Dimanche 5 novembre 2017 — Dernier ajout mardi 7 novembre 2017

Samedi de la 1re semaine, année paire

Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades.

1 S. 9, 1-4.17-19a ;10,1
Ps. 2
Mc. 2, 13-17

  • Le samedi 13 janvier 2018 iCal
    semaine 1 : Samedi de la 1re semaine, année paire

"Jésus sortit de nouveau le long de la mer ; toute la foule venait à lui, et il les enseignait."


 
En passant, il aperçut Lévi, fils d’Alphée, assis au bureau des impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » Dans la surabondance de l’amour miséricordieux de son cœur, Jésus, venu dans notre chair humaine, donnera sa Vie, afin que nous retrouvions la vie. Mathieu, qui le voit agir, le suit immédiatement. Jésus sait, qu’au fond du cœur des hommes et des femmes qu’il est venu rencontrer, il y a un désir de Dieu. C’est ce désir de Dieu qu’il est venu réveiller, saisir, dans notre humanité. Ceux que l’on qualifie de pécheurs, sont des enfants du Père ; Guéris par Jésus, ils deviendront des enfants de lumière. Nous savons, le combat, l’agonie et la Croix, que Jésus vit pour nous. Il nous donne sa lumière et son amour en nous accueillant dans notre situation, comme Lévi, fils d’Alphée, assis à son bureau de publicain. Nous sommes tous pris par notre vie que personne ne peut réaliser pour nous. C’est là que Jésus vient nous sauver, il nous accompagne, notre liberté est enchâssée dans la sienne. Il nous délivre et nous guérit. Au contact du Médecin divin, nous touchons la miséricorde du cœur de Dieu qui nous redonne une bonne Santé.

"Comme Jésus était à table dans la maison de Lévi, beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec Jésus et ses disciples, car ils étaient nombreux à le suivre." Les scribes du groupe des pharisiens, voyant qu’il mangeait avec les pécheurs et les publicains, disaient à ses disciples : « Comment ! Il mange avec les publicains et les pécheurs ! » Jésus est invité par Matthieu à une réception pour cet fêter cet événement si important dans sa vie. Il fait un grand repas ou il invite tous ses amis publicains. Voyant Jésus avec les pécheurs, avec les publicains, les scribes du groupe des pharisiens sont scandalisés. Comme eux, nous sommes des êtres mélangés, quand une partie obscure en nous se réveille, nous sommes scandalisés. Mystérieusement, ces zones de ténèbres se révoltent devant la lumière et la miséricorde de Jésus. Mathieu se lève, il se tient debout, et il prend possession du monde nouveau offert par Jésus. Une si belle dignité est offerte à tous, elle donne le pouvoir de suivre Jésus, de nous en remettre à lui avec une grande humilité. C’est la liberté de Jésus qui réveille la liberté de Mathieu, elle l’invite à une nouvelle vie. Jésus vient guérir nos cœurs partagés, le combat que Jésus provoque chez les pharisiens qui se révoltent est tout intérieur. C’est le combat de la foi et de l’espérance en Dieu bon et miséricordieux que les pharisiens n’ont pas compris ! Pourtant, c’est un avenir lumineux qui s’ouvre avec Jésus, dans la relation à l’autre.

"Jésus, qui avait entendu, leur déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. » Le pécheur qui est en nous aspire à vivre autrement, il laisse en lui ouverte une brèche, une possibilité de devenir meilleur. Le pécheur pardonné donne à la joie de s’incarner en lui, de se célébrer, il désire rencontrer d’autres sur son chemin, il est renouvelé dans sa vie. Ce renouvellement donne satisfaction, la vie appelle à la vie. Mais les scribes du parti des pharisiens disent : « Comment cet homme peut-il manger avec ces pécheurs et ces publicains ; » Comment peut-il être à cette table, avec beaucoup de ses disciples ! Partout où Jésus passe, la réalité devient transparente, et l’on se retrouve resplendissant de l’amour infini de Dieu. Jésus est écouté par tous les pécheurs dont le cœur est encore partagé, il les écoute et il les aime. Il révèle son cœur plein d’amour pour tous, bien-portants comme malades ! Seuls ces derniers le reconnaissent. Jésus, tout-puissant dans son amour, est lumière en nous, partout où nous passons, nous apportons la lumière de son amour.

Nous demandons la grâce de vivre du message d’amour de Jésus pour être plein de bonté et de lumière.