de la 17e semaine, année impaire

« Cet homme, c’est Jean le Baptiste, il est ressuscité d’entre les morts, et voilà pourquoi il a le pouvoir de faire des miracles. »

Lv. 25, 1-17 Ps. 66 Mt. 14, 1-12

  • Le samedi 5 août 2017 iCal
    semaine 17 : Samedi de la 17e semaine, année impaire

"En ce temps-là, Hérode, prince de Galilée, apprit la renommée de Jésus

et dit à ses serviteurs : « Cet homme, c’est Jean le Baptiste, il est ressuscité d’entre les morts, et voilà pourquoi il a le pouvoir de faire des miracles. » Car Hérode avait fait arrêter Jean, l’avait fait enchaîner et mettre en prison, à cause d’Hérodiade, la femme de son frère Philippe. En effet, Jean lui avait dit : « Tu n’as pas le droit de vivre avec elle. » Hérode cherchait à le mettre à mort, mais il eut peur de la foule qui le tenait pour un prophète. Lorsque arriva l’anniversaire d’Hérode, la fille d’Hérodiade dansa devant tout le monde, et elle plut à Hérode." Jean Baptiste précède Jésus pour préparer ses chemins, il le devance. Il devait d’abord se présenter pour que Jésus le fasse à son tour, et être baptisé par lui. Jean va mourir avant que Jésus s’avance sur le chemin de Jérusalem pour y être crucifié. A la suite de Jean le Baptiste, nous sommes un peuple de prophètes qui ne pactise pas avec le mensonge. Hérode, prince de Galilée, ne connait pas ce qu’est un peuple de rois ! Nous sommes « Royal » par l’amour qui brûle en nos cœurs. La dimension royale de notre vie, c’est l’amour infini que Dieu y a déposé et qui y brûle. Peuple de prêtres, nous intercédons par toute notre vie, pour le monde et pour nous-mêmes.

"Aussi Hérode s’engagea-t-il par serment à lui donner tout ce que la fille d’Hérodiade lui demanderait. Poussée par sa mère, elle dit : Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean le Baptiste. » De cet événement de l’exécution de Jean Baptiste, il ressort que Jésus dans sa Passion, est annoncé par Jean. Juste avant cet Evangile, Jésus déclarait : « Un prophète n’est méprisé que dans sa patrie et sa maison. » La mort de Jésus, annoncée par celle de Jean Baptiste, est la preuve la plus éclatante que Jésus connaîtra la mort des prophètes. Face aux scribes et aux pharisiens, il s’exprimera ainsi : « C’est pourquoi, voici que j’envoie vers vous des prophètes, des sages et des scribes : vous en tuerez, vous en mettrez en croix. » Jusque dans sa mort, Jean Baptiste sera resté fidèle à sa mission de précurseur. Jean-Baptiste dans sa prison est dans la tourmente. Jésus, qu’il annonce par sa vie, le fortifie : « Je fais de toi une ville fortifiée, une colonne de fer, un rempart de bronze. » Nous aussi, vigilants dans la prière, il nous est nécessaire, à la suite du « Prophète », de demeurer dans la lumière. Notre chemin est un chemin de lumière et de discernement qui dit où est le mensonge et ou est la vérité dans le monde. C’est un chemin de lumière parce qu’il est un chemin d’amour. Prophètes nous avons mission partout où nous sommes d’être la lumière, la parole de Jésus.

"Le roi fut contrarié, mais à cause de son serment et des convives, il commanda de la lui donner. Il envoya décapiter Jean dans la prison. La tête de celui-ci fut apportée sur un plat et donnée à la jeune fille, qui l’apporta à sa mère. Les disciples de Jean arrivèrent pour prendre son corps, l’ensevelirent et allèrent en informer Jésus." Jean, par ses souffrances et par sa mort, annonce la passion du Seigneur Jésus. Matthieu précise qu’Hérode « avait tué Jean, mais il avait craint la foule parce qu’on le tenait pour un prophète. » Peuple de prêtres, de prophètes et de rois, c’est en Dieu que nous trouvons tout ce dont nous avons besoin pour accomplir notre mission. La sainteté, est notre vocation, nous savons que le menteur essaie d’annihiler l’œuvre de Dieu en chacune de nos vies de multiples manières. Mais nous sommes un chemin de lumière et de vie les uns pour les autres, nous sommes dans un lien d’amour avec notre Dieu : « Mon amour et ma fidélité sont avec lui et mon nom accroît ta vigueur. » A la suite de Jésus, nous sommes un peuple de ressuscités, un peuple debout en vigilance. Notre cœur veille pour que l’œuvre de Dieu se fasse sur cette terre, dans notre vie, dans notre peuple. Nos frères ont besoin de cette rectitude pour trouver à notre contact la force pour marcher vers Dieu car nous sommes tous appelés à la sainteté.

Nous demandons la grâce d’être fidèles à la dimension prophétique de notre vie.