Vendredi 25 août 2017

Samedi de la 20e semaine, année impaire

Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé.

Rt. 2, 1-11
Ps. 127
Mt. 23, 1-12

  • Le samedi 26 août 2017 iCal
    semaine 20 : Samedi de la 20e semaine, année impaire

"Alors Jésus s’adressa aux foules et à ses disciples, et il déclara : « Les scribes et les pharisiens enseignent dans la chaire de Moïse. Donc, tout ce qu’ils peuvent vous dire, faites-le et observez-le. Mais n’agissez pas d’après leurs actes, car ils disent et ne font pas."

Le surgissement de la Parole de Dieu était toujours possible par un prophète envoyé de Dieu. La « chaire de Moïse » signifiait la volonté, pour le Peuple Juif, de se livrer à la Parole reçue des Anciens. Jésus a proclamé les Béatitudes sur la Montagne, il marche humblement avec ses disciples incarnant dans tout son être ce qu’il annonce. Nous faisons silence en essayant de nous situer avec lui pour nous déterminer à sa suite. Jésus est scandalisé par l’attitude des scribes et des pharisiens qui se sont assis dans la chaire de Moïse. Là, ils sont revêtus d’autorité et de prestige ! Jésus sait qu’il va vers sa Passion. Les disciples seront bientôt seuls, il leur faudra être fidèles à la nouveauté qu’il instaure et qu’ils auront à transmettre. S’ouvrir au Royaume des Cieux doit ainsi aller jusque là ! Nous sommes aujourd’hui « assis » dans la chaire de Jésus ! Le même risque décrit par Jésus se trouve à notre porte. Il nous faut sans cesse vérifier la cohérence de nos paroles et de nos gestes avec la Parole que nous annonçons ! Les petites gens crédules se laissent prendre par cet « extérieur, » ils sont perdus à cause de l’hypocrisie. Le divorce entre le dire et le faire est désastreux ! C’est la caricature de la Vérité du Dieu qui « dit et cela fut. »

"Ils attachent de pesants fardeaux, difficiles à porter, et ils en chargent les épaules des gens ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt. Toutes leurs actions, ils les font pour être remarqués des gens : ils élargissent leurs phylactères et rallongent leurs franges ; ils aiment les places d’honneur dans les dîners, les sièges d’honneur dans les synagogues et les salutations sur les places publiques ; ils aiment recevoir des gens le titre de Rabbi. La tendance à vouloir être « vus des hommes, » pour occuper une place, signifie une incapacité à se tenir sur soi. C’est dans le silence et dans la solitude que nous demeurons en intimité avec Celui qui nous fait vivre. La tentation est grande de se récupérer dans une extériorité où chacun reçoit de l’autre son identité. C’est l’ancrage dans la mission reçue dans le secret du cœur qui reconnaît en l’autre un frère à aimer. Dans le désir d’authenticité de notre époque, cette Parole résonne fort ! Tout ce qui s’adressait aux juifs, s’adresse aujourd’hui à nous. Les dangers présents dans la première Alliance ressurgissent avec une force plus grande car le message de Jésus est plus divin ! L’intériorité, la relation vivante avec le Dieu vivant, ne doit pas être éclipsée par l’apparence ! Jésus met en garde ses disciples, le remède que propose Jésus est radical !

"Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n’avez qu’un seul maître pour vous enseigner, et vous êtes tous frères. Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n’avez qu’un seul Père, celui qui est aux cieux. Ne vous faites pas non plus donner le titre de maîtres, car vous n’avez qu’un seul maître, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé. Le nouveau rapport que propose Jésus à ses frères est celui de fraternité. Elle naît à partir de la liberté de chacun et d’une manière commune de se rapporter aux autres. Alors surgit la merveille de la reconnaissance, de la fraternité. L’action du Père de qui vient toute paternité est ouverte. La fraternité et le respect de l’autre peut être réintroduit dans l’humanité. Dieu est le seul « Roi, » et Jésus qui manifeste le Père, est le seul Maitre. C’est dans le secret de la Présence du Père, dans l’intériorité de la vie de l’Esprit Saint que va se poursuivre l’Action de Dieu. Ainsi chacun est en lien direct et personnel avec le Mystère de Dieu. Chacun est appelé à être frère de son prochain, conduit par le seul et unique maître, le Christ.

Nous demandons la grâce de l’humilité.

Vos témoignages

  • pierre 26 août 2017 12:16

    La Sainte Humilité de Jésus réside dans une juste considération pour lui même et pour les autres, avec ce sublime renouvellement de l’humble serviteur de l’ancienne alliance dans l’inoui de la Divine Résurrection.

    Le roi des juifs est un roi d’amour pour son peuple et Jésus étend cette révélation à l’humanité de tous les temps, en s’insérant tout autant dans la lignée des prophètes biblique que dans la compagnie des hommes les plus éloignés de l’amour divin.

    Mystère de l’homme broyé par l’opposition à l’amour divin et rénové par l’Esprit Saint qui nous émerveille et nous entraîne dans l’Esperance.