Vendredi 28 octobre 2016

Samedi de la 30e semaine, année paire

« En effet dit Jésus, quiconque s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé. »

Ph 1, 18b-26 Ps. 41 Lc. 14, 1.7-11

  • Le samedi 29 octobre 2016 iCal
    semaine 30 : Samedi de la 30e semaine, année paire

Jésus adressa une parabole aux invités parce qu’il remarquait comment ceux–ci choisissaient les premières places ;

Il leur disait : Lorsque tu es invité par quelqu’un à des noces, ne va pas t’installer à la première place, de peur qu’une personne plus considérée que toi n’ait été invitée." Jésus nous ouvre à lui, à sa parole, à ses gestes, à sa manière d’agir en communion avec le Père. Laisser à l’Autre la première place, n’est pas seulement une manière de vivre, d’être, mais c’est la Sagesse. Jésus qui partage la vie des hommes est de plein pied avec eux. Nous avons à recevoir notre juste place parmi nos frères, en faisant les mêmes choses qu’eux, nous nous rendons à la réalité qui est donnée. Jésus regarde les autres en profondeur, il est attentif à la manière dont ils vivent, comment ils se situent dans la vie et il est proche d’eux, il écoute ce qu’ils disent, il réagit, il entre en dialogue. Nous sommes surpris devant ce besoin exprimé dans la Parole de « se mettre à la première place, » de toujours chercher une reconnaissance humaine. Nous cherchons un pouvoir humain, de l’influence humaine alors que nous sommes en chemin vers une réalité si belle : La rencontre de Dieu ! Jésus, avec une patience étonnante, se sert de tous les événements de la vie, pour mettre dans notre cœur humain la vérité de Dieu.

"Lorsque tu es invité, va te mettre à la dernière place, afin qu’au moment où viendra celui qui t’a invité, il te dise : « Mon ami, monte plus haut ! » Alors ce sera pour toi un honneur devant tous ceux qui seront à table avec toi." C’est ainsi que Jésus nous touche et nous donne d’entrer dans la Sagesse. Il nous libère de ce qui nous tient captifs, sa Parole est vérité. Il nous propose des attitudes pacifiantes : « Quand tu es invité, va te mettre à la dernière place », « Quand tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles. » Pas des convives capables de réciprocité mais des personnes invités à fond perdu. A chaque fois, Jésus nous indique un grand bénéfice futur : « Quand viendra celui qui t’a invité, il te dira : ’Mon ami, avance plus haut’, et ce sera pour toi un honneur aux yeux de tous ceux qui sont à table avec toi. » Jésus nous fait comprendre, en nous mettant dans ces situations, que nous serons heureux, parce que nous entrons dans une perspective de gratuité. Cette expérience de gratuité change notre manière de nous situer envers les autres. Elle nous donne de redécouvrir ce qui fonde notre existence, ainsi que celle des autres : la gratuité d’un amour qui ne cesse de se donner.

"En effet, quiconque s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé." Le vrai poids de notre vie est dans la joie de la gratuité, bien au-delà de nos activités. Nous pouvons choisir notre manière d’être dans cette gratuité. Au-delà de ce que nous faisons, il y a cette vie qui ne cesse de se donner. Nous pouvons nous mettre, là où nous sommes, à la suite de Jésus dans ce grand amour qu’il nous révèle. Dieu veut que nous gardions au cœur un grand amour. Il veut répondre à cet amour, car nous sommes invités à des noces. Nous comprenons l’ardeur de la préparation de cette rencontre. Nous mettons notre cœur au diapason du cœur de l’Epoux. Demeurer au cœur de l’amour, et ne pas enlever la robe d’amour de notre cœur pour demeurer au rythme de l’amour, être mû par cet amour. Jésus veut nous instruire dans nos rencontre, nous aider à nous positionner dans la relation avec nos frères. « Qui s’abaisse sera élevé. » Demeurer dans l’Amour de Jésus nous est toujours offert, c’est demeurer dans l’humilité du cœur. Un désir de Dieu nous habite, c’est ce qu’il y a de plus beau, de plus merveilleux en nous. Ce désir est mû par Dieu, animé par Lui. Celui qui a mis au cœur de l’humanité un tel désir va le combler. Nous sommes une réalité mystérieuse qui a besoin de sources d’eaux vives et de bons pâturages.

Nous demandons la grâce de demeurer dans l’amour du Christ.

Vos témoignages

  • Michel 28 octobre 2016 19:52

    J’aime beaucoup ce que vous dites, Père Gilbert, sur la perspective de gratuité dans nos relations. Il me semble qu’autre chose vient de la racine de l’orgueil /possesseur dans notre cœur

    Votre perspicacité est précieuse pour enseigner les cœurs, qualité malheureusement trop rare chez les hommes qui aiment se situer dans ce monde d’efficacité’ pour fuir leur propre réalité d’être pauvre,qui est néanmoins porte ouverte vers Dieu, si seulement ils avaient la foi..