Lundi 19 décembre 2016 — Dernier ajout jeudi 20 octobre 2016

Temps de l’Avent. 20 décembre

« Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. »

Is. 7, 10-16 Ps. 23 Lc. 1, 26-38

  • Le mardi 20 décembre 2016 iCal
    Jours précédant Noël 5 : Temps de l’Avent. 20 décembre

Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.

L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »L’œuvre de salut du monde s’est donné dans un échange entre Dieu et une jeune fille, Marie. « Voilà le mystère qui est maintenant révélé : il était resté dans le silence depuis toujours, mais aujourd’hui il est manifesté. » Dieu fait le premier pas, il a pris l’initiative en envoyant l’Ange Gabriel à Marie. C’est lui qui se déplace pour venir demander l’accord de sa créature. De manière inattendue, il fait irruption chez la jeune fille de son choix. L’Annonciation n’est pas le début de l’œuvre de Dieu en Marie, il l’avait déjà préparée dans sa conception immaculée. Marie est toute entière objet de la miséricorde divine. En comblant de grâce la vierge Marie, Dieu s’est préparé une demeure digne de lui. Le récit de l’annonciation nous plonge dans le mystère de Jésus venu dans le monde. Le monde est en attente d’un Sauveur, c’est l’attente des Peuples qu’aucun homme, par sa seule bonne volonté, ne pouvait devancer. Dans la réponse de Marie est contenu le salut du monde ! Ainsi nous prenons la mesure du « oui » de Marie qui va changer le cours de l’humanité.

À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Le cœur de Marie est rempli de crainte face à celui qui peut combler un désir qui la dépasse. Mais l’Ange la rassure : « Soit sans crainte Marie. » C’est un projet inouï qui résonne aux oreilles tout étonnées de Marie, devenir la mère de Jésus, fils du Très-Haut, héritier de David et du Royaume de Dieu. L’attente de Dieu qui tend la main, se cristallise dans le respect de la liberté de sa créature rétablie dans la grâce. Une question monte au cœur de Marie : « Comment cela va-t-il se faire ? » Alors se dévoilent la puissance et la délicatesse de Dieu : « L’Esprit Saint viendra sur toi. » La promesse de mariage que Marie à donner à Joseph est respectée. La délicatesse de Dieu propose son dessein avant que Marie et Joseph ne soient mariés définitivement. Chacun est libre d’accepter la mission proposée. L’amour ne met jamais devant un fait accompli. Si Marie et Joseph acceptent, alors Jésus pourra être tenu pendant des années pour le fils de ce couple. Ce couple gardera secrète l’œuvre de Dieu. Marie a offert son consentement qui jaillit du fond de son être, et auquel Dieu lui-même était suspendu.

Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta. Le salut de l’humanité annoncé par un Sauveur est désormais acquis. Désormais nos « oui » sont contenus dans le « Oui » de Marie. l’Apôtre Paul dira : « Si la faute d’un seul a plongé l’humanité dans les ténèbres, le oui d’un seul, Jésus, remettra l’humanité dans la lumière. » Ce Oui de Marie contenu dans le Oui de Jésus fait basculer l’humanité dans la grâce. L’humanité qui était dans les ténèbres du péché, est comblée à nouveau du Don de Dieu. Nous glorifions Marie qui a dit « oui » en notre nom. La vie nous est rendue, en espérance nous sommes sauvés. Le Oui de Marie, dans liberté respectée par le Seigneur, se donne dans la pauvreté et l’humilité de celle qui fait confiance. Que Noël soit pour nous le temps d’exprimer notre désir pour nous ouvrir à l’œuvre de Dieu.

Nous demandons à l’Esprit Saint de nous faire contempler et imiter le « oui » de Marie.

Vos témoignages