Vendredi 8 avril 2016

Samedi de la 2e semaine de Pâques

"Les apôtres… voient Jésus marcher sur la mer. Ils eurent peur. Mais il leur dit : « C’est moi. N’ayez pas peur. »

Ac. 6, 1-7
Ps. 32
Jn. 6, 16-21

  • Le samedi 9 avril 2016 iCal
    2e semaine de Pâques : Samedi de la 2e semaine de Pâques

"Quand le soir fut venu, ses disciples descendirent à la mer, et, montant en bateau, ils se rendaient de l’autre côté de la mer, à Capharnaüm. Il faisait déjà nuit ;

Jésus n’était pas encore venu les rejoindre ; et la mer, comme soufflait un grand vent, se soulevait." La scène est déroutante, les disciples traversent la mer pour rejoindre l’autre rive, et la tempête fait rage, ce qui est toujours un phénomène impressionnant. Les disciples sont de bons navigateurs, cependant ils ont peur, Jésus n’est pas là, il faisait déjà nuit. Ce manque de la présence de Jésus dans notre avancée, nous la vivons toujours dans les grandes tempêtes, quand notre monde est tourmenté ! Dans de nombreux endroits de notre univers, les tourmentes sont sanglantes, et Jésus, Lumière du monde, semble absent ! Cependant il vient sauver l’humanité à notre demande. Dieu est le maître de notre vie et malgré tout nous demeurons craintifs. Ces prières résonnent dans nos cœurs avec une force spéciale, car ce sont les paroles d’une expérience de ce que nous vivons actuellement. C’est un appel à ouvrir notre cœur à Jésus, afin qu’avec Lui, nous n’ayons plus peur devant les coups de l’ennemi du Christ qui se manifestent de différentes manières dans notre vie et dans le monde.

"Ils avaient ramé environ vingt-cinq ou trente stades, quand ils voient Jésus marcher sur la mer et s’approcher du bateau. Ils eurent peur. Mais il leur dit : « C’est moi. N’ayez pas peur. » Les regards des disciples convergent vers Jésus qui marche sur les eaux. Ils ont peur parce qu’ils voient Jésus, marchant à leur rencontre. Jésus, le Sauveur, nous déconcerte toujours, quand il marche sur les eaux, il n’hésite pas a avoir recours à son pouvoir divin, comme à la multiplication des pains et des poissons, quand il a nourrit la foule affamée. Ce nouveau miracle déconcerte les disciples qui voient Jésus marcher sur la mer. Ils comprennent qu’il a pouvoir sur les choses crées et pouvoir sur le Malin représenté par un lac houleux, dans la nuit. Les eaux démontées ne sont pas un adversaire dont il faudrait venir à bout, elles sont un chemin par lequel Dieu nous conduit. Jésus guide notre voyage, et grâce à lui, l’eau qui sépare les deux rives devient le chemin qui réunit, qui mène à la vraie vie. C’est la nouvelle Pâque qui s’accomplit. Par ce signe, Jésus nous révèle que Dieu agit en personne, il dévoile sa présence, il bannit toute peur. Par le témoignage des Apôtres, nous connaissons la victoire de Jésus sur les ennemis de l’humanité, le péché et la mort. Jésus vient habiter notre monde avec toute la tendresse de son cœur. Nous accueillons Jésus et nous nous engageons avec lui. Il nous a sauvés du péché et de la mort par sa croix, et par sa simple présence, il nous donne la paix.

"Ils étaient disposés à le prendre dans le bateau, mais aussitôt le bateau toucha terre là où ils se rendaient." La Pâque nous manifeste que Jésus, proche de nous, est glorieux, déjà auprès du Père. C’est ce que reconnaissent les disciples quand ils veulent le prendre avec eux dans la barque, dans un geste de coopération confiante, alors que la barque touche déjà terre. Ils s’attendaient à ce que Jésus parcourt ce qu’il reste du chemin avec eux, mais de chemin, il n’y en a plus. La présence de Jésus Ressuscité dans nos vies, une fois que nous lâchons prise et que nous laissons le don de sa paix porter son fruit de confiance et d’abandon, nous met sur la terre ferme qui prend la place de la mer démontée. Vouloir prendre Jésus dans notre barque, c’est lui demander d’établir en nous son règne de paix, d’être le berger de nos vies, est de faire le voyage de la foi avec nous. Mais quand Jésus est présent, nous touchons au terme de notre vie. Devant notre fragilité, pour mener à bien la mission que Jésus nous confie, nous sommes rassurés, Jésus vient toujours dans notre monde, de multiples manières, il y fait renaître son Amour et nous donne la Paix.

Nous demandons à Jésus la grâce d’être attentifs aux détresses de notre temps, d’être des artisans de Paix.

Vos témoignages