Mardi 7 septembre 2010 — Dernier ajout mardi 19 juillet 2016

Samedi de la 26e semaine, année paire

« Je voyais Satan tomber du ciel. »

Jb. 42, 1-17 Ps. 118 Lc. 10, 17-24

  • Du samedi 2 octobre 2010 à 00:00 au dimanche 3 octobre 2010 à 00:00 iCal
    semaine 26 : Samedi de la 26e semaine, année paire

« Je voyais Satan tomber du ciel. »

« Les soixante-douze disciples revinrent tout joyeux. » Ils étaient joyeux, parce que "même les esprits mauvais leur étaient soumis au nom de Jésus !" Tous les ravages faits par le menteur et provoquant la tristesse de l’humanité était vaincus au nom de Jésus. Les malédictions de l’accusateur des frères qui mettant l’humanité dans le bourbier de la malédiction de Dieu et des hommes étaient anéanties. L’adversaire qui attire l’humanité dans ses filets de tristesse, de colère et de mort était vaincu. Jésus avait envoyé ses disciples en mission, ils reviennent tout joyeux parce que les esprits mauvais leur sont soumis ! Jésus leur dit : Je vous ai donné pouvoir sur les serpents, sur les scorpions, mais ce n’est pas la raison de votre joie. La raison de votre joie, c’est que vos noms sont inscrits dans les cieux."

La joie chrétienne, dans le Christ, a été plongée dans la mort et dans la résurrection de Jésus. Job préfigure bien le rétablissement qu’opère Jésus : « Réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux. » Dans son épreuve, souffrance qui est une préfiguration du calvaire, Job dira à Dieu sa méprise : « Je sais que tu es tout-puissant : tous tes projets se réalisent… J’ai fait, dans mon ignorance, des discours sur des merveilles qui me dépassent et dont je ne sais rien ! » À certains moments de notre vie, il y a une bascule qui est une conversion. Une seule chose compte désormais, c’est ce que dit l’Esprit Saint, l’Esprit de Sagesse. Alors c’est la joie d’être devenu enfant de Dieu qui surabonde. Mû par l’Esprit, devenu « du Christ », saint Paul dira : "Ce n’est plus moi qui vit, c’est le Christ qui vit en moi".

"Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits, dit Jésus !" Personne ne connaît qui es les Fils, sinon le Père et personne ne connaît qui est le Père sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. » Notre joie, surabondante, c’est que nous vivons dans des événements joyeux, ou des mystères douloureux, quand nous vivions sur cette terre déjà de la gloire de Dieu, est quelque chose d’un au-delà : C’est la filiation nouvelle que Jésus est venu nous apporter. Saint Paul qui en est témoin dira encore : "Que la joie de Jésus surabonde en vos cœurs ». Nous sommes les enfants du Royaume des cieux : « Réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux. »

Nous demandons la grâce d’entrer dans une telle parole pour que nous soyons vraiment ce que nous sommes : Chrétiens vivant de l’amour que Dieu lui-même lui donne.