Vendredi 11 novembre 2016

Samedi de la 32e semaine, année paire

« Le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? »

3 Jn. 5-8 Ps. 111 Lc. 18, 1-8

  • Le samedi 12 novembre 2016 iCal
    semaine 32 : Samedi de la 32e semaine, année paire

"Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager :"

« Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : “Rends-moi justice contre mon adversaire.” Notre prière d’intercession trouvera dans le cœur de Dieu un Père accueillant, juste et favorable. Jésus nous promet que la prière tenace obtiendra toujours satisfaction. Cette constance est la qualité essentielle de celui qui s’engage sur le chemin de la prière. La difficulté commence lorsqu’il nous faut persévérer. L’Évangile nous donne d’admirer l’insistance de cette femme. Elle vient tourmenter ce juge avec force, le remettant devant lui-même et son devoir. Par là, Jésus souligne l’importance de la persévérance dans notre prière. La persévérance naît de la faiblesse et de la pauvreté de notre vie. Pour durer dans la prière, nous nous appuyons sur notre dépendance envers Dieu notre Père, nous avons besoin de sa grâce. Jésus, par les Béatitudes nous donne d’entrer déjà dans le Royaume de Dieu : "Heureux, vous les pauvres," nous nous retrouvons ainsi nous mêmes, dans la vérité de notre demande.

« Longtemps le juge refusa, puis il se dit : “Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne, comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.” Il y a une beauté surprenante chez cette femme, sa foi va faire basculer le juge du côté de la justice. La motivation de ce juge est "de ne pas avoir la tête cassée !" Dans les "ténèbres" de ce monde, nous pouvons accéder à la lumière à force de persévérance. Quand le Don de Dieu est rejeté, quand la beauté de la personne humaine est bafouée, nous croyons envers et contre tout en l’action de Dieu. La misère des hommes, la difficulté qu’ils ont à croire, ne peuvent pas nous arrêter. Le juge de l’Évangile rendra justice à cette femme. Elle a cru qu’elle pourrait être exaucée. Quand notre demande est posée devant Dieu, elle est déjà exaucée ! Nous devons croire autant dans la prière que dans l’exaucement de la prière. "Je vous dis qu’il leur fera prompte justice," dit Jésus. Il y a en chacun de nous un aspect positif, un secret qu’il est possible de rejoindre par une conversion. Dieu est Lumière, il nous faut y croire, c’est une question de Foi ! Nous sommes persévérants dans la prière car Dieu est un Père infiniment bon. Il ne fait pas attendre ses élus, ses bien-aimés. Sans tarder, il leur fera justice. Nous ne cessons pas de prier notre Père des cieux pour l’humanité en ayant foi en Dieu, et en ayant confiance dans les hommes !

« Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! » Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ? Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » La pauvreté de cœur est la condition de la prière persévérante et le fruit spirituel de cette persévérance. Celui qui sait garder la pauvreté et l’humilité de cœur sait accueillir ce que Jésus souhaite lui donner, et la manière dont il souhaite le lui donner. La pauvreté de cœur nous fait reconnaître nos manques et nos besoins, et la capacité du Seigneur Dieu à combler ces manques et ces besoins. "Quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?" Prier comme aimer est une ouverture de soi et un don de soi pour recevoir de l’autre. Ce qui dépend de nous, c’est l’ouverture de nous-mêmes et le don de nous-mêmes. L’attitude du priant est celle de l’attente et de la veille persévérante pour sauver la foi dans notre cœur. Le roc de notre attente, ce sont les promesses de Jésus, et la présence de l’Esprit Saint. Jésus est là, il s’agit de nous tourner vers lui, de demeurer le cœur et les mains ouvertes. C’est en veillant sans nous lasser que nous nous dispons à la rencontre. Le pauvre de cœur sait qu’il peut formuler toutes demandes son Père du Ciel. Il a sur lui un regard et un dessein d’Amour beaucoup plus beau, beaucoup plus grand que lui. Nous reconnaissons que nous dépendons fondamentalement de Dieu dans notre vie, il en est l’origine et le terme.

Nous demandons à Dieu la grâce de la prière, confiants dans ce Père des cieux.

Vos témoignages

  • pierre 12 novembre 2016 07:39

    Merci encore pour cette homelie qui prend partie comme Jésus pour le pauvre face à la stérilité des cœurs devant ses paroles.

    C’est Jésus qui nous rend juste, en conduisant à s’ajuster à Lui, l’homme Juste qui prie aussi bien pour ramener l’incroyant au sens de la vie charitable ( le juge sans justice qui se moque de Dieu et des Hommes) que pour la croyante au sens de la vie dans la prière aimante ( la veuve qui n’a plus l’époux pour l’aimer)

    Nos pauvretés sont tout autant spirituelles que charnelles, par manque d’amour fraternel selon L’Esprit de Jésus qui rassemble l’un et l’autre. Merci pour ce site qui permet de partager ce que l’Esprit Saint peut inspirer à chacun et nous reconduire ainsi, dans la confiance en Jésus Roi de la PRIERE pour tous et pour chacun.