Vendredi 25 novembre 2016

Samedi de la 34e semaine, année paire

« Veillez donc et priez en tout temps, afin d’avoir la force d’échapper à tout ce qui doit arriver »

Ap. 22, 1-7
Ps. 94
Lc. 21, 34-36

  • Le samedi 26 novembre 2016 iCal
    semaine 34 : Samedi de la 34e semaine, année paire

"Tenez-vous sur vos gardes, de peur que vos cœurs ne s’appesantissent dans la débauche, l’ivrognerie, les soucis de la vie, et que ce Jour-là ne fonde soudain sur vous."

Jésus multiplie les avertissements et les exhortations relatives à la venue du Fils de l’homme. Il veut tellement notre bonheur qu’il nous répète ses conseils de prudence et de vigilance pour nous éviter l’usure du temps, qui enlève progressivement l’élan de la ferveur et qui enlise dans la routine. En effet dans nos vies, il n’y a rien de nouveau chaque jour, nous répétons les mêmes gestes, sans ouverture sur l’avenir bien souvent ! Nous pouvons alors perdre de vue le but vers lequel toute notre existence doit tendre. Nous pourrions avoir l’impression de piétiner sur place, sans le ressort d’une vive espérance. La vigilance est le secret de l’Évangile de Jésus : "Tenez-vous sur vos gardes. Veillez donc et priez en tout temps." Nous entrons ainsi dans la victoire de l’amour que Jésus est venu apporter au monde, mais il est nécessaire de nous reconnaitre pauvre et pécheur. Certes, nous faisons tout ce que nous pouvons, avec la grâce de Dieu, pour bâtir un monde meilleur.

"Comme un filet ; car il s’abattra sur tous ceux qui habitent la surface de toute la terre." Nous demeurons dans une foi vivante : Dieu éclate tellement dans toute la création qu’il nous rappelle sans cesse son existence. Chacun de nous a une conscience qui le remet sans cesse dans la Réalité de Dieu. Quelles que soient les difficultés dans lesquelles nous nous trouvons avec nos frères, nous gardons l’espérance de la victoire du Christ. Nous voulons demeurer dans l’amour et nous tenir sur nos gardes. L’Esprit de Dieu travaille dans toute notre vie bien au-delà de ses douleurs. Dans le secret, notre Père des cieux veille sur la vie qu’il nous a donnée. Nous ne laissons pas notre cœur s’alourdir par les soucis de la vie, nous voulons combattre en remettons d’abord ce monde à Dieu qui supplée à tous nos manques, ainsi se bâtit un monde meilleur. Pour persévérer dans cette veille qui semble sans fin, le secours du Seigneur est absolument nécessaire. La communion dans la prière procure la force de surnager et d’avancer vers la rencontre bienheureuse de Celui qui nous a créés pour l’aimer.

« Veillez donc et priez en tout temps, afin d’avoir la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. » C’est dans la prière que nous allons vaincre le relâchement et tout ce qui nous éloigne de la vie. Jésus s’écrie : “Restez éveillés et priez en tout temps.” Nous voulons être des vivants, pas dans les rêves du sommeil, mais éveillés, libres et responsables, pour progresser dans l’espérance et l’amour vers le Fils de l’homme. Son amour nous attend, la tentation peut être de ne pas demeurer dans la prière ! "Que votre cœur ne s’alourdisse pas," dit Jésus. Face à tous les soucis de la vie, nous demeurons vigilants. « Tenez-vous sur vos gardes, de peur que vos cœurs ne s’appesantissent dans la débauche, l’ivrognerie, les soucis de la vie, et que ce Jour-là ne fonde soudain sur vous comme un filet ; » Nous tenir sur nos gardes, rester éveillés, prier en tout temps, c’est ainsi que Dieu nous demande d’être ses témoins dans un monde en souffrance. La transformation qu’opère l’amour n’est pas toujours apparente, l’invitation de Jésus est sure. Jésus est venu répandre un feu sur la terre et son plus grand désir est que monde s’enflamme au feu de son amour. C’est un feu qui nous travaille au secret du cœur.

Nous supplions Dieu de nous donner la grâce de la confiance dans la victoire de l’amour de Jésus.

Vos témoignages

  • pierre 26 novembre 2016 07:09

    Le feu de Dieu, c’est un amour qui ne s’éteint pas. C’est la vive flamme du Saint Esprit qui fait grandir pour glorifier Dieu et qui fait s’agenouiller pour servir le frère.

    Ce feu sacré qui devrait brûler toute notre vie comme la lampe qui brûle au tabernacle, est parfois en manque d’huile. Car notre cœur s’est égaré dans des passions qui semblent dominer ce lien vital entre l’âme et Dieu.

    Mais le cœur de Jésus est plus grand que notre cœur, et c’est pour cela qu’il nous demande de rester sur nos gardes. Sa résurrection risque de nous surprendre, comme elle a surpris les gardes du tombeau au matin de Pâques, car ils n’attendaient plus rien de la vie, après la mort au combat.

    Il nous faut entretenir la vie dans l’Esprit Saint, en luttant contre l’esprit du monde, non pas par nos forces, mais par l’Esprit Seigneur.

    La prière du cœur de Jésus est un excellent remède, car on (re)trouve un amour passionné pour chacun des hommes et tout autant un amour passionné qui recouvre tout l’univers pour tout remettre à Dieu.