Lundi 31 octobre 2016 — Dernier ajout mardi 1er novembre 2016

Tous les Saints

« Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux ! »

Ap. 7, 2-4.9-14 Ps. 23 1 Jn. 3, 1-3 Mt. 5, 1-12

  • Le mardi 1 novembre 2016 iCal
    Fêtes liturgiques : Tous les Saints

Feast of All Saints 1st November « Blessed are the poor in spirit, for the Kingdom of Heaven is theirs ! » Ap.7,2-4.9-14 Ps.23 1 Jn.3,1-3 Mt.5 1-12 « Seeing the crowds, Jesus went up onto the mountain, sat down and the crowds came to Him. He then took up the word and began teaching them :’Blessed are the poor in spirit, for the kingdom of Heaven is theirs ! Blessed are those who weep, for they shall be consoled ! Blessed are the peacemakers for they shall be called sons of God ! »   When Jesus pronounced the Beatitudes, the word ’poor’ had already a long history. Before then, the poor person was the one who was bent over, oppressed, unable to resist nor hold his own ground : the one who always had to yield before those in power. The accent was put on humiliation of the poor who gave the impression of someone at peace, obedient, at the same time placing his confidence in God and awaiting his aid. Jesus’ first Beatitude is addressed to all those who have a heart that is poor enough to be found to be someone little before God, with open hands so as to receive from Him alone strength and hope. The Beatitudes are truly the pearl of the Gospel. They are Jesus’ portrait describing how He is.  Jesus gives us the meaning of all of his miracles, that of each of his parables. Our wish is to memorise them deep within us. By keeping the Beatitudes in our heart and seeing how Jesus acts, by hearing his words and listening to him, we know what it means to have a pure heart, to be poor, gentle, merciful or an artisan of peace.   « Blessed are those who are persecuted for justice’s sake, for theirs is the Kingdom of heaven ! Blessed are you when people insult you and say all sorts of false things about you for my sake. Rejoice and jump for happiness because your reward is great in Heaven. » Blessed are those who refuse to want power, those who accept to combat without hating, those who know how not to abuse with their strength, those who knowhow to always leave a space for others to be free and to give them the means to go beyond themselves. We see the very gentleness of Christ in his words : ’Take on my burden, and learn from me, for I am gentle and humble of heart.’  The freshness of the Gospel appears to us, brining us to the Christian realism which is at the basis of inner truth and filial welcome of what god does, of untiring mercy for the whole world. The Beatitudes lead us to the Cross, where in his suffering Jesus addresses his mother wit gentleness :’Woman, behold your son’, then to the beloved disciple ’Behold your mother.’ Jesus never speaks of himself, he explains that the seed is the Word and that the earth that receive it correspond to our various human or spiritual situations in our lives. Jesus is thirsty for the whole of humanity that comes out of his Father’s Heart be brought back to God. The Beatitudes are a path to make us penetrate more and more into the Love of the Blessed Trinity. Jesus tells us ’I am the Way.’   « Blessed are the gentle, for they shall inherit the earth ! Blessed are those who hunger and thirst for justice, for they shall be satisfied ! Blessed are the compassionate for they shall obtain compassion ! Blessed are those who have a pure heart, for they shall see God ! » We make judgements when we see outer signs deceiving us of riches or poverty. But God looks at the heart for we can be rich with a poor heart, and poor having a rich heart. God has a special tenderness for those who are lacking in everything. Just as a mother keeps her treasures of patience and understanding for those of her children who are the poorest and most fragile. God loves every man just as he is in the world where relationships have hardened and where we build up barriers. Jesus destroys them, coming to those places where hatred parasites justice and freedom in the heart of mankind. The world we call ’domineering, enjoyment, pride’ wants to save itself all by itself, turning everything around its own centre. This world is within each one of us, all the Saints came out victorious from this combat. Mary is given to us, she became the Queen of all the Saints.  Our Hope is to take the path towards opening up ourselves to other people and to the path of Love as we turn our gaze towards Jesus. We have an immense Joy, in the combat for Love we can aspire for the Kingdom. We are happy as we walk following Jesus and Mary, knowing that our Way is made secure in God. On this day we renew the hope we have in God’s Kingdom. We ask for the grace to hear these Words of Life so as to take the Way f the Beatitudes, the way of Love.

"Voyant les foules, Jésus monta sur la montagne, il s’assit, et ses disciples vinrent à lui. Puis il prit la parole et se mit à les instruire : Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux !

Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés ! Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu ! Le mot de « pauvre, » a déjà une longue histoire quand Jésus a prononcé les Béatitudes. Avant, le pauvre était l’homme courbé, abaissé, opprimé, incapable de résister et de tenir tête, celui qui devait toujours céder aux puissants. L’accent était mis sur l’humiliation du pauvre qui fait figure d’homme paisible, soumis, mais qui met sa confiance en Dieu et attend de lui son secours. La première béatitude de Jésus s’adresse à tous ceux qui ont un cœur assez pauvre pour se retrouver petit devant Dieu, les mains ouvertes pour recevoir de lui seul la force et l’espérance. Les Béatitudes sont vraiment la perle de l’Évangile, elles sont un portrait de Jésus et nous décrivent ses traits. Jésus nous donne le sens de chacun de ses miracles, de chacune de ses paraboles. Nous voulons les garder en mémoire, au fond de nous. Nous gardons les Béatitudes dans notre cœur, en voyant Jésus agir, en entendant ses paroles, en l’écoutant, nous savons ce que signifie avoir le cœur pur, être pauvre, doux, miséricordieux ou artisan de paix.

"Heureux ceux qui sont persécutés à cause de la justice, car le royaume des cieux est à eux ! Heureux êtes–vous lorsqu’on vous insulte, qu’on vous persécute et qu’on répand faussement sur vous toutes sortes de méchancetés, à cause de moi. Réjouissez–vous et soyez transportés d’allégresse, parce que votre récompense est grande dans les cieux." Heureux ceux qui refusent la volonté de puissance, ceux qui acceptent de combattre sans haïr, ceux qui savent ne pas abuser de leurs forces, ceux qui laissent toujours aux autres un espace où être libres et les moyens de se dépasser. C’est la douceur même du Christ qui pouvait dire : « Chargez-vous de mon joug, et mettez-vous à mon école car je suis doux et humble de cœur. » La fraîcheur de l’Evangile nous apparaît, elle nous amène au réalisme chrétien qui est à base de vérité intérieure et d’accueil filial de ce que Dieu fait, de miséricorde inlassable envers le monde. Les Béatitudes nous emmènent jusqu’à la croix où, dans sa souffrance, Jésus s’adresse avec douceur à sa mère : « Femme, voici ton fils », puis au disciple bien-aimé : « Voilà ta mère. » Jésus ne parle jamais de lui, il explique que la semence, c’est la Parole, et les sols qui la reçoivent correspondent à nos diverses situations humaines ou spirituelles. Il a soif que toute l’humanité sortie du cœur de son Père, soit ramenée vers Dieu. Les béatitudes sont un chemin pour nous faire pénétrer dans l’amour de la Trinité, « je suis le Chemin » dit Jésus.

"Heureux ceux qui sont doux, car ils hériteront la terre ! Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés ! Heureux ceux qui sont compatissants, car ils obtiendront compassion ! Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu" ! Nous jugeons sur des signes extérieurs trompeurs de richesse ou de pauvreté, Dieu, lui regarde le cœur, car on peut être riche avec un cœur de pauvre, et pauvre avec un cœur de riche. Dieu a une tendresse spéciale pour ceux qui manquent de tout. Tout comme une mère garde des trésors de patience et de compréhension pour celui de ses enfants qui est le plus fragile et le plus démuni. Dieu aime tout homme comme il est, dans un monde où les relations sont durcies, et ou nous dressons des barrières. Jésus les détruit, il arrive là ou la haine parasite dans le cœur la justice et la liberté.

Le monde « dominateur, jouisseur, orgueilleux » veut se sauver par lui-même et il fait tourner autour de lui toutes choses. Ce monde est à l’intérieur de chacun de nous et tous les Saints sont sortis vainqueurs de ce combat. Marie nous est donnée, elle est devenue la Reine de tous les Saints. Notre Espérance est de prendre ce chemin de l’ouverture à l’autre, le Chemin de l’Amour en regardant vers Jésus. Notre joie est immense, dans le combat de l’amour nous sommes heureux, car nous pouvons aspirer au Royaume. Heureux, nous marchons à la suite de Jésus et de Marie, nous savons que notre Chemin est sûr. Aujourd’hui nous renouvelons notre espérance dans le Royaume.

Nous demandons la Grâce d’entendre ces Paroles de Vie pour prendre le Chemin des Béatitudes, le chemin de l’Amour.

Vos témoignages

  • 1er novembre 2015 06:42

    Bonne fête, P. Gilbert, pour moi, vous êtes un SAINT prêtre de l’Église catholique. Et MERCI pour le cadeau que vous êtes. Mais Je me demande quand même ce que ça veut dire la sainteté ??

    • Tous les Saints 1er novembre 2015 12:24, par Père Gilbert Adam

      Ma chère Helene, voici un petit exemple :

      Sainte Catherine de Sienne (1347-1380), tertiaire dominicaine, docteur de l’Église, copatronne de l’Europe Le Dialogue, ch. 41 (trad. Hurtaud, Téqui 1976, p. 131 rev) « Je crois à la communion des saints » (Credo)

      Dieu a dit à Sainte Catherine : L’âme juste qui achève sa vie dans la charité est enchaînée désormais dans l’amour et ne peut plus croître en vertu ; le temps est passé. Mais elle peut toujours aimer de l’amour qu’elle avait quand elle est venue à moi, et qui est la mesure de son amour (Lc 6,38). Toujours elle me désire, toujours elle m’aime, et son désir n’est jamais frustré : elle a faim et elle est rassasiée ; rassasiée, elle a encore faim ; elle échappe au dégoût de la satiété comme à la souffrance de la faim. C’est dans l’amour que les bienheureux jouissent de mon éternelle vision, et qu’ils participent à ce bien que j’ai en moi-même et que je communique à chacun selon sa mesure ; cette mesure, c’est le degré d’amour qu’ils avaient en venant à moi.

      Parce qu’ils sont demeurés dans ma charité et dans celle du prochain et qu’ils sont unis par la charité, chacun se réjouit de participer au bien des autres, en plus du bien universel qu’il possède. Les saints partagent la joie et l’allégresse des anges, au milieu desquels ils sont placés… Ils participent aussi tout particulièrement au bonheur de ceux qu’ils aimaient sur terre, plus étroitement, d’une affection à part. Par cet amour ils croissaient ensemble en grâce et en vertu ; l’un était pour l’autre une occasion de manifester ma gloire et de louer mon nom. Cet amour ils ne l’ont pas perdu dans l’éternelle vie, ils le gardent toujours. C’est lui qui fait surabonder leur bonheur, par la joie que chacun ressent du bonheur de l’autre.

      • Tous les Saints 1er novembre 2015 13:10

        On ne peut pas être tous les grands saints, Père Gilbert

        J’aime Sainte Thérèse de Lisieux, elle sentait vraiment sa faiblesse, et elle disait à Jésus son impuissance de devenir une sainte, mais elle est devenue sainte dans la Sainteté de Jésus, son Bienaimé. Ce n’est pas cela ? Dieu Seul est Saint, elle a vu Jésus Seul est Saint. Nous, on ne peut pas, mais Lui Il peut. Cela ne peut pas être impossible de devenir saints, car c ’est Dieu qui le veut et qui croit en nous et nous donnons la possibilité de le devenir. Peut-être qu’on a besoin de se reconnaître d’abord dans cette impossibilité de devenir saint pour laisser Dieu nous le rendre.

      • Tous les Saints 1er novembre 2015 13:16

        Cher Père Gilbert,

        être saint, n’est-ce pas de vivre de la Vie Divine, l’Amour de Dieu ?

        Je dirais qu’on a une image fausse de la sainteté. Je crois que c’est d’être le plus unie à Jésus, et sûrement pas un comportement ’moral’. Notre Mère, l’Eglise, nous donne tant de moyens, et oui, merci Père Gilbert, de vous mettre au service du peuple de Dieu, pour notre sanctification. Nous devons prier pour vous aussi, pour votre sanctification, que nous soyons saints tous ensemble. Pad de rivalité dans l’Amour et nous sommes chacun les enfants chéris de Notre Papa Chéri du Ciel, on peut en être certain…

      • Tous les Saints 2 novembre 2015 09:50

        Le premier saint : le Bon Larron. N’oublions pas que c ’est bientôt l’année de la miséricorde, une chance pour l’humanité de s’approcher pleinement de Dieu Notre Père.

  • 31 octobre 2015 22:59

    Bonne fête de tous les Saints, Père Gilbert ! Que vous receviez pleines de grâces aujourd’hui. En communion des saints, en communion avec l’Eglise. Merci beaucoup pour votre site !