Jeudi 12 octobre 2017 — Dernier ajout mardi 17 octobre 2017

Temps de l’Avent. 20 décembre

Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.

Is. 7, 10-16
Ps. 23
Lc. 1, 26-38

  • Le mercredi 20 décembre 2017 iCal
    Jours précédant Noël 5 : Temps de l’Avent. 20 décembre

Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.

L’œuvre de salut du monde s’est donné dans un échange entre Dieu représenté par l’ange Gabriel et une jeune fille, Marie. « Voilà le mystère qui est maintenant révélé : il était resté dans le silence depuis toujours, mais aujourd’hui il est manifesté. » Dieu fait le premier pas, il a pris l’initiative en envoyant l’Ange Gabriel à Marie. C’est lui qui se déplace pour venir demander l’accord de sa créature. De manière inattendue, il fait irruption chez la jeune fille de son choix. L’Annonciation n’est pas le début de l’œuvre de Dieu en Marie, il l’avait déjà préparée dans sa conception immaculée. Marie est toute entière objet de la miséricorde divine. En comblant de grâce la vierge Marie, Dieu s’est préparé une demeure digne de lui. Le récit de l’Annonciation nous plonge dans le mystère de Jésus venu dans le monde. Le monde est en attente d’un Sauveur, c’est l’attente des Peuples qu’aucun homme, par sa seule bonne volonté, ne pouvait devancer. Dans la réponse de Marie est contenu le salut du monde ! Ainsi nous prenons la mesure du « oui » de Marie qui va changer le cours de l’humanité.

…L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Le cœur de Marie est rempli de crainte face à celui qui peut combler un désir qui la dépasse. Mais l’Ange la rassure : « Soit sans crainte Marie. » C’est un projet inouï qui résonne aux oreilles tout étonnées de Marie, devenir la mère de Jésus, fils du Très-Haut, héritier de David et du Royaume de Dieu. L’attente de Dieu qui tend la main, se cristallise dans le respect de la liberté de sa créature rétablie dans la grâce. Une question monte au cœur de Marie : Comment cela va-t-il se faire ? Alors se dévoilent la puissance et la délicatesse de Dieu : « L’Esprit Saint viendra sur toi. » La promesse de mariage que Marie à donner à Joseph est respectée. La délicatesse de Dieu propose son dessein avant que Marie et Joseph ne soient mariés définitivement. Chacun est libre d’accepter la mission proposée. L’amour ne met jamais devant un fait accompli. Si Marie et Joseph acceptent, alors Jésus pourra être tenu pendant des années pour le fils de ce couple. Marie et Joseph garderont secrète l’œuvre de Dieu. Marie a offert son consentement qui jaillit du fond de son être, et auquel Dieu lui-même était suspendu.

…Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta. Le salut de l’humanité annoncé par un Sauveur est désormais acquis. Désormais nos « oui » sont contenus dans le « Oui » de Marie. l’Apôtre Paul dira : « Si la faute d’un seul a plongé l’humanité dans les ténèbres, le oui d’un seul, Jésus, remettra l’humanité dans la lumière. » Ce Oui de Marie, contenu dans le Oui de Jésus, fait basculer l’humanité dans la grâce. L’humanité qui était dans les ténèbres du péché, est comblée à nouveau du Don de Dieu. Nous glorifions Marie qui a dit « oui » en notre nom. La vie nous est rendue, en espérance, nous sommes sauvés. Le Oui de Marie, dans liberté respectée par le Seigneur, se donne dans la pauvreté et l’humilité de celle qui fait confiance. Que Noël soit pour nous le temps d’exprimer notre désir pour nous ouvrir à l’œuvre de Dieu.

Nous demandons à l’Esprit Saint de nous faire contempler et imiter le « oui » de Marie.

28 L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »
29 À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.30 /34 Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? »35 L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu.36 Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile.37 Car rien n’est impossible à Dieu. »38

Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.

L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange Gabriel, le contemplatif de Dieu, est envoyé à une jeune fille, fiancée à Joseph ! C’est Dieu lui-même qui a envoyé l’ange Gabriel se présenter à elle. Devant cette annonce, Marie est toute bouleversée. Est-ce possible que Dieu Lui-même pense à Marie de cette manière ? Nous sommes aussi bouleversés devant une telle parole ! Dieu va « reprendre » fondamentalement toute l’humanité pour la remettre dans la Lumière. C’est l’intime de notre cœur qui accueille Dieu, Lui seul peut le toucher. Nous sommes le Peuple de Dieu, la Présence de Dieu au milieu du monde. « A tous ceux qui l’ont reçu, Il a donné le pouvoir de devenir enfant de Dieu ». Notre humanité a trouvé grâce auprès de Dieu. Les grands de la terre continuent leurs discours, les puissants font encore sentir leur pouvoir. Cependant la puissance de l’amour infini de Dieu est à l’œuvre. Dans quelques années, Jésus sera crucifié. Il demeure par son Amour vainqueur du monde. Il a remis cet Amour à l’Église dans les Sacrements de sa Présence. La faiblesse de Dieu est plus forte que toute la violence des hommes. Il n’y a plus rien qui « échappe » à la tendresse miséricordieuse du cœur de Dieu, Il est là, réconfort de tous ceux qui sont pris dans les souffrances profondes, meurtrières, douloureuses de ce monde. Si l’humanité est crucifiée, en Jésus, elle est déjà debout, parce qu’elle porte en elle-même le Don de Dieu.

« L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. » Ce fils, c’est le Fils éternel du Père, c’est le Verbe, créateur de l’univers entier. Avec la venue de Jésus, nous sommes devant la révolution la plus grande que notre humanité ait pu connaître. Par son oui, Marie va déclencher la plus grande transformation du monde qui soit : ‘Dieu nous sauve’. Certes, Marie s’est rendue toute disponible pour son Dieu. Elle l’aime d’un Amour « virginal », un Amour qui trouve son origine en l’Amour infini de Dieu, et qui se redonne à Lui, sans retour sur soi. Après le péché de l’origine, qui a retourné la créature sur elle même, cet Amour est possible dans le cœur de la créature, grâce au privilège de l’Immaculée Conception. L’Esprit Saint est dans sa vie, parce que, immaculée dans sa conception, elle est toute « attente » de Dieu, aucun rejet de Dieu en elle. Ce mystère était resté dans le silence et aujourd’hui il éclate au grand jour. Jésus, par avance, a porté dans sa Passion, celle qui allait le porter dans sa chair, pour le donner au monde.

Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta. Voilà le « mystère », caché dans le silence, qui est maintenant révélé. Dieu est un Dieu d’amour, qui nous aime tellement, qu’il vient, petit enfant se loger au creux de la femme. Marie, dans le silence de son cœur, aspire de toutes ses forces à ce que ce don de Dieu soit révélé. C’est ainsi que Jésus revêt notre humanité, qu’Il épouse notre humanité. Nous allons acclamer Jésus à Noël, comme un tout petit enfant, qui se lève au milieu de nous. Il est le Sauveur du monde. Comme nous avons besoin de comprendre cela aujourd’hui ! Comme nous avons besoin de le vivre ! Cet Évangile révèle qu’en chaque personne, il est un lieu inviolable. L’Esprit Saint qui est à l’œuvre à l’Annonciation, est Celui que nous invoquons à chaque Eucharistie. A la prière de Jésus que reprend l’Église, le pain et le vin sont transformés en son Corps et en son Sang. Quand nous recevrons la communion, c’est le même mystère qui se vit, Marie a boulangé le pain, et c’est le Pain de vie, et c’est Jésus lui-même. Il faut avoir un cœur de petit enfant pour entendre ce mystère, pour nous laisser émerveiller par ce mystère, et laisser Dieu reprendre toute notre vie entre ses mains. C’est le même Esprit Saint qui est encore invoqué sur l’assemblée, dans chaque Eucharistie. C’est ainsi que Jésus transforme en Lui, la multitude que nous sommes, en un Corps aimant, accueillant, qui est le « Corps du Christ ». Cette force de l’Évangile, c’est la force des doux, la force des humbles, la force des petits, la force de ceux qui laissent Dieu être fort au milieu d’eux, nous savons qu’il s’agit de chacun de nous.

Vos témoignages