Vendredi 6 octobre 2017 — Dernier ajout dimanche 8 octobre 2017

Samedi de la 2e semaine de l’Avent

le Fils de l’homme va souffrir par eux.

Ben Sirac 48, 1-4.9-11
Ps. 79
Mt. 17, 10-13

  • Le samedi 16 décembre 2017 iCal
    Semaine Avent 2 : Samedi de la 2e semaine de l’Avent

"Les disciples interrogèrent Jésus : « Pourquoi donc les scribes disent-ils que le prophète Élie doit venir d’abord ? » Jésus leur répondit : « Élie va venir pour remettre toute chose à sa place."

La venue de Jésus dans le monde provoque chez les hommes de la contestation et de la révolte. Ils sont déconcertés, il leur faudrait avoir une confiance et une foi absolue en lui. En descendant de la montagne Jésus discute avec ses disciples. Ils ne comprennent pas que le Messie soit venu avant le prophète Élie qui doit tout préparer. Jean-Baptiste s’est manifesté comme le précurseur du Juge qu’il devait précéder. Il préfigurait jusqu’où irait l’abaissement de celui qu’il annonçait, comme le Messie. Il prépare les chemins de Jésus jusque dans le mystère de sa mort. Par toute sa vie, Jean a prophétisé le Fils de l’homme souffrant, qui allait mourir en donnant librement sa vie. Jésus annonce sa Passion par trois fois : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup. » La souffrance de Dieu est « souffrance de compassion » dit Saint Bernard. Paul parlera du « mystère d’iniquité » qui sévit dans le monde. Aujourd’hui encore dans le monde, tant de personnes sont victimes de grandes violences. Pierre Jacques et Jean ont été témoin de la Transfiguration de Jésus pour supporter la défiguration de l’Envoyé de Dieu.

"Mais, je vous le déclare : Élie est déjà venu ; au lieu de le reconnaître, ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu. Et de même, le Fils de l’homme va souffrir par eux." » Répondre avec générosité et allégresse à l’appel exigeant des envoyés de Dieu demande un cœur à cœur avec lui. La préparation a sa venue a déjà eu lieu dit Jésus : « Je vous le déclare, Élie est déjà venu ; Ils en ont fait tout ce qu’ils ont voulu. » Mais on n’a pas reconnu Jean-Baptiste. Il a fait l’expérience de l’intimité avec Jésus en le prophétisant par son martyre. Il faut un regard neuf, un cœur nouveau, pour reconnaître les voies de Dieu. Jean-Baptiste, par sa prédication de feu et son jeûne au désert, s’est employé à ramener le cœur des fils vers leurs pères. Ces pères étaient des hommes de foi et de fidélité envers le Seigneur, le Dieu d’Israël. Exposés à l’épreuve, jusque dans la souffrance même, il nous faut prolonger ce cœur à cœur avec Jésus jusque dans la mort. Nous sommes invités à marcher délibérément à la suite de Jésus. Déjà, il nous saisit par son chemin d’abaissement. Le petit enfant de la Crèche qui repose dans les bras de Marie, nous fait proches de Dieu. Nous voulons nous abaisser jusqu’à lui, nous mettre à genoux devant le petit enfant de Noel. Nous pouvons percevoir que le partage de l’intimité du Seigneur Jésus n’est jamais aussi profond que lorsque nous souffrons avec lui.

« Alors les disciples comprirent qu’il leur parlait de Jean le Baptiste. Il nous faut découvrir l’intense amour qui guide les desseins de Dieu sur nous. L’humanité est aimée de Dieu et nous voulons entrer dans ce nouvel amour avec Jésus. Nous demandons à Marie, la Reine des Apôtres, d’intercéder pour que des prophètes, annoncent la Bonne Nouvelle du salut, la naissance de Jésus. Il s’est rendu solidaire de l’humanité souffrante. Marie nous offre « l’Enfant bien-aimé du Père. » Seule la miséricorde infinie de Dieu peut « supporter » la souffrance de Jésus venu dans la chair humaine ! Il nous faut brûler du feu de l’Amour de l’Esprit Saint quand la souffrance nous touche. Les mauvais traitements, la diffamation et les persécutions reçus par flots successifs, ne nous surprendront pas. Être sur le bon chemin ne nous épargne pas les difficultés de l’existence et Jésus nous invite à aller de l’avant en dépit de la souffrance, il nous rencontre sur cette route. Il nous faut faire en sorte que Noël soit vécu profondément.

Nous demandons la grâce d’entrer dans l’Amour infini de Dieu.

Vos témoignages

  • Denise Brouillette 10 décembre 2016 13:42

    « l faut un regard neuf et un cœur nouveau… » La fréquentation du Verbe, en vérité, ne peut qu’ouvrir le cœur à la souffrance et à la compassion.Une fois engagée par le Verbe, ne désespérons pas de la lenteur à comprendre, à saisir ce que nous dit le maître. Il est fidèle et Il nous conduira à bon part. Le Seigneur des Seigneurs est descendu nous visiter ! Amen !

  • pierre 10 décembre 2016 10:40

    Pour recevoir la grâce d’entrer dans l’amour infini de Dieu, il nous faut franchir un seuil de confiance et de gratuité qui nous « dépasse totalement » jusqu’à la moindre réserve intérieure de « mauvaise grâce » et « d’esprit de calcul » sur le comportement de Dieu venu visiter son peuple « inhospitalier et incroyant ».

    Ce qui revient aussi à entendre que nous avons bien des difficultés à « laisser entrer l’amour infini de Dieu » dans notre libre arbitre personnel et collectif, d’autant que le contexte de vie annonce l’avènement d’un humanisme mondialisé et décomplexé des fondamentaux chrétiens pour la vie sociale.

    La figure divine qui transfigure l’humanité est insaisissable, et de fait c’est elle qui nous « ressaisit » selon son immense amour.

    Elie, prophète de feu dans l’Esprit du Seigneur, pour ramener le peuple à vivre selon l’Esprit du Seigneur, était comme Jean Baptiste la voie qui crie dans le désert pour convertir les égarés et les insensés, ceux qui ont perdu le sens de la présence de Dieu parmi les hommes et ceux qui ont perdu le sens de l’homme en présence de Dieu.

    Elie, c’est aussi le cri vers le Père de l’humanité : Mon Dieu pourquoi m’as tu abandonné… début d’un psaume inlassablement médité par le chercheur d’un amour infini, qui mène le croyant à suivre Jésus jusqu’à Jérusalem, dans les supplications du cruxifié. Il faut descendre avez Lui dans l’obscurité du tombeau avec l’innocente victime, reposer en silence le temps d’un sabbat qui change tout, et traverser alors dans la lumière divine tous les doutes, toutes les injustices, toutes les limites pour renaître non plus de la chair, mais de l’Esprit Saint, Sanctifié par la Parole de Dieu.

    Cette Parole releve celui que Jésus à béni et chéri dans son cœur, bien avant que le disciple soit attentif à l’enfant de Dieu qui était « éteint en lui ».

    Merci Marie, mère de Dieu et mère des hommes dans la foi, de nous accueillir dans l’église, toi qui est la première à avoir donné ton cœur de femme pour que l’amour infini de Dieu puisse naître dans une humanité sans avenir.

  • 11 décembre 2015 22:02

    Merci, Père Gilbert, de nous rappeler que Jésus nous invite de Le suivre dans un cœur à cœur avec Lui, n’Est-ce pas à travers la prière qu’on puisse véritablement suivre Jésus dans ce cœur à cœur pour ensuite agir autour de nous comme Sa Parole nous inspire.
    Bonne fête de Notre Dame de Guadeloupe Père Gilbert !

  • REGINE 13 décembre 2014 19:07

    Bonjour mon Père,

    Je trouve dans cet Evangile un passage que j’ai du mal à comprendre : « Elie va venir pour remettre toute chose à sa place. Mais je vous le déclare, Elie est déjà venu : au lieu de le reconnaître, ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu. »

    Faut-il comprendre que Jean Baptiste, ce serait Elie qui serait revenu et que le fait qu’ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu, désignerait la façon dont Jean Baptiste est mort ?

    C’est cela qui fait que je ne comprends pas tout le message de cet Evangile.

    Quant à votre homélie, je la déguste évidemment. Je pense que vous devez être en grande intimité avec Jésus, vous en particulier.

    Il est réconfortant de réaliser que face à la souffrance, Jésus est là, présent à nos côtés. N’oublions pas à ce qu’Il a eu à souffrir sur la Croix juste par amour pour nous.

    Si souffrir c’est être en intimité avec Jésus, que cela nous rassure, mais j’avoue que la souffrance pour moi me fait très peur et qu’à l’évocation de ce mot, ma réaction première est de m’y soustraire. Je suis encore très très loin de la sainteté…. déjà accepter les épreuves du quotidien, me semble parfois difficile, alors …… je suis loin de l’amour de mon Dieu !!!

    • Samedi de la 2e semaine de l’Avent 13 décembre 2014 21:17, par Père Gilbert Adam

      Merci ma chère Régine,

      Je crois que tu connais les « préfigurations » de Jésus que tu trouves dans l’Evangile. Elie est une préfiguration de Jésus, il l’annonce : « Elie va venir pour remettre toute chose à sa place. Mais je vous le déclare, Elie est déjà venu : au lieu de le reconnaître, ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu. »

      A nouveau, Elie est une « préfiguration » de Jean Baptiste qui est là ! Jean Baptiste préfigure Jésus par le fait « qu’ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu, » la mort de Jean Baptiste désigne déjà que Jésus va mourir !

      Joie que l’homélie te réconforte ! et aussi de réaliser que face à la souffrance, Jésus est là, présent à nos côtés et il nous aide à l’accueillir et à la porter.

      Oui, n’oublions pas à ce qu’Il a eu à souffrir sur la Croix juste par amour pour nous.

      Souffrir c’est être en intimité avec Jésus parce que nous ne pouvons pas nous passer de lui ! Cela nous rassure qu’il soit toujours là.

      Certes la souffrance nous fait très peur et en prononçant ce mot, notre première réaction est de crier vers Jésus : Au secours ! Déjà accepter les épreuves du quotidien quand elles arrivent est difficile, dans l’amour de notre Dieu on est sur qu’il nous donne l’Esprit Saint.

      Merci encore de tout, je t’embrasse

      • Lumiere de decembre 10 décembre 2016 09:24, par Hervé

        Qu’il est bon et reconfortant de lire vos textes. Nous sommes tant sollicites par le monde de toutes manieres et temoins de tant de maux . Ce monde dont nous sommes vit dans l obscurite. C est dans ce monde qu’il nous faut ouvrir les yeux et accueillir la lumiere dont le petit prince nous dit qu on ne voit bien qu avec le cœur.
        Dans la nuit se levera une lumiere. N est elle pas dans tous ceux qui frappent a notre porte ? et a qui nous fermons porte cœur et dons ?
        Prions fort pour accueillir la lumiere de Jesus. Merci a tous !